Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

24 Heures du Mans : nouveau règlement et premiers engagements de constructeurs

-
Par , France Bleu Maine

Le futur règlement du championnat du monde d’endurance a été dévoilé ce vendredi, veille de la 87e édition des 24 Heures du Mans. Toyota et Aston Martin ont immédiatement donné leur feu vert pour se lancer dans le concept des “Hypercars”.

Vers la fin des LMP1. Bientôt des Hypercars aux 24 Heures du Mans
Vers la fin des LMP1. Bientôt des Hypercars aux 24 Heures du Mans - @autowebbb-Eric Fabre

Le Mans, France

Le championnat du monde d’endurance va basculer vers une sorte “d’acte 2”. Les prototypes LMP1 rejoindront les musées dans un an, à l’issue de la 88e édition des 24 Heures du Mans. La saison suivante débutera en septembre 2020 avec des “Hypercars”, des voitures au look plus agressif. Le règlement a été dévoilé par l’Automobile Club de l’Ouest et immédiatement approuvé par Toyota et Aston Martin. D’autres constructeurs pourraient suivre.

Un concept discuté avec les constructeurs

Le championnat du monde d’endurance était en danger. Loin des années dorées 2014-2015-2016 marquées par l’intense bagarre entre Toyota, Audi et Porsche en LMP1. Les deux constructeurs allemands ont jeté l’éponge et désormais Toyota caracole seule en tête dans une relative indifférence. 

Toyota avait survolé les 24 Heures du Mans 2018. Le nouveau règlement doit relancer l'intérêt de la course - Maxppp
Toyota avait survolé les 24 Heures du Mans 2018. Le nouveau règlement doit relancer l'intérêt de la course © Maxppp - Eddy LEMAISTRE

Le WEC, sous assistance respiratoire, a reçu une bonne bouffée d'oxygène avec les annonces de ce vendredi.. Moins d’une heure après l’officialisation du futur règlement Aston Martin a donné son accord. Puis Toyota a suivi en début d’après-midi. Dans les deux cas sans surprise puisque les deux constructeurs avaient participé aux réunions destinées à écrire l’avenir de la discipline. Ils avaient pu y exprimer leurs exigences et obtenir certaines garanties techniques. Par exemple une hybridation optionnelle plutôt qu'obligatoire en renfort du moteur thermique. Reste à savoir si d’autres participants aux “négociations” vont emboîter le pas. Par exemple McLaren ? 

Le début d’une course contre la montre dans les bureaux d’études

Les Hypercars qui batailleront en piste n’existent pas. Et le temps presse puisqu’elles entreront en scène dans quinze mois. Toyota va y travailler en s’appuyant sur ses forces vives au Japon et en Allemagne avec les équipes qui ont conçu l’actuelle TS050Hybrid. Du côté d’Aston Martin la conception sera confiée à un ingénieur référence dans le monde du sport automobile : Adrian Newey, l’homme qui a dessiné tant de Formule 1 victorieuses. Il sera associé aux recherches aérodynamiques via Red Bull Advenced Technologies.

Les détails de ces futures Hypercars n’ont pas été précisés. Seule certitude une Balance des Performances (BoP) sera instaurée dans cette catégorie reine rebaptisée Hyper Sport. L’ACO précise que l’objectif sera de les faire tourner en 3’30 au Mans en condition de course, autrement dit une grosse dizaine de seconde supplémentaire par rapport aux actuelles LMP1. Ce qui signifie qu’il faudra aussi ralentir les LMP2 qui alignent sans difficulté des chronos inférieurs à cette marque de 3’30 au tour. Comment ? Le question n’a pas encore été tranchée. La priorité des dernières semaines était clairement de pouvoir annoncer l’avenir de la catégorie reine. Pour lui redonner un réel intérêt sportif. 

Choix de la station

France Bleu