Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

24 Heures du Mans : victoire de Toyota, Alpine sur le podium

Comme à la parade, la Toyota N°7 suivie de la Toyota N°8 a franchi la ligne d'arrivée des 24 heures du Mans et remporté la 89e édition. Alpine s'empare de la troisième place.

La Toyota N°7 mène toujours la danse aux 24 heures du Mans, à deux heures de l'arrivée La Toyota N°7 mène toujours la danse aux 24 heures du Mans, à deux heures de l'arrivée
La Toyota N°7 mène toujours la danse aux 24 heures du Mans, à deux heures de l'arrivée © Maxppp - Franck Dubray

C'est sous la pluie que le départ des 24 heures du Mans édition 2021 a été donné ce samedi 21 août avec une jauge à 50 000 personnes , soit 20% de l'affluence habituelle. Toyota s'offre une quatrième victoire consécutive , la première pour sa voiture N°7, qui plus est dans la nouvelle catégorie reine des Hypercars. Le constructeur japonais avait déjà survolé la qualification et a placé ses deux voitures en tête de la grille de départ. Retrouvez dans cet article les principales informations sur la course.

Publicité
Logo France Bleu

Doublé de Toyota, Alpine complète le podium

Maudite en 2017, 2019 et 2020, la Toyota N°7 s’impose enfin au Mans pour la première fois, dans la catégorie reine des Hypercars et devant la voiture sœur, la N°8, triple tenante de l'épreuve. Pour son retour dans la « ligue 1 » de l’endurance, Alpine termine en troisième position, sans avoir jamais pu inquiéter les japonaises. En décrochant les quatrième et cinquième places, le milliardaire américain Jim Glickenhaus réussit son pari de faire plus que de la figuration dans cette nouvelle catégorie des Hypercars.

Plus qu'une heure à tenir, Toyota en route vers le titre

L'heure du verdict approche pour cette 89e édition des 24 heures du Mans, qui semble promise à la Toyota N°7 de Conway, Kobayashi et Lopez. La voiture soeur, la N°8, est en deuxième position, la marque japonaise devrait donc s'offrir le doublé pour cette première édition avec les Hypercars. Alpine est toujours sur le podium, devant les deux Glickenhaus.

A deux heures de l'arrivée, Toyota toujours en tête, Alpine conforte sa 3e place

Toyota avait dû subir six échecs avant de voir sa LMP1 gagner les 24 Heures du Mans en 2018. Sauf coup de théâtre, la première Hypercar du constructeur japonais devrait s’imposer dès son baptême en terre mancelle. L’équipage Conway - Kobayashi - Lopez, parti en pole position au volant de la n°7, est confortablement installé aux commandes avec un tour d’avance sur la voiture sœur du trio Buemi - Hartley - Nakajima. 

L’Alpine, un temps menacée par la Glickenhaus n°708, a fini par prendre ses distances en élevant son rythme de course. Ses meilleurs chronos se situent désormais sous le seuil des 3’30. Mais à la régulière, elle ne comblera pas ses trois tours de retard sur la Toyota.  

En LMP2 l’écurie belge WRT s’achemine aussi vers un doublé. Mais une bataille interne pourrait animer la course puisqu’il n’y a qu’une vingtaine de secondes d’écart entre les deux voitures de l’écurie belge. Et la n°41, plus rapide avec le trio Kubica - Delétraz - Ye, remonte progressivement sur l’autre équipage. Bel exploit pour cette écurie nouvelle venue au Mans, qui a profité de l’hécatombe des LMP2 hier soir (voir plus bas). La Jota rescapée complète le podium provisoire. 

Enfin la catégorie GTE-Pro ne semble pas partie pour offrir un sprint final. La Ferrari n°51 dispose de cinquante secondes d’avance sur la Corvette n°63. La Porsche n°92 suit à près d’un tour. Ferrari pourrait s’offrir un doublé puisque l’AF Corse n°83 est solidement installée en tête de la catégorie GT-AM.

Toyota file vers une quatrième victoire

12h : classement figé dans toutes les catégories. La n°7 n'a aucune rivale sur la piste. Toujours 2 minutes 40 d'avance sur la n°8 et 5 tours sur l'Alpine. En LMP2, joli coup pour l'écurie belge WRT, première participation et probable première victoire. Chez les GT, l'AF Corse 51 de Ferrari continue de mener mais Corvette reste en embuscade à 40 secondes.

10h40 : En GTE Am, la Porsche N°88 de Dempsey Proton Racing victime d'une crevaison. Sa voiture-soeur, la n°77 se porte mieux à la 5ième place dans sa catégorie.

10h05 : La Toyota n°8 serait victime d'un problème électronique. La voiture aurait ralenti pour redémarrer le système. La voiture a également rencontré des problèmes de ravitaillement en essence selon le porte-parole de l'équipe : les mécaniciens n'arrivent plus à remplir le réservoir à plein. Ils vont devoir raccourcir les relais jusqu'à pouvoir contourner le problème.

9h45 : la Toyota n°8 au ralenti, après Arnage. Elle est repartie sans arrêt au stand.

9h : l'équipe Toyota toujours aussi sereine. La n°7 est solidement installée à la première place à 7 heures de l'arrivée. Elle possède actuellement deux minutes et 40 secondes sur la n°8 (mais un arrêt au stand de plus). Cette dernière vient de signer le meilleur chrono avec Brendon Hartley, le tour le plus rapide en 3'27"607. La Glikenhauss 708 complète le podium, devant Alpine à moins d'une seconde. En LMP2, le team WRT domine toujours avec deux bolides aux deux premières place de la catégorie. En GT, c'est Ferrari (AF Corse 51) qui mène la flotte. Côté météo : pas de pluie, ciel couvert mais piste sèche.

Toyota a passé la nuit sans être inquiété

7h : le point sur classement. La Toyota n°7 est toujours en tête avec plus de deux minutes d'avance sur sa voiture sœur et quatre tours sur Alpine. En LMP2, le team belge WRT domine avec ses deux bolides pour sa première participation. En GT, l'AF Corse 51 est leader devant la Corvette 61 à 50 secondes. 

5h30 : Si ce n'est une petite erreur de pilotage de Kobayashi sur la Toyota n°7 qui est allé tout droit à Indianapolis (4h30), Toyota n'a rencontré aucune difficulté cette nuit sur le circuit de la Sarthe. La Toyota n°7 conserve la tête avec 3 tours d'avance sur l'Alpine, 3e. 

Minuit : Toyota toujours largement devant, Alpine a encore perdu du temps

La date vient de changer, nous sommes le 22 août, et Toyota entame ce dimanche avec une marge très confortable : deux tours d’avance sur la Glickenhaus n°708, désormais sur podium provisoire de la 89e édition des 24 Heures du Mans. L’Alpine, qui était jusque-là en première ligne de poursuite, a perdu deux tours peu après 23h lorsque Matthieu Vaxivière a perdu le contrôle de l’A480 au freinage de la première chicane des Hunaudières. Le pilote Français venait de dépasser deux GT mais il a freiné sur une partie de piste encore humide, faute d’avoir pu reprendre la trajectoire de course. La voiture n’a pas subi de dégâts, les commissaires ont pu la dégager du bac à graviers, mais l’Alpine a perdu deux tours. Elle est tombée à la quatrième place du classement Hypercar avec un déficit de trois boucles par rapport aux Toyota. Ces dernières maintiennent un rythme soutenu ans le moindre incident mécanique. L’équipage Conway - Kobayashi - Lopez, jamais vainqueur au Mans, précède d’une minute trente la voiture sœur du trio Buemi - Hartley - Nakajima. 

En LMP2 l’écurie belge WRT réussit des débuts tonitruants au Mans, avec ses deux voitures en tête de la catégorie. La n°31 devant la n°41 comprenant (théoriquement) l’équipage le plus rapide avec Robert Kubica et Louis Deletraz. Cette écurie dirigée par l’ex pilote belge Vincent Vosse dispute ses premières 24 Heures après avoir écumé les courses de GT3. Les WRT sont chassés par l’unique United Autosports rescapée et le Panis Racing.   

Enfin la catégorie GTE-Pro est toujours dominée par une Ferrari n°51 devant une Corvette, l’autre italienne d’AF Corse et la Porsche n°91. Mais le classement reste très serré au moment de traverser la nuit mancelle. 

Le point à la tombée de la nuit

Le cap des cinq heures de course a été franchi. Et c’est du pilotage de nuit et qui attend désormais les 60 équipages toujours en piste (un abandon, voir ci-dessous). L’écurie Toyota connait un début de course confortable avec l’équipage Conway - Kobayashi - Lopez solidement installé en tête. Leur GR010, placée en pole position, n’a quasiment jamais quitté la tête, excepté lors de ses passages aux stands. La Toyota n°7 mène désormais avec près de deux minutes d’avance sur la voiture sœur de l’équipage Buemi - Hartley - Nakajima. Derrière l’Alpine peine à suivre le rythme en vitesse pure. La voiture française, classée troisième, vient de passer sous le seuil symbolique du tour de retard. Les Glickenhaus sont distancées avec deux tours de retard sur la Toyota de tête. 

La course, qui était beaucoup plus disputée en LMP2, vient d’être chamboulée par une averse. Il y avait une magnifique bataille à trois entre la Jota n°28, l’United Autosports n°23 et la G-Drive n°26 mais deux d’entre-elles ont été impliquées dans des accrochages. L’Américaine avec une autre United (!) et la Russe avec l’équipage féminin du Richard Mille Racing. Une aubaine pour la Jota désormais confortable leader. 

Comme souvent le classement est très serré en GT-Pro. Malmenées en qualifications, les voitures usines ont rétabli la hiérarchie. Les Ferrari n°51 et 52 mènent la danse devant la Porsche n°92. Le trio est suivi de près par la Corvette n°63. 

Plus tôt dans la course....

19h15 : Grosse sortie de piste de l'Aston Martin n°98 à Indianapolis. C'est le premier abandon de ces 24 heures. 

18h30 : La Toyota n°7 a repris les commandes, devant sa voiture jumelle. C'est plus compliqué pour les hypercars Glickenhauss 15e et 16e au général.

18h06 : Petite frayeur pour la Toyota n°8 de Buemi qui a accroché la LMP2 du team So24 justement avant le Dunlop. Pas de casse a priori. 

18h : changement de leader. La Toyota n°8 de Sébastien Buemi, victorieuse l'an dernier, est en tête. Côté météo, le ciel reste menaçant mais la piste est désormais bien sèche partout. Les pilotes vont pouvoir accélérer.

17h45 : Alpine poursuit sa remontée et récupère la 3e place.

17h30 : le point après une heure trente de course. Toyota est en tête (n°7 et n°8). Alpine est 4e au général. La LMP2 n°38 du team Jota est intercalée à la 3e position. Les Sarthois de So24 sont distancés en LMP2, antépénultième de la catégorie. Chez les GT Pro, Ferrari (n°52) mène la course suivie de Corvette (n°64).

16h53 : Alpine prend la tête provisoirement après l'arrêt au stand de la Toyota n°7 au 11e tour.

16h21 : l'Alpine part à son tour en tête-à-queue à Indianapolis. Elle chute à la 18e place. Les deux Glikhenhauss montent aux 2e et 3e places.

16h13 : départ raté pour la Toyota n°8 qui a fait un tête-à-queue dans le virage Dunlop, après un contact avec une Glickenhauss. Alpine récupère d'entrée la deuxième place, derrière la Toyota n° 7.

16h12 : la safety-car s'écarte, c'est le vrai départ de la course.

Publicité
Logo France Bleu