Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ardennes : "65% des clubs de sport estiment qu’ils auront des difficultés financières"

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La rentrée est assez compliquée pour les clubs de sport, obligés d’appliquer les protocoles sanitaires. Jean-Paul Grasmuck, le président du Comité départemental olympique et sportif des Ardennes était l’invité de France Bleu Champagne Ardenne ce lundi.

Une association sportive - illustration
Une association sportive - illustration © Maxppp - MOUILLAUD RICHARD

Tous les sports ont repris depuis le déconfinement mais avec un protocole sanitaire. Même les sports de combat sont à nouveau possibles mais les gestes barrières ne sont pas toujours faciles à appliquer.  "Le ministère des Sports a mis en place des fiches pour toutes les disciplines. Il suffit de télécharger ce document sur le site du ministère. C’est vrai que pour certains sports, comme le judo, c’est très compliqué parce qu’ils doivent se laver les pieds, ils doivent se laver les mains, ils doivent arriver complètement propre. La grande difficulté c’est que logiquement, ils ne doivent pas se toucher mais dans le judo, c’est pratiquement impossible donc il y a forcément une transgression des gestes barrières. En gymnastique c’est pareil, il faudrait désinfecter le matériel à chaque passage des gymnastes. Là aussi, c’est presque impossible", explique Jean-Paul Grasmuck, le président du Comité départemental olympique et sportif des Ardennes, invité de France Bleu Champagne Ardenne ce lundi 7 septembre. 

Malgré les difficultés auxquelles ils font face, les clubs maintiennent leur activité dans les Ardennes. "Ils ne vont pas renoncer parce que les clubs sont dirigés par des bénévoles qui sont très passionnés. La difficulté c’est qu’on n’est pas sûr du tout que les licenciés reviennent. C’est la crainte des clubs, tout comme la crainte d’un manque de bénévoles", dit Jean-Paul Grasmuck.

Des difficultés financières et des dispositifs d’aide pour les clubs

"On a fait une enquête dans les Ardennes. 65% des clubs et comités départementaux estiment qu’ils auront des difficultés financières. Ils ont connu beaucoup de difficultés pendant le confinement et même post confinement parce que c’était compliqué, ils ne pouvaient pas organiser toutes leurs rencontres, même les fêtes de club, ils n’ont pas pu les faire donc il y a eu une perte de ressources", explique encore le président du Comité départemental olympique et sportif des Ardennes.

Mais Jean-Paul Grasmuck relativise. "Il y a quand même des choses positives", dit-il. "Le Conseil départemental des Ardennes par exemple, m’a assuré qu’il suivrait et soutiendrait tous les clubs en difficulté. Le Conseil régional a proposé une fiche avec des dispositifs mobilisables par le mouvement sportif. Le Conseil régional par exemple propose une avance de 5 à 30 000 euros, remboursable sur deux ans. Et puis, il y a cette fameuse plateforme participative Soutiens ton club mise en place par l’Etat, où les gens peuvent donner ce qu’ils veulent. L’escrime à Charleville par exemple a reçu pas mal d’argent grâce à cette plateforme", dit le président du Comité olympique ardennais.

Jean-Paul Grasmuck au micro France Bleu de Vianney Smiarowski

Choix de la station

À venir dansDanssecondess