Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports DOSSIER : 75e anniversaire du Débarquement

75e anniversaire du Débarquement : les soldats US jouent au foot américain à St-Hilaire-Petitville

-
Par , France Bleu Cotentin

Une rencontre de football américain a eu lieu sur le terrain municipal de Saint-Hilaire-Petitville, ce lundi 3 juin. Les joueurs ? Des soldats américains de la 101ème "Airborne Division", parachutistes de l'armée US présents pour le 75ème anniversaire du D-Day.

Helen Patton (à g.), petite-fille du général Patton, a chapeauté cette rencontre commémorative au stade de Saint-Hilaire-Petitville.
Helen Patton (à g.), petite-fille du général Patton, a chapeauté cette rencontre commémorative au stade de Saint-Hilaire-Petitville. © Radio France - Simon de Faucompret

Saint-Hilaire-Petitville, France

Il y avait une drôle d'ambiance, un soupçon d'effervescence dans l'air, ce lundi 3 juin au stade municipal de Saint-Hilaire-Petitville (Manche) ! Des voitures Jeep sur le parking, des hélicoptères dans le ciel ... et sur la pelouse, des soldats américains de la 101ème division Airborne ! Cette division de parachutistes américains rendue célèbre en 1944, pendant la Bataille de Normandie début juin, pour avoir tenu des positions sur la Douve et autour du canal de Carentan, et avoir opéré la jonction avec les soldats débarqués sur Utah Beach (à Sainte-Marie-du-Mont).

En souvenir du "match qui n'a jamais eu lieu"

Dix joueurs bleus et dix joueurs rouges, tous issus de l'armée US, s'échangent des ballons et empilent les "touchdown". Tout ça, c'est en fait un hommage à un pan d'Histoire, une anecdote bien connue de la Seconde guerre mondiale : "The game that never happened", autrement dit "le match qui n'a jamais eu lieu" : un match prévu par la 101ème le 24 décembre 1944, vers Reims, alors que la victoire des Alliés était annoncée. Mais la rencontre avait dû être annulée à cause d'une offensive allemande dans les Ardennes.

Dix de chaque côté, les joueurs écoutent avec respect l'hymne français et saluent l'hymne américain, en début de rencontre. - Radio France
Dix de chaque côté, les joueurs écoutent avec respect l'hymne français et saluent l'hymne américain, en début de rencontre. © Radio France - Simon de Faucompret

"Ce match crée un lien entre les soldats d’hier et d’aujourd’hui."

Un match-hommage chapeauté par Helen Patton, petite-fille du général George Patton, figure de la Seconde Guerre Mondiale et de la Bataille de Normandie. Pour elle, il ne s'agit pas que d'échanger quelques ballons. "Le sport, c’est un combat sain et positif !" sourit-elle. "Ce qui me touche, c’est que ce match crée un lien entre les soldats d’hier et d’aujourd’hui. Ils peuvent jouer sur une terre libre, que nos ancêtres ont aidé à libérer au prix de leur vie."

Un sentiment d'exaltation partagé par les soldats, selon le sergent-major Thomas Conn : "C’est incroyable pour ces hommes de jouer ici, sur ces terres défendues par nos grands-parents et arrières-grands parents", affirme-t-il. "Ça leur permet de vivre le 75e anniversaire du débarquement, se rappeler de cette Histoire et du combat de nos ancêtres."

Devoir de mémoire et ballon ovale

Sur la centaine de spectateurs, il y a beaucoup de touristes français venus pour le 75e, comme Alexandre : "On ne connaît pas du tout le football américain, c’est sympathique à voir ! Et des militaires sur un terrain de foot du dimanche, c’est surprenant !" Mais il y a aussi les élèves de l'école maternelle de Saint-Hilaire-Petitville, dont les grands ont chanté la Marseillaise avant le coup d'envoi. "Je pense qu’ils en ont entendu un petit peu parler à la maison", témoigne Sarah, l'institutrice des petits-moyens. "Et nous, on essaie de trouver les bons mots en classe pour leur en parler !" Ce match, c'est donc une manière originale de remplir le devoir de mémoire pour la jeune génération.