Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Alpe d'Huez : retour du trail après cinq mois d'arrêt avec l'édition de l'Oisans

-
Par , France Bleu Isère

L'édition 2020 du trail de l'Oisans a réuni plus de 800 participants les 17 et 18 juillet, au départ et à l'arrivée de l'Alpe d'Huez. Première course extrême organisée en Isère depuis le confinement en mars dernier, avec des mesures sanitaire, mais pour le plus grand plaisir des coureurs.

Premier trail en Isère organisé ce week-end à l'Alpe d'Huez.
Premier trail en Isère organisé ce week-end à l'Alpe d'Huez. © Radio France - Bastien Thomas

"Ça fait des mois et des mois qu'on a pas eu un dossard, on en rêve la nuit. On était tout excité depuis trois jours à l'idée de reprendre un dossard" raconte Alexandre, 28 ans, venu de région parisienne spécialement pour l'occasion. L'Oisans Trail Tour est la première course de montagne organisée en Isère depuis la levée du confinement en mai dernier. Une organisation difficile, entre volonté de créer une fête, retrouver la pratique sportive compétitive et le respect des règles sanitaires.

"Ça fait du bien d'avoir une épreuve où on peut se défoncer, s'arracher" - Quentin, 21 ans de Lans-en-Vercors, vainqueur du 86 km.

Plus de 800 personnes se sont inscrites sur les cinq épreuves proposées. Le grand départ a été donné dans la nuit de vendredi à samedi à minuit pile. Sur la ligne d'arrivée une dizaine d'heures plus tard, la joie se lit facilement sur les visages, même si l'effort physique se fait ressentir. "Il fallait vraiment que quelqu'un organise ça, pour montrer que c'est possible. Après, on verra dans quinze jours si on a pas créé un cluster ici à l'Alpe d'Huez" note Hugo, un Savoyard de 28 ans heureux de reprendre la compétition après plusieurs mois d'arrêt. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Avant ça, c'était le confinement. Mais comment prépare-t-on une course de l'extrême depuis sa maison ? Il y a ceux qui ont la chance d'habiter à la montagne où il est facile de sortir courir sans risque. Et puis il y a Alexandre et son jardin de quatre mètres par quatre. "Le premier jour du confinement, j'ai fait seize kilomètres de course dans mon jardin et j'ai même creusé un trou au milieu" dit-il en rigolant.

"Pendant le confinement, j'ai fait l'équivalent de Paris-Moscou dans mon salon" - Alexandre.

Son voisin l’a vu et lui a proposé son tapis de course. "Du coup je me suis lancé un défi : faire cinquante bornes par jour. Je l'ai fait pendant tout le confinement, en face d'un mur blanc dans mon salon. Ça travaille le mental à fond" continue-t-il.

Jean s'écroule au sol à son arrivée devant le palais des sports de l'Alpe d'Huez.
Jean s'écroule au sol à son arrivée devant le palais des sports de l'Alpe d'Huez. © Radio France - Bastien Thomas

Départ de course masqué

Les organisateurs tenaient vraiment à ce que l'Oisans Trail Tour puisse voir le jour. "On a eu le soutien des stations partenaires, mais aussi des bénévoles qui voulaient revenir partager ces moments avec les coureurs qui, c'est incroyable, nous ont aussi donné leur soutien pour que la course soit organisée" note Eric Le Pallemec, directeur de Idée Alpes, l'entreprise en charge du projet.

"Le point d'orgue, c'était vraiment qu'il n'y ait aucun danger pour les bénévoles mais aussi pour les coureurs" - Eric Le Pallemec.

"On aussi été en contact avec les services de l'Etat qui nous ont accompagné. Jusqu'au dernier moment, ils auraient pu annuler l'événement" poursuit-il.

Cette année, les coureurs ne peuvent pas se servir lors des ravitaillements. Ce sont les bénévoles qui s'en occupent.
Cette année, les coureurs ne peuvent pas se servir lors des ravitaillements. Ce sont les bénévoles qui s'en occupent. © Radio France - Bastien Thomas

Concrètement, comment organise-t-on un trail tout en respectant les mesures barrières ? "Il y a du gel hydroalcoolique pour le retrait des dossards, aux points de ravitaillement et à tous les endroits stratégiques. Le masque est obligatoire quand il y a des foules de personnes dans un espace rapproché. Le masque était même obligatoire lors du départ des courses, même s'il était possible de l'enlever quelques mètres plus loin" explique Eric Le Pallemec.

Et petite nouveauté cette année, pas de grand départ, mais "des départs différés d'une minute chacun avec 40 à 50 participants" conclut Eric Le Pallemec, heureux d'avoir pu vivre un tel moment et dont les derniers souvenirs paraissent si loin. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess