Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Après trois mois d'inactivité, l'équipe de France de judo remet le kimono aux Ménuires

Par

C'est la libération pour l'équipe de France de judo. Après trois mois d'inactivité dû à la pandémie de coronavirus, les bleus peuvent enfin remettre le kimono et retourner sur les tatamis. Et ils le font actuellement dans la station savoyarde des Ménuires. L'objectif, "retrouver des sensations".

Marie-Eve Gahié et Clarisse Agbégnénou aux Ménuires Marie-Eve Gahié et Clarisse Agbégnénou aux Ménuires
Marie-Eve Gahié et Clarisse Agbégnénou aux Ménuires © Radio France - Luc Chemla

L'ambiance est détendue sur le tatami installé pour l'occasion dans un centre sportif des Ménuires, en Savoie. Les quatorze judokates de l'équipe de France féminine de judo sont en pleine séance de "reprise" après trois mois d'inactivité causée par la pandémie de coronavirus. 

Publicité
Logo France Bleu
L'équipe de France féminine de judo © Radio France - Luc Chemla

Reprise en douceur

Avec leurs homologues masculin, les bleues sont dans la station durant une dizaine de jours avec au programme : du VTT, de la randonnée, du rafting... et donc du judo. Alors que l'activité est toujours interdite dans les clubs, nos champions ont eu une dérogation. 

Travail au sol pour Marie-Eve Gahié et Clarisse Agbégnénou © Radio France - Luc Chemla

La reprise se fait en douceur avec très peu de combat et principalement du travail technique debout et au sol. "__On ne vas pas être dans le dur d'entrée" explique Lucie Décosse, l'entraineur des filles. "Là on est sur de la répétition avec l'objectif de retrouver de la mobilité, les gestes du judo, les déplacements, les rotations sur les attaques... L'intensité va monter de plus en plus__.

"Les doigts et les pieds refont mal"

Et physiquement, certaines sont déjà en souffrance. Clarisse Agbégnénou, quadruple championne du monde, est fatiguée mais heureuse. Pour elle, ce stage doit lui permettre de "retrouver mes marques.  C'est vraiment au niveau du cardio et des sensations que l'on a perdu. Les doigts et les pieds refont mal."

Séance de travail technique pour l'équipe féminine de judo aux Ménuires © Radio France - Luc Chemla

Pendant que les filles s'entrainent, dans la salle de musculation les hommes eux aussi suent et souffrent pour certains. "On essaye de travailler l'ensemble des chaines musculaires sollicitées dans le judo__" précise Mathias Ricard, le préparateur physique. "On se concentre donc sur le travail de poussée, de tirage, ce qui est combinatoire avec le travail de saisie.

Cyrille Maret se prépare physiquement © Radio France - Luc Chemla

Il y a une légère surcharge pondérale mais ça ira mieux bientôt" - Cyrille Maret, médaillée de bronze au JO de Rio

Parmi les huit judokas présents, Cyrille Maret, médaillé de bronze au JO de Rio en 2016, dans la catégorie des moins de 100kg. "Je n'ai pas fait du tout de judo pendant trois mois, donc c'est un soulagement de remettre le kimono, on profite de chaque instant. Il y une légère surcharge pondérale mais ça ira mieux bientôt.

Walide Khyar, champion d'europe en 2016 © Radio France - Luc Chemla
Travail physique pour l'équipe masculine de judo © Radio France - Luc Chemla

Ce stage marque le tout début d'une préparation qui doit mener les bleus aux JO de Tokyo mais avant cela, aux championnats d'Europe en novembre à Prague.

Publicité
Logo France Bleu