Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Athlétisme : Ophélie Claude-Boxberger sur les traces de son père

samedi 24 janvier 2015 à 7:00 Par Hervé Blanchard, France Bleu Belfort-Montbéliard

A l'occasion des 24 heures de sport féminin organisées par Radio France samedi 24 janvier 2015, France Bleu Belfort Montbéliard met à l'honneur une femme active dans le sport du nord Franche-Comté. Gros plan sur Ophélie Claude-Boxberger, la fille de Jacky Boxberger, ancien grand champion d'athlétisme dans les années 70/80. A 26 ans, la montbéliardaise court sur les traces de son illustre père.

Ophélie Claude-Boxberger
Ophélie Claude-Boxberger © Radio France - Hervé Blanchard

Ophélie Claude-Boxberger porte un héritage de prestige dans le monde de l’athlétisme. La montbéliardaise est la fille de Jacky Boxberger, l’ancien roi du demi-fond dans les années 70 et 80.

Son père compte même 4 participations aux Jeux Olympiques à son actif (1968, 1972, 1976 et 1984). Avec 42 sélections en équipe de France, celui qui était surnommé « Monsieur Figaro » dans les années 80 pour avoir remporté 8 fois le cross organisé par le quotidien français, a dominé le fond et le demi-fond français pendant près de 2 décennies.

 

Un parcours similaire

Ophélie Claude-Boxberger, n’a pas encore le palmarès de son père mais semble avoir les mêmes prédispositions pour faire carrière.La montbéliardaise, professeur d’Education physique au collège Raimbaud de Belfort , s’est essayée à d’autres sports avant de se lancer dans l’athlétisme. Comme son papa : «  On a eu tous les deux une formation de gymnaste à la base, comme lui, j’ai ensuite commencé la course par des courtes distances, le 1 500 m, puis pour lui le 5 mille et le marathon à la fin de sa carrière. Et comme lui, j’ai eu la même réussite sur des distances différentes  ».

 

« Mon père n’a pas eu la chance de me voir débuter en athlétisme. C’est un immense regret »

Ophélie Claude-Boxberger ne veut pas être comparée à son père.

« Je fais ma carrière » insiste-elle. Son seul regret : que son père, décédé accidentellement en 2001, ne l’ait pas vue débuter en athlétisme. « Mais il m’avait vue dans des cross scolaires et il savait que j’étais faite pour ça » affirme l’athlète du Montbéliard Belfort Athlétisme (MBA).

Ophélie Claude-Boxberger a raflé toutes les médailles sur 800 mètres en espoirs . Et l’an passé, elle est devenue championne de France en salle sur 1 500 mètres, signant le 5ème meilleur temps français de la discipline.

 

Son rêve : les JO de Rio

En 2015 , la montbéliardaise se lance un nouveau défi et augmente encore la distance en optant pour le 3 mille steeple . L’athlète du Montbéliard Belfort Athlétisme (MBA) décide de faire l’impasse sur la saison en salle, pour se consacrer pleinement à la préparation de son objectif numéro Un : ces premiers championnats du monde Elite cet été à Pékin .

Avant son rêve suprême : les JO de Rio en 2016 . « Qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige, je cours 2 fois par jour avec cet objectif des Jeux en tête tout le temps » . Tel père, telle fille, l’athlétisme français ferait alors perdurer la lignée des Boxberger.

 

Entretien Ophélie Claude Boxberger FB Belfort Montbéliard