Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Audrey Tcheuméo a reçu son kimono à l'US Orléans judo

mercredi 6 septembre 2017 à 20:22 Par Eric Normand, France Bleu Orléans

L'US Orléans a officiellement annoncé la signature d'Audrey Tcheuméo ce mercredi. A 27 ans, elle possède l'un des plus beaux palmarès dans sa catégorie des moins de 78 kilos. Le club entend s'appuyer sur sa nouvelle championne pour lancer son projet "Tokyo 2020", avec deux autres athlètes.

Christel Royer, la présidente de l'USO judo, a remis le kimono à Audrey Tcheuméo
Christel Royer, la présidente de l'USO judo, a remis le kimono à Audrey Tcheuméo © Radio France - Eric Normand

Orléans, France

Dans les rues d'Orléans, vous allez voir à partir de jeudi matin de grandes affiches de judo, des 4X3 qui lancent la campagne "Tokyo 2020." L'USO judo lance son olympiade avec le visage de trois championnes dont celui d'Audrey Tcheuméo qui a officiellement signé à Orléans.

Audrey Tcheuméo possède l'un des plus beaux palmarès

A 27 ans, Audrey Tcheuméo a déjà remporté 4 titres de championne d'Europe dans la catégorie des moins de 78 kilos, 4 podiums mondiaux dont 1 titre, deux médailles olympiques, le bronze à Londres et l'argent à Rio. Il ne lui manque que l'or, ce sera peut-être à Tokyo sous les couleurs de l'US Orléans. Pour son rêve, elle change de club. Jamais Audrey Tcheuméo n'avait quitté Villemomble en région parisienne, elle a donc pris une grande décision en venant dans le Loiret. Le projet que lui ont présenté les dirigeants l'ont séduit : "Orléans a construit un beau projet, ça m'a beaucoup parlé."

C'est un peu bizarre de quitter Villemomble parce que j'ai tout fait là bas. Je suis comme un bébé parce que je n'ai pas encore de repères à Orléans, mais c'est le défi que je veux relever : mûrir dans le judo sans mon club de formation - Audrey Tcheuméo

Audrey Tcheuméo est prête à relever le défi avec son nouveau club. C'est un projet de rupture. Après les médailles de bronze à Londres et d'argent à Rio, elle veut vraiment décrocher l'or olympique. C'est pourquoi, elle voulait sortir de son confort et donner un nouveau tournant à sa carrière : "Maintenant, il faut y aller, c'est l'occasion de m'envoler vers les jeux de 2020 à Tokyo. Le Japon, c'est vraiment la maison du judo, je n'ai jamais gagné là-bas. Mais on va y aller tout doucement, année par année car en 3 ans, on ne sait pas ce qu'il peut se passer."

Audrey Tcheuméo sur son envie de changement de club

Audrey Tchéuméo enlacée par la présidente de l'USO judo à son arrivée à Orléans - Radio France
Audrey Tchéuméo enlacée par la présidente de l'USO judo à son arrivée à Orléans © Radio France - Eric Normand

Christel Royer, la présidente de l'USO judo, a accueilli la championne du monde de judo. "Nous nous connaissons depuis longtemps et ce n'était pas la première fois que j'essayais de la faire venir à Orléans, j'avais déjà établi des contacts." Le club souhaitait renforcer son équipe féminine. C'est chose faîte avec non seulement Audrey Tcheuméo mais aussi avec Hélène Recevaux qui a signé à l'USO, il y a quelques mois et qui vient de remporter une médaille de bronze aux championnats du monde de Budapest. Sans oublier en judo paralympique Sandrine Martinet, championne paralympique à Rio, ce sont trois grandes championnes qui porteront le projet "Tokyo 2020."

"On avait l'ambition de renforcer notre équipe féminine" : la présidente Christel Royer

Teddy Riner a préféré le PSG

Le nonuple champion du monde a préféré signer avec le club parisien, mais des contacts très avancés avaient été noués avec lui selon Christel Royer : "On n'était pas loin d'aboutir. On avait tissé de bonnes relations. Il y avait de nombreux partenaires dans le projet, de nombreuses entreprises mais Paris été montré plus convaincant. Je ne connais pas les tractations financières. Ce qui est certain, c'est qu'on était sur le podium!"

Christel Royer : "Teddy Riner n'a pas choisi Orléans mais on lui souhaite le meilleur"