Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports
Dossier : Paris 2024

Aurélien Diesse, judoka licencié au Blanc-Mesnil : "Je rêve des Jeux Olympiques depuis que je suis tout petit"

-
Par , France Bleu Paris
Le Blanc-Mesnil, France

À l'occasion de la Semaine Olympique et Paralympique organisée du 3 au 8 février, France Bleu Paris a rencontré Aurélien Diesse, judoka français, licencié au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) qui rêve, comme tout athlète de sa génération, de participer aux Jeux Olympiques de Paris en 2024.

Aurélien Diesse (à droite) au Paris Grand Slam à Bercy le 10 janvier 2019
Aurélien Diesse (à droite) au Paris Grand Slam à Bercy le 10 janvier 2019 © Maxppp - Maxppp

Alors que la Semaine Olympique et Paralympique débute ce 3 février, France Bleu Paris a rencontré Aurélien Diesse. Le judoka français, licencié au club du Blanc-Mesnil, champion de France, champion d'Europe junior et vice-champion du monde par équipe, nous raconte sa vision des Jeux, son rêve olympique. 

  • Quels souvenirs des JO ?

Aurélien Diesse : Lors des Jeux de Pékin en 2008, enfant, je passais la nuit et la journée a, à regarder les jeux à la télé et c'est là que je me suis dit je veux être champion olympique, pas une fois, mais champion olympique plusieurs fois ! Je trouve que l'événement en lui-même est magnifique, tout le monde est réuni, toutes les cultures, tous les sports se mélangent, bref c'est beau !

  • En 2024, les Jeux se dérouleront à la maison, à Paris...

... Et en Seine-Saint-Denis aussi ! Je suis un "titi bondynois", comme j'aime le rappeler. J'ai grandi là-bas, j'ai commencé le judo là-bas et je suis venu m'entraîner aussi au Blanc-Mesnil. J'ai toujours tenu à rester dans le département, le rendre fier et je pense que les JO c'est une belle opportunité de montrer une autre image que ce qu'on veut nous montrer du 93, dire que ça bouge, qu'il y a plein de talents ici. Et pour avoir combattu à Bercy? je peux vous dire que c'est spécial à la maison avec le public français. On se sent presque invincible, alors là , je me dit que je ne peux pas perdre chez moi !

  • Comment on se prépare aux JO dans quatre ans ?

Il y a des entraînements quotidiens avec l'équipe de France de judo, quatre heures minimum par jour, plus les séances techniques et de kiné.  Parfois à l'Insep, je fais quelques combats avec Teddy Riner. Je vois ce qu'il a de plus que les autres, ça me permet de travailler différemment. Pour le moment je suis le numéro 2 de ma catégorie (90 kilos), seul le numéro un est qualifié pour les jeux. Parfois dans le sport, c'est bien aussi de juste penser à progresser et de devenir la meilleure version de soi-même. Si j'atteins cet objectif d'ici 2024, avec une médaille aux JO ou sans médaille, ce sera déjà pas mal. 

  • Vous faites partie de la "Génération Jeux" du département de Seine-Saint-Denis. Qu'est-ce que cela signifie ?

Le département nous verse une aide de 3 000 euros par an jusqu'aux JO. Ça nous aide à nous équiper, à payer nos frais pendant les déplacements aussi, parce que mine de rien c'est un budget. Après symboliquement, ça fait plaisir aussi, d'avoir des gens qui croient en toi, qui te disent "toi, je sais que tu peux le faire, tu peux aller aux JO", ça motive. 

Aurélien Diesse, judoka licencié au Blanc-Mesnil : "Je rêve des Jeux Olympiques depuis que je suis tout petit"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu