Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Avant les 24 Heures Motos, deux jours d'essais pour se préparer à la course

-
Par , France Bleu Maine

À moins de trois semaines des 24 Heures Motos, les équipes engagées dans la course ont l'occasion de faire des essais sur le circuit Bugatti pendant deux jours. Objectif : se familiariser avec la piste et adapter les réglages des machines.

50 équipes engagées pour les 24 Heures Motos sont déjà sur le circuit Bugatti pendant deux jours pour des essais
50 équipes engagées pour les 24 Heures Motos sont déjà sur le circuit Bugatti pendant deux jours pour des essais © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Le Mans, France

Sur les 60 équipes engagées pour les 24 Heures Motos cette année, du 18 au 21 avril, 50 font d'ores et déjà un passage par le circuit Bugatti. Des essais libres sont organisés ce mardi et mercredi pour permettre aux pilotes de commencer à rouler sur la piste, avec un chronométrage officiel par tranches de trois heures le matin et l'après-midi. L'occasion de jauger du niveau et de faire les réglages nécessaires.

"Se mettre dans le bain"

Pour certains pilotes, les 24 Heures Motos sont la première course de reprise après l'hiver. "Les essais pré-Mans permettent de nous remettre en forme physiquement, de rouler un peu", explique Geoffroy Dehaye de l'équipe Motobox Kramer Racing.  "Les essais pré-Mans permettent de prendre un rythme de travail et de commencer à échanger avec les ingénieurs et techniciens", ajoute Louis Rossi de la Suzuki Junior Team, un des manceaux en lice. C'est d'ailleurs la première fois qu'il rencontre certains membres de son équipe. Travailler sur la cohésion et se mettre sur la même longueur d'onde est essentiel. 

C'est de la préparation physique, car c'est là qu'on commence à enchaîner les tours !"

Chacun en profite pour évaluer la concurrence. "On retrouve presque toutes les équipes engagées donc on peut se jauger par rapport au niveau des autres", précise Louis Rossi. Les équipes cherchent aussi à tester et anticiper les effets de certaines conditions météo sur leur performance pendant la course : "sur une course de 24 heures, on a des températures faibles de nuit, de la pluie, indique Thibault Nagorski, un des coéquipiers de l'équipe Slider Endurance. _Tout peut arriver, on peut se retrouver quelques heures avec des conditions similaires à la météo qu'on a pendant les essais_". L'expérience peut alors faire la différence.

Ajuster les réglages des motos

Selon l'état de la piste, il faut en effet régler au mieux les différents paramètres des machines. "On joue sur les pneumatiques, la dureté des suspensions, la souplesse... On note tous les réglages qu'on fait pendant les essais, comme ça au moment de la course, on sait lesquels prendre et ce qui correspond à l'équipe", indique Alexis Jamet, mécanicien pour la Suzuki Junior Team.  

"Ça nous permet de faire évoluer nos trajectoires et nos sensations en roulant au Bugatti, estime Thibault Nagorski. Sur d'autres circuits, on peut tester des choses basiques comme les positions, mais ici, on peut régler le châssis de la moto pour être performant". D'autant que certaines machines ont été modifiées depuis les dernières compétitions. "On a eu une petite évolution sur les suspensions mais surtout sur l'électronique, explique par exemple Damien Saulnier, manager de la Suzuki Junior Team. _Ça permet de tester et de ne plus se poser de questions. C'est une grosse répétition !_".