Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DIRECT - Grève du 5 décembre : plus de 180.000 manifestants dans une trentaine de villes
Tous les sports

Bordeaux : le stade Matmut Atlantique rapporte de l'argent à Bordeaux Métropole

-
Par , France Bleu Gironde

Le stade Matmut Atlantique a beau ne pas être encore rentable depuis sa création, en 2015, une étude de la CCI de Bordeaux et de la Gironde révèle qu'il est source de bonnes rentrées économiques pour la métropole bordelaise.

Le stade Matmut Atlantique de Bordeaux a accueilli quatre événements d'ampleur en 2019.
Le stade Matmut Atlantique de Bordeaux a accueilli quatre événements d'ampleur en 2019. © Radio France

Bordeaux, France

Le stade Matmut Atlantique a beau ne pas être encore rentable depuis sa création (en 2015), il rapporte de l'argent à Bordeaux Métropole.  C'est ce que révèle une étude de la CCI, la chambre du commerce et de l'industrie de Bordeaux et de la Gironde. 

Commandée par SBA, la société qui exploite le stade, l'analyse se base sur les quatre plus gros événements de l'année 2019, à savoir les concerts de Muse et Ed Sheeran et les deux demi-finales de Top14

210 millions d'euros de retombées économiques

Des moments phares qui ont rapporté 12,1 millions d'euros en retombées économiques à Bordeaux Métropole. Si elle avait été conduite sur les cinq années d'existence du stade et ses 27 plus gros événements, l'étude aurait révélé que la structure a rapporté 210 millions d'euros à la métropole bordelaise. L'étude montre aussi que l'équivalent de 85 emplois en temps plein, à l'année, ont été créés grâce aux concerts et aux matchs de l'année 2019. 

"Quand on a un gros match de Top 14 ou un concert, c'est de l'argent dépensé sur la ville en restauration, en hébergement et en déplacement par les gens qui y assistent", se réjouit Nicolas Florian, le maire de Bordeaux.

Quel profil type du spectateur ?

L'analyse, réalisée à partir de 674 personnes interrogées au stade après les deux concerts et les deux matchs de rugby, révèle que les spectateurs des concerts viennent surtout de la métropole bordelaise (43%), ce sont très largement des femmes (69%), essentiellement des cadres (53%) et des moins de 35 ans (44%). Ces spectateurs dépensent en moyenne 50 euros par jour et par personne (hors achat du billet).  

Les spectateurs des matchs de rugby, quant à eux, viennent surtout d'ailleurs en France (64%), ce sont essentiellement des hommes (67%), ils sont cadres pour la majorité (43%) et 55% d'entre eux ont plus de 45 ans. Ils dépensent 65 euros par jour et par personne en moyenne (hors achat du billet).

Un stade toujours pas rentable

Malgré ces bons chiffres, le Matmut Atlantique n'est toujours pas rentable pour SBA, la société qui l'exploite. Christophe Pierrel, le président de SBA, ne s'alarme pas pour autant : "Ce qui est important de retenir c'est que ce stade est utile au citoyens et il ne coûte pas cher aux contribuables. On a déjà généré trois fois plus d'économies que ce que les contribuables auront payé (70 millions d'euros sur 30 ans pour un stade qui vaut 220 millions d'euros, ndlr)". 

Le président de SBA mise aussi sur les événements d'ampleur que le stade accueillera dans les prochaines années, le concert de Paul McCartney en mai 2020 ou encore la coupe du monde de rugby en 2023. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu