Tous les sports

Chaux-Neuve 2017 : le combiné nordique en quatre vidéos

Par Blandine Costentin, France Bleu Besançon et France Bleu jeudi 19 janvier 2017 à 3:00

La station de Chaux-Neuve, dans le massif du Jura, est la référence française pour le combiné nordique.
La station de Chaux-Neuve, dans le massif du Jura, est la référence française pour le combiné nordique. © Maxppp - Lionel Vadam

Les 21 et 22 janvier, Chaux-Neuve accueille une étape de la coupe du monde de combiné nordique. La petite station du Haut-Doubs est la référence de ce sport inventé par les Norvégiens et que France Bleu vous explique, avec notamment, l'appui du champion olympique Jason Lamy-Chappuis.

Chaque hiver à Chaux-Neuve, on saute et on skate. La station du Haut-Doubs accueille la coupe du monde de combiné nordique depuis 1996 et pour 2017, le rendez-vous est fixé les samedi et dimanche 21 et 22 janvier. Inventé par les Norvégiens qui en ont longtemps été les maîtres incontestés, le combiné nordique est un sport à base de saut à ski et de course de ski de fond. Si les subtilités du Gundersen vous échappent, si vous n'avez jamais entendu le bruit que fait Jason Lamy-Chappuis en vol depuis le tremplin de Chaux-Neuve, restez avec nous jusqu'au bout.

Le combiné nordique : comment ça marche ?

C'est bien un combiné de saut et de ski de fond. Cette discipline associe la force physique et la technique (saut) à l’endurance (ski). La compétition commence par le saut, sur un petit (90 m) ou un grand tremplin (120 m). Les skieurs sont notés sur la distance effectuée mais aussi sur le style (position de vol, qualité de la réception...). Les points obtenus au saut sont convertis en secondes pour le ski de fond, selon la méthode Gundersen : en résumé, la note du saut détermine le rang et le rythme de départ de la course sur 10 km. Celui qui remporte l'épreuve complète est celui qui franchit la ligne d'arrivée en premier.

Cette discipline essentiellement masculine s'ouvre aux femmes et des compétitions féminines de combiné nordique doivent voir le jour en 2017.

Des Norvégiens longtemps dominateurs, des Français qui sortent du lot

Le combiné nordique est au programme des JO d'hiver depuis les tout débuts, à Chamonix en 1924. Pendant près d'un quart de siècle, les Norvégiens ont trusté les podiums olympiques. Il faut dire qu'ils sont les inventeurs de cette discipline, dont la première compétition recensée s'est tenue en 1892 au festival de Holmenkollen. A partir de 1948, d'autres skieurs nordiques, puis des Allemands, des Suisses, des Russes, des Autrichiens ont décroché des médailles olympiques.

Il faut attendre 1992 et les JO d'Albertville pour voir deux Français décrocher l'or et l'argent : le Pontissalien Fabrice Guy et Sylvain Guillaume, de Champagnole dans le Jura. Quatre plus tard, à Nagano, les mêmes obtiennent le bronze par équipe. En 2010, à Vancouver, un autre Franc-Comtois, d'adoption celui-là, Jason Lamy-Chappuis, devient à son tour champion olympique. C'est avec lui que nous allons sauter depuis le tremplin de Chaux-Neuve, juste en dessous. Actuellement, les leaders de l'équipe de France sont François Braud, originaire de Pontarlier, et le Vosgien Maxime Laheurte.

Sur le tremplin, avec Jason Lamy-Chappuis

On l'oublie souvent mais une compétition de ski commence sur le télésiège qui emmène le compétiteur en haut de la piste ou du tremplin. Julien Laurent de France Bleu Besançon a donc pris le télésiège pour monter tout en haut du tremplin de Chaux-Neuve, en compagnie du champion olympique et quintuple champion du monde, Jason Lamy-Chappuis, qui totalise aussi trois globes de cristal (classement général de la coupe du monde). Place à la concentration...

Spectaculaire, le saut emmène les skieurs à une vitesse qui dépasse les 100 km/h. L'impulsion et la position pendant le saut sont décisives. Comme l'explique Jason Lamy-Chappuis, il faut choisir la hauteur de la barre d’élan en fonction du vent et partir au bon moment. L'arrivée sur l'aire d'atterrissage se fait en mode télémark, avec un genou fléchi.

Chaux-Neuve, patrie française du combiné nordique

Cela fait 21 ans que Chaux-Neuve accueille la Coupe du monde de combiné nordique. La passion pour cette discipline est bien plus ancienne, comme on peut le voir dans cette vidéo datant de décembre 1966. Le secrétaire de mairie présente fièrement le nouveau téléski du village qui compte, à l'époque, 300 habitants. Il parle du projet de tremplin olympique et des stages de formation au saut à ski. Le saut s'est développé dès le début du XXe siècle, sous l'impulsion du Ski club du Risoux. L'actuel tremplin de la Côte feuillée qui accueille la coupe du monde a été construit en 1989.

Les 21 et 22 janvier, des milliers de spectateurs vont vibrer au rythme des sauts et des courses. Le tenant du titre, l'Allemand Eric Frenzel, devrait être présent.