Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la Formule 1 à l'arrêt pendant plusieurs semaines

Toutes les écuries de formule 1 avaient traversé la planète pour se rendre à Melbourne. Mais le premier Grand Prix de la saison 2020 a finalement été annulé juste avant le début des essais libres. Dans la foulée, la Fédération internationale a décidé de reporter plusieurs courses.

Les pilotes de formule 1 (ici Esteban Ocon) vont pouvoir retirer leur casque : pas de Grand Prix d'Australie ce week-end
Les pilotes de formule 1 (ici Esteban Ocon) vont pouvoir retirer leur casque : pas de Grand Prix d'Australie ce week-end - Renault Sports

Les événements se sont accélérés à Melbourne dans la foulée de l’annonce de la contamination au coronavirus Covid-19 d’un membre de l’écurie McLaren. Les dirigeants de la Formule 1 ont dû se rendre à l’évidence : impossible de lancer la saison 2020 dans le contexte sanitaire actuel. Le Grand Prix d'Australie a donc été annulé après beaucoup de discussions entre des écuries qui n'avaient pas toutes la même lecture des événements. La Fédération internationale a annoncé quelques heures plus tard le report de plusieurs Grands Prix prévus ces deux prochains mois.

Le virus dans le paddock

La décision a été annoncée vendredi matin moins de deux heures avant le début des essais libres. Alors que les premiers spectateurs se présentaient à l'entrée du circuit et certains mécanos commençaient à préparer les voitures. Un verdict tardif en raison de divergences de points de vue entre les responsables des dix écuries engagées. Tous s'étaient retrouvés en pleine nuit pour une réunion convoquée en urgence.

Une rencontre devenue nécessaire après la décision de McLaren de se retirer du Grand Prix alors que l’un des membres son équipe venait de se voir notifier un test positif au coronavirus. Une personne certes placée à l’isolement dès les premiers symptômes fiévreux, mais ce diagnostic médical a changé le regard sur le paddock, suscitant des craintes sur une contamination rampante dans cette caravane composée de centaines de personnes de multiples nationalités. 

Choqué d’être ici - Lewis Hamilton

Depuis des semaines, la tenue du Grand Prix d'Australie de Formule 1 soulevait déjà doutes et questionnements. La Chine, frappée de plein fouet par le nouveau coronavirus, avait rapidement reporté son Grand Prix. Puis Bahreïn lui avait emboîté le pas en se décidant pour un meeting à huis-clos. Mais pour ce rendez-vous de rentrée, les dirigeants de la Formule 1 maintenaient une configuration “normale” à Melbourne avec 300 000 spectateurs annoncés sur l’ensemble du week-end. Et alors que de multiples disciplines avaient choisis les reports ou événements à huis-clos...

Comme d’habitude, le jeudi a été consacré aux conférences de presse des pilotes. Et certains ont confié leur malaise. En particulier le sextuple champion du monde Lewis Hamilton qui s’est dit "très, très surpris que nous soyons ici. C'est bien qu'il y ait des courses automobiles, mais pour moi c'est choquant que nous soyons tous ici assis dans cette pièce (...) comme si tout était normal. Mais cela ne l'est pas". Le Britannique, très incisif vis-à-vis des hauts dirigeants de la Formule 1, a estimé que l’explication était simple : "L'argent est roi"

La décision d’annuler la course est finalement tombée. Saluée sur les réseaux sociaux par l'immense majorité des pilotes, comme les normands Esteban Ocon et Pierre Gasly. 

Calendrier revu pour tout le début de saison

Manifestement échaudée par ce naufrage du Grand Prix d’Australie, l’instance dirigeante a annoncé ce vendredi le report des Grands Prix de Bahreïn (22 mars) et du Vietnam (5 avril). La Fédération internationale dit réfléchir à un début de championnat fin mai. Ce qui signifie que d’autres courses (Monaco, Espagne) sont très compromises. L’ensemble du calendrier va être redéfini avec une probable suppression de la trêve du mois d’août pour essayer de recaser des épreuves reportées en ce début d’année 2020 où la formule 1 rejoint (tardivement) la liste des disciplines à l’arrêt.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu