Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : "le report des JO inévitable" pour le sabreur dijonnais Bolade Apithy

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le report des Jeux Olympiques prévus en juillet au Japon, de plus en plus évoqué. Pour certains sportifs comme le sabreur dijonnais Bolade Apithy, cela semble "inévitable" au vu de l'évolution du virus, pour le champion bourguignon, déjà qualifié en individuel.

Bolade Apithy (archives)
Bolade Apithy (archives) © Maxppp - LINDSEY PARNABY

La question du report des JO de Tokyo prévus cet été, pour cause de pandémie de coronavirus de lus en plus probable. Pour les sportifs français comme pour les autres, c’est un coup dur car les Jeux Olympiques, plus que tout  autre compétition reste "l’objectif principal, on s’entraîne pour ça" confie le sabreur dijonnais, Bolade Apithy

"Un report ce serait déjà mieux qu'une annulation" - Bolade Apithy, escrimeur

Le sabreur dijonnais, déjà qualifié pour les Jeux, en individuel, est en ce moment en stage à la Réunion avec d'autres membres de l'équipe tricolore. Il y est toujours, bloqué suite aux mesures de confinement. "L'entrainement n'est plus possible suite aux recommandations évidemment, et c'st compliqué de garder le rythme avec le report probable des Jeux."

Un report inévitable selon le sabreur dijonnais

"Aujourd'hui le report des jeux c'est une solution inévitable, je ne vois pas comment on pourrait conserver les jeux aux dates prévues, car personne n'est épargné", confie le sabreur. "Ce serait plus sage pour tout le monde, après la question c'est de savoir quand. Plus tard cette année ou l'année prochaine, on attend et on s'adapte".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu