Tous les sports

Dakar 2016 : pour Sébastien Loeb, nouveaux déboires et deux heures de retard au classement

Par Olivia Cohen, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu mercredi 13 janvier 2016 à 11:03

Une neuvième étape difficile, qui a donné du fil à retordre à Sébastien Loeb
Une neuvième étape difficile, qui a donné du fil à retordre à Sébastien Loeb © Maxppp

Dans la deuxième semaine du Dakar, Sébastien Loeb enchaîne les déboires et compte, à la neuvième étape, près de deux heures de retard au classement, loin derrière Carlos Sainz. Après son accident de lundi, sa voiture s'est ensablée à plusieurs reprises ce mardi.

Après son accident lundi, Sébastien Loeb a de nouveau connu des pépins techniques ce mardi, au cours d'une neuvième étape particulièrement difficile. Entre la chaleur étouffante, près de 40 degrés, et les dunes, Sébastien Loeb a été durement éprouvé, sa voiture s'est ensablée à maintes reprises : "Rouler à travers les broussailles toute la journée, ça me saoule ! Le sable est tellement mou, tout le monde s'est enlisé, ça secouait tout le temps, je ne comprends pas ceux qui ont déterminé ce tracé..."

Le coup de gueule de Sébastien Loeb, au micro de Maud Czaja

Le pilote alsacien n'est pas le seul à avoir souffert. Face aux températures excessives, les organisateurs ont préféré raccourcir l'étape. Une initiative saluée à l'unanimité, certains pilotes avaient carrément emporté des blocs de glace sous leur combinaison.

Le Dakar 2016 par 40 degrés en Argentine, un reportage de Maud Czaja

Lire aussi : Dakar 2016 - Suivez le parcours de Sébastien Loeb 

En mode survie

Le pilote Stéphane Perterhansel le confirme : piloter dans ces conditions, ce n'est pas très agréable, "même si, c'est un mal pour un bien, on a perdu une porte, donc ça nous a fait un peu d'aération supplémentaire." De son côté, Daniel Elena, copilote de Sébastien Loeb, préfère en rire : "On ne pourrait pas tout simplement sauter cette étape ? Ce serait plus simple, finalement !" Bruno Famin, patron de Peugeot sport, résume bien la situation: "Tout le monde est un peu en mode survie, plutôt qu'en mode course." Et ça ne va pas s'améliorer pour l'étape de ce mercredi : les températures se maintiennent, et le parcours est le plus long du circuit.

Pour l'heure, il n'y a plus de Français parmi les leaders de ce Dakar 2016 : l'Espagnol Carlos Sainz, autre pilote Peugeot, est passé en tête de la course.