Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Dakar 2018 : départ de la 40e édition, dernière chance pour Sébastien Loeb

samedi 6 janvier 2018 à 1:07 Par Germain Arrigoni, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Le pilote français Sébastien Loeb se lance dans une troisième et ultime tentative d'ajouter à son palmarès le Dakar, mais les prétendants se bousculent face à lui, avant le départ ce samedi de Lima, au Pérou. Une 40e édition qui passe également par la Bolivie pour arriver en Argentine le 20 janvier.

Le pilote français star Sébastien Loeb se lance dans une troisième et ultime tentative d'ajouter à son palmarès le Dakar
Le pilote français star Sébastien Loeb se lance dans une troisième et ultime tentative d'ajouter à son palmarès le Dakar © AFP - FRANCK FIFE

Une première pour la dernière ? Neuvième en 2016, deuxième en 2017 derrière Stéphane Peterhansel... La logique voudrait que Sébastien Loeb, en progression constante en rallye-raid avec Peugeot, soit sacré le 20 janvier à l'arrivée à Cordoba en Argentine, pour marquer encore plus de son empreinte l'histoire de son sport.

Seuls trois hommes ont réussi à remporter le Championnat du monde des rallyes WRC et le Dakar : les Finlandais Ari Vatanen et Juha Kankkunen, ainsi que l'Espagnol Carlos Sainz.

Mais son apprentissage en rallye-raid est aussi rapide qu'accidenté. La performance prometteuse du nonuple champion du monde WRC sur le Dakar 2017 a ainsi été suivie par deux déceptions, un abandon sur le Silk Way puis une deuxième place au Maroc, alors qu'il avait longtemps couru en tête.

Le dernier de Peugeot

Le temps est compté : pour lui comme pour Peugeot, ce Dakar sera le dernier. La marque au lion reste sur un triplé historique l'année passée. En 2018, le constructeur français n'ambitionne pas moins qu'un nouveau feu d'artifice à l'arrivée, ce qui fait des coéquipiers et compatriotes de Loeb ses plus sérieux adversaires. 

En première ligne, Stéphane Peterhansel, double tenant du titre, s'élance pour ajouter une unité à son record de succès (13). Cinq fois sacré en moto, Cyril Despres semble aussi en bonne forme, dans la foulée de son Silk Way victorieux en juillet.

En raison des nouvelles réglementations sur la masse minimum, le Qatarien Nasser Al-Attiyah (Toyota Gazoo), sur son 4x4 Hilux, pourrait ainsi bénéficier d'un coup de boost, tout comme l'Espagnol Nani Roma, de retour chez Mini.

Des dunes à dompter d'entrée

Pour cette 40ème édition, les pilotes parcourront près de 9000 km en 14 étapes, à travers le Pérou, la Bolivie et l'Argentine. Le Dakar retrouve l’Océan Pacifique et surtout les dunes du Pérou, que les pilotes affronteront après avoir profité pendant quelques jours de la capitale Lima où le départ est donné ce samedi 6 janvier 2018.  La sélection se poursuivra en Bolivie, où la journée de repos sera observée le 12 janvier et à haute altitude à La Paz. Après 14 étapes, l'arrivée est prévue le 20 janvier à Córdoba en Argentine, première fois qu'y sera jugée l’arrivée finale du Dakar.

Nasser Al-Attiyah part aussi avec un avantage : sa connaissance du désert, servi en entrée du Dakar dès la première semaine, et qui peut se révéler très compliqué pour Loeb, conscient de sa faiblesse sur le sable.

Côté motos, les dunes du début permettront de dégager une hiérarchie parmi la liste des prétendants, nombreux. Face à lui, le tenant du titre anglais Sam Sunderland devra notamment composer avec ses coéquipiers de KTM, l'Autrichien Matthias Walkner, l'Australien Toby Price ou encore le Français Antoine Méo, ainsi qu'un autre Français, le pilote de Yamaha Adrien Van Beveren, quatrième du Dakar 2017.

  - Visactu
© Visactu -

Le Dakar 2018 en chiffres

0 : le nombre de victoire en rallye-raid du Français Sébastien Loeb, indétronâble champion du monde des rallyes WRC entre 2004 et 2012 mais en difficulté dans sa nouvelle discipline depuis ses débuts en 2015.
1 : c'est la première fois que Cordoba, ville hôte de l'étape argentine du Championnat du monde des rallyes WRC, accueillera l'arrivée du Dakar.
5 : l'attente en années des retrouvailles avec le Pérou, star du parcours 2018. Quelque 25 pilotes et copilotes représenteront le pays inca, dont Nicolas Fuchs, 12e en 2017 en auto.
11 : le nombre de femmes engagées.
13 : le seul numéro de dossard jamais attribué. Question de superstition.
13 (bis) : le record de victoires sur le Dakar, détenu par Stéphane Peterhansel. Le Français a gagné sept fois en auto, dont les deux dernières éditions, et six fois en moto.
16 : le nombre de succès d'affilée du constructeur autrichien KTM en moto. Série entamée en 2001 et toujours en cours.
24 : le nombre de concurrents morts durant un Dakar, du motard français Patrick Dodin lors de la 1re édition, en 1979, au motard polonais Michal Hernik en 2015.
40 : l'anniversaire du Dakar, dont la première édition s'était lancée le 26 décembre 1978 du Trocadéro à Paris.
54 : le nombre de nationalités représentées lors de l'édition 2018. Le plus gros contingent, comme chaque année, est français.
76 : l'âge du doyen, le Japonais Yoshimasa Sugawara, dont la première participation remonte à 1983. Le pilote camion (Hino) ne détient pour autant pas le record: le plus vieux concurrent de l'histoire a 81 ans, le Français Marcel Hugueny en 1995.
342 : le nombre de véhicules engagés. Le record date de 1988, avec 603 véhicules engagés.
522 : le nombre de kilomètres de la plus longue spéciale auto chronométrée, entre Fiambala et San Juan en Argentine, le jeudi 18, à deux jours de l'arrivée à Cordoba.
7.000 : le nombre de repas servis par jour sur le bivouac.
8.793:  le nombre de kilomètres du parcours pour les autos, dont 4.329 de spéciales, c'est-à-dire de parties chronométrées.
20.000 : le nombre de policiers, gendarmes et militaires mobilisés sur le parcours.