Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dakar 2021 : les confidences du Bourbonnais Xavier de Soultrait sur son lit d'hôpital en Arabie Saoudite

Le Moulinois n'avait jamais semblé aussi serein et épanoui sur sa moto depuis qu'il est engagé sur le Dakar. Un plaisir de piloter qui l'a mené jusqu'à la place de leader du général, avant sa chute lundi. Bilan : une cervicale fracturée. France Bleu a pris de ses nouvelles sur son lit d'hôpital.

Xavier de Soultrait a échappé au pire dans sa chute
Xavier de Soultrait a échappé au pire dans sa chute © AFP - Julien Delfosse

Lundi 11 janvier entre Sakaka et Neom en Arabie Saoudite. Xavier de Soultrait poursuit son magnifique Dakar. Jusqu'à cette chute. Lourde. Après 267 kilomètres de spéciale dans l'étape, l'aventure s'arrête nette. Le pilote bourbonnais est à terre. Une seule issue, l'abandon, la mort dans l'âme. 

De Soultrait est pris en charge par une équipe médicale du rallye-raid. Conscient, il est évacué à l'hôpital. Après une batterie d'examens et de radiographies, le diagnostic tombe : une dent de cervicale cassée. Le pire a été évité. Xavier de Soultrait s'est confié ce mardi à l'envoyé spécial de France Bleu sur le Dakar depuis sa chambre d'hôpital à Djeddah. 

Le Bourbonnais Xavier de Soultrait pouvait prétendre au podium final
Le Bourbonnais Xavier de Soultrait pouvait prétendre au podium final © AFP - Julien Delfosse

France Bleu Pays d'Auvergne - Pour commencer Xavier, donnez-nous de vos nouvelles.

Alors, j'ai la dent de la cervicale C2 qui est fracturée, mais non déplacée. Il faut faire très attention parce que la moelle épinière n'est pas tenue, mais rien de terrible et pas d'opération nécessaire, d'après les neurochirurgiens qui ont été consultés en France. 

Ça aurait pu être bien plus grave ?

Mon airbag m'a définitivement empêché d'avoir de plus gros dégâts, c'est clair. J'ai cassé tout l'avant et je le suis écrasé dessus. Mon airbag a aussi permis de me maintenir car quand je suis tombé, j'ai vite pris conscience que j'avais une ou plusieurs cervicales cassée(s) et je ne voulais surtout pas que mon airbag se dégonfle. Il m'a finalement beaucoup protégé de problèmes annexes.

Les soignants se trompent de pilote blessé

Racontez-nous dans quelles circonstances, vous avez été victime de cette chute lundi ?

Xavier de Soultrait : Comme depuis le début de ma course, j'étais dans un bon rythme. Sage mais rapide. Je suis arrivé au sommet d'une colline et il y a derrière des espèces de langues de sable formées à cause du vent, qui a créée une succession de cuvettes sur 200 ou 300 mètres et je me suis fait piéger là-dessus. C'est de ma faute, j'aurais dû le voir. Je me suis fait avoir...   

Votre évacuation vers l'hôpital a failli se finir très mal. Racontez-nous.

J'ai été transféré à Djeddah avec des médecins de l'organisation dans un petit avion privé avec deux  autres pilotes. Ça s'est très bien passé, par contre lorsqu'on a atterri, ils m'ont laissé sur la tarmac dans une ambulance. Et les médecins ont confondu les pilotes. Ils pensaient que c'est un autre (pilote) qui avait les cervicales et le cou très instables et que moi je n'avais pas grand-chose. Du coup, ils m'ont sorti de l'ambulance comme tu fais sortir un cheval D'Avant. Là, j'ai eu vraiment la peur de ma vie. Je me suis que si ça bougeait, je pouvais perdre l'usage de mes deux jambes. Tu imagines... 

Retour en France ce mardi ?

Et comment est le moral ?

Ecoute, j'ai le moral, ça fait partie du Dakar, c'est pas facile, mais il faut l'accepter. Ce qui est difficile à avaler, c'est que j'étais en train de faire une super course, j'étais en lice pour le podium ou la victoire finale. Je faisais une course sage, j'avais prévu d'attaquer à l'étape 11, s'il fallait de battre. J'aurais accepté de tomber à ce moment-là, mais là, c'est dur à avaler... Je n'attaquais pas plus que ça. C'est ma première chute du Dakar, à l'étape 8, à quelques minutes de la victoire au scratch. C'est comme ça, c'est la vie, ça aurait pu être pire...

Votre retour en France est programmé ?

Je devrais être rapatrier en France aujourd'hui (mardi) ou demain. C'est un peu complexe, mais le service du Dakar est vraiment exceptionnel, donc je pense que ça ne devrait pas traîner. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess