Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dakar 2021 : "Pour nous, tout est nouveau", confie Sébastien Loeb, de retour après une édition manquée

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Pour la seconde année consécutive, le Dakar 2021 s'élancera dès dimanche sur les pistes de l'Arabie saoudite, sur une boucle de 7 500 kilomètres au départ de Jeddah. Le pilote alsacien Sébastien Loeb y fera son grand retour, après avoir séché l'édition de 2020.

Sébastien Loeb avait pris le départ du Dakar pour la première fois en 2016
Sébastien Loeb avait pris le départ du Dakar pour la première fois en 2016 © Radio France - Nicolas Mathias

La pandémie de Covid-19 n'aura pas eu raison du Dakar 2021. La tenue de la 43e édition du rallye, qui commencera dimanche 3 janvier en Arabie Saoudite, est restée incertaine jusqu'à ces tout derniers jours. Mais le protocole sanitaire a été adapté et les 555 concurrents s'élanceront dimanche sur 7 500 kilomètres de pistes saoudiennes, une boucle de douze étapes au départ et à l'arrivée de Jeddah, sur les rives de la mer Rouge. 

Le pilote alsacien Sébastien Loeb y fera notamment son grand retour dans un 4X4 prototype équipé d'un moteur V6 sous les couleurs du Bahreïn, après avoir manqué l'édition de 2020. "Tout est nouveau, c'est assez dur de se projeter", confie le nonuple champion du monde de rallye, originaire d'Haguenau, avant la course.

Vous êtes content de revenir sur le Dakar ?

Oui c'est un vrai plaisir, c'est pour ça que je reviens. Le Dakar, on y vit toujours des émotions un peu dans tous les sens. Il y a des moments de joie, des moments compliqués, mais au final quand on rentre à la maison après la course, on a quand même des souvenirs qui restent. J'ai toujours eu de belles images en tête. Il y a deux ans, on était là, on était vraiment dans le coup, on était en bagarre tout le long, on a fini sur le podium mais ça a été compliqué à cause de problèmes techniques. Toutes ces raisons nous ont donné envie de revenir.

Avez-vous les capacités de finir dans les premiers ?

Le problème, c'est que je n'en sais rien. J'espère le mieux possible mais aujourd'hui, on n'a pas vraiment de référence. J'ai roulé avec la voiture sur un terrain mais on n'a aucune base de comparaison. La seule base de comparaison, ce sont les souvenirs que je peux avoir d'une Peugeot d'il y a deux ans, donc c'est très différent. En plus, on est sur la réglementation quatre roues motrices donc les avantages et les inconvénients par rapport au buggy ne sont pas du tout les mêmes. Donc faire une comparaison directe et savoir si en 400 kilomètres on va être cinq minutes plus rapide ou plus lent, c'est compliqué.

Pour nous, c'est une nouvelle voiture, un nouveau terrain, un nouveau système de roadbook. Il y a deux ans, on avait encore les "mapman"

Globalement, je dirais que ça on va le voir sur la course, à quel niveau on se situe, si on est capables de se battre avec les meilleurs, si on est capables d'être devant de temps en temps. Déjà j'espère qu'on sera fiables, que je ne ferai pas trop de conneries, et puis on verra bien où ça nous mène.

Vous n'étiez pas là l'an dernier, pour la première édition du Dakar en Arabie Saoudite. Vous manquez de repères ?

Pour nous, c'est une nouvelle voiture, c'est un nouveau terrain, c'est un nouveau système de roadbook avec le roadbook électronique que Daniel [Elena, son copilote] ne connaissait pas. Il y a deux ans, on avait encore les "mapman" [qui donnaient aux équipes des explications très poussées sur le parcours], il y avait toute la préparation qui n'existe plus non plus donc pour nous, tout est nouveau. C'est pour ça que c'est assez dur de se projeter, on va faire au mieux.

Comment avez-vous vécu le protocole sanitaire drastique à cause de la pandémie de Covid-19 ?

C'est sûr que ce n'est pas le plus amusant de passer nouvel an dans sa chambre tout seul parce qu'on ne pouvait ramener personne avec nous et qu'on est un peu isolés ici. Déjà, ASO a le mérite d'avoir réussi à maintenir le rallye, ce qui n'est pas le cas de plein de petits rallyes qui ont été annulés. Donc réussir à maintenir un gros événement comme le Dakar, je pense que c'est déjà fort. On est contents d'être là, et puis je sais qu'à partir du moment où la course va commencer, tout va rentrer dans un fonctionnement normal. On sera dans notre bivouac, dans notre camping-car, comme sur les autres Dakar, donc on est quand même contents d'être là.

Le parcours du Dakar 2021 en Arabie saoudite.
Le parcours du Dakar 2021 en Arabie saoudite. © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess