Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Décastar 2018 : Kevin Mayer espère "écrire une belle histoire"

jeudi 13 septembre 2018 à 20:13 Par Arnaud Carré, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Gironde et France Bleu

Après son abandon à Berlin, le champion du monde sera motivé comme jamais pour réussir une grande performance ce week-end à Talence. Mais rappelle que battre un record du monde ne se décrète pas. Interview.

Kevin Mayer fait son retour à Talence. Avec de grandes ambitions.
Kevin Mayer fait son retour à Talence. Avec de grandes ambitions. © Maxppp - MaxPPP

Bordeaux, France

Un zéro à la longueur des championnats d'Europe en août l'avait empêché de confirmer ses progrès de l'année. Passée la déception, Kevin Mayer s'est remis au travail et arrive en Gironde dans de très bonnes conditions pour tenter de battre son record de France, voire franchir la barre mythique des 9000 points et, qui sait, aller chercher le record du monde de l'Américain Ashton Eaton (9045 points).

France Bleu : êtes-vous un peu comme une cocotte minute dont la soupape aurait tourné depuis de longues semaines ?

Kevin Mayer : Ça vibre. La frustration des championnats d'Europe, pas par rapport au fait d'avoir mordu mais par rapport au fait de ne pas avoir pu m'exprimer, est grande et j'ai envie de la libérer ce weekend. Je me sens en forme, je me sens confiant. J'ai mis tout de mon côté. Maintenant, à moi d'être assez concentré pour faire toutes les épreuves comme il faut.

On doit m'en parler dix ou vingt fois par jour. On pensera au record du monde après la perche mais honnêtement pour battre un record du monde aujourd'hui, je n'ai pas le droit à l'erreur.

Quelles conditions faut-il réunir pour battre le record du monde ?

Des conditions parfaites. On doit m'en parler dix ou vingt fois par jour. J'essaie de me sortir de ça, de penser plutôt à mes sensations et à mon envie de faire des grosses perfs dans chaque épreuve. On pensera au record du monde après la perche mais honnêtement pour battre un record du monde aujourd'hui, je n'ai pas le droit à l'erreur et sur dix épreuves c'est vraiment compliqué donc pour l'instant, c'est un peu philosophique d'en parler.

Vous avez cette saison amélioré plusieurs de vos records. Vous avez envie de voir ce que ça peut donner au final ?

Complètement. J'ai envie de terminer un décathlon de la meilleure des manières. Je me sens bien, j'ai énormément progressé cette année, mentalement je suis bien, je n'ai pas de blessures. Il y a tout ce qu'il faut pour y arriver. Maintenant, c'est le décathlon, c'est dix épreuves à enchaîner. J'espère écrire une belle histoire ce weekend.  

Kevin Mayer assure que la déception de Berlin est derrière lui. - Radio France
Kevin Mayer assure que la déception de Berlin est derrière lui. © Radio France - Arnaud Carré

Vous aurez un peu d'appréhension au moment d'attaquer le concours de la longueur ?

Non, ce n'est pas le genre de la maison de réfléchir. J'ai toujours dit que dans le sport, il fallait être dans l'intention et dans la sensation. La réflexion, c'est quand tu es à une table et que tu as un crayon. Je vais essayer d'être comme ça samedi et de faire une belle perf. J'ai fait mes réglages, normalement ils sont parfaits. Les trois mordus c'est de l'histoire ancienne. C'est quelque chose qui arrive de temps en temps mais pas souvent.

Vous connaissez le public de Talence, vous l'imaginez si ça se passe bien pour vous ?

J'imagine ce que ça pourrait être, ce sont des pensées très positives, mais j'essaie de ne pas trop y penser, de rester dans ma bulle. Le public va être à fond derrière moi. A moi de l'utiliser pour faire de très bons concours mais (il s'arrête...). Non je parle de concentration mais ce n'est pas ça. Il faut que je prenne ça comme un jeu. Je vais m'éclater avec le public de Talence.