Tous les sports

Décastar - Médaillé d'argent aux JO, Kevin Mayer à Talence "pour le plaisir"

Par Yves Maugue, France Bleu Drôme-Ardèche et France Bleu Gironde vendredi 16 septembre 2016 à 15:18

Avant le Décastar, Kevin Mayer est passé par les studios de France Bleu Gironde.
Avant le Décastar, Kevin Mayer est passé par les studios de France Bleu Gironde. © Radio France - Oanna Favennec

Un mois après sa médaille d'argent au décathlon des Jeux Olympiques de Rio, le drômois Kevin Mayer dispute ce week-end le Décastar de Talence dans l'agglomération bordelaise. Avec des ambitions mesurées.

France Bleu : Vous pensiez être aussi sollicité après votre médaille à Rio ?

Kevin Mayer : Je m'y attendais mais pas autant. C'est compliqué, beaucoup de fatigue. J'ai parfois l'impression de ne rien contrôler mais cela fait partie du métier. Je viens participer à ce Décastar de Talence dans une forme normale mais nerveusement fatigué. Je ne suis pas aussi affûté qu'aux JO. On verra.

On vous décrit comme un fauve dès que vous êtes en compétition ?

C'est encore plus vrai dans un championnat. Je m'entraîne pour ça et, quand j'y suis, j'ai envie de "bouffer le tartan" et d'aller le plus vite possible. Là on arrive en fin de saison et je n'ai plus la même envie mais ça reste du décathlon et j'y vais avec plaisir.

Avec de l'enthousiasme et le public de Talence, ça peut peut-être le faire.

Le 40ème Décastar, vous venez pour le gagner ?

Je suis là avec les forces qui me restent et il ne m'en reste pas beaucoup. Mais je ne vais pas le faire pour le perdre. Quand je serai dans les starts je voudrai gagner la course puis gagner le saut et ainsi de suite. Je pense pouvoir gagner mais le cubain Suarez est toujours très bon en fin de saison. J'ai tout donné aux Jeux Olympiques et ce sera dur mais avec de l'enthousiasme et le public de Talence, ça peut peut-être le faire. Il va surtout falloir éviter les demandes d'autographes, essayer de se reposer entre les épreuves et rester dans son décathlon.

Vous visez la victoire finale du challenge mondial ?

Bien sûr. Si je gagne, ce sera très avantageux pour moi et pour l'équipe de France. Je serai directement qualifié pour les championnats du monde à Londres l'an prochain. Et ça laissera une place de plus pour les Français c'est-à-dire 4 places possibles pour les mondiaux.