Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Deux-Sèvres : la cordée de la diversité à l'assaut du Mont-Blanc

-
Par , France Bleu Poitou

Jour J pour le défi de la cordée de la diversité. Huit Deux-Sévriens partent ce jeudi pour l'ascension du Mont-Blanc. Une expédition de trois jours.

Les participants de la cordée sont arrivés lundi dans les Alpes pour trois jours d'acclimatation avant l'ascension du Mont-Blanc qui commence ce jeudi
Les participants de la cordée sont arrivés lundi dans les Alpes pour trois jours d'acclimatation avant l'ascension du Mont-Blanc qui commence ce jeudi - Pierre Bouras

Deux-Sèvres, France

C'est le grand départ, ce jeudi, pour la cordée de la diversité. Après huit mois de préparation, huit Deux-Sévriens, quatre femmes et quatre hommes, tous différents par leur couleur de peau, leur condition physique ou encore leur religion, vont commencer l'ascension du Mont-Blanc. Objectif de cette première journée, gagner le refuge de la Tête rousse, à 3200 mètres d'altitude. La cordée repartira vendredi, dans la nuit pour atteindre sommet, à 4800 m, commencer à redescendre. Une descente qui se poursuivra ce samedi.

Les participants de la cordée sont depuis ce lundi dans les Alpes, pour trois jours acclimatation. "Ce n'est pas du tout pareil que pendant l'entraînement", raconte Julien Viroulaud, navigateur niortais, l'un des initiateurs du projet. "Là, c'est de la haute montagne. On s’est entraînés à marcher en crampons, à utiliser des piolets. C'est rude parce quil commence à faire froid à 3000 m". 

Montrer que quand on arrive à capitaliser sur les différences, on arrive à déplacer des montagnes"

Le but de ce défi "montrer qu'avec avec toutes les différences qui composent la société - les couleurs de peau, les origines sociales, l'intergénérationnel, les différentes religions - quand on arrive à capitaliser sur ces différences, on arrive à déplacer des montagnes", rappelle Julien Viroulaud. Le navigateur se dit rempli de "fierté" avant de commencer l'ascension. De voir le Mont-Blanc, "c'est émouvant. Il est grand, un peu étouffant même".

"Je ne suis pas stressée mais j'ai des appréhensions sur ce qui nous attend", confie Christine, autre membre de la cordée, maman d'un petit bébé et pratiquante de course à pied mais pas d'escalade. Elle se demande, "est-ce que je vais y arriver ? Lorsque le guide te dit 'mets ton pied comme ça' et que tu as les autres membres de la cordée qui t'assurent également tu te dis je ne vais pas bloquer tout le monde, je vais y aller". Christine, motivée à 200%. "Je veux qu'on prouve que quatre hommes et quatre femmes ensemble, on est capables de faire des choses inoubliables".

Et la cordée de la diversité peut compter sur de nombreux soutiens. Comme celui du skipper François Gabart.

Choix de la station

France Bleu