Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dopage : menacée de huit ans de suspension, Ophélie Claude-Boxberger dénonce un acharnement injuste

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon

Ophélie Claude-Boxberger comparaît ce lundi 15 mars 2021 devant la commission des sanctions de l'Agence française de lutte contre le dopage. Menacée de huit ans de suspension, l'athlète montbéliardaise dénonce un dossier à charge et son avocat devrait plaider l'abandon des poursuites.

Ophélie Claude-Boxberger aux Championnats d'Europe d'athlétisme en salle de 2019
Ophélie Claude-Boxberger aux Championnats d'Europe d'athlétisme en salle de 2019 © Maxppp - Laurent Lairys

Le calendrier se précise dans l'affaire Ophélie Claude-Boxberger. L'athlète montbéliardaise est entendue ce lundi par la commission des sanctions de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), comme l'a révélé le journal L'Equipe, samedi 6 mars. Elle risque jusqu'à huit ans de suspension. Ophélie Claude-Boxberger dénonce un acharnement injuste, son avocat devrait demander l'annulation des procédures. 

Cette audience devra faire la lumière sur les soupçons de dopage qui planent sur la championne de France du 3 000 mètres steeple. Ophélie Claude-Boxberger a été testée positive à l'EPO lors d'un contrôle anti-dopage le 18 septembre 2019, puis suspendue le 4 novembre. 

Dans un premier temps, son accompagnateur Alain Flaccus, également compagnon de sa mère, s'était accusé de l'avoir dopée à son insu, avant de finalement se rétracter. La thèse de l'empoisonnement ne convainc pas l'AFLD, qui, selon "L'Equipe", penche plutôt pour une dissimulation des faits par l'athlète qui aurait demandé à son accompagnateur de s'accuser lui-même pour éviter des sanctions disciplinaires. 

Un acharnement injuste selon Ophélie Claude-Boxberger

A quelques jours de l'audience, Ophélie Claude Boxberger est sortie vendredi 12 mars de son silence pour dénoncer "un acharnement injuste" dans un long message publié sur son compte Facebook (voir ci-dessous). L'athlète montbéliardaise clame toujours son innocence et y accuse encore Alain Flaccus, son ex-entraîneur au Montbéliard Belfort Athlétisme, de l'avoir dopée à son insu. 

Enseignante d'EPS dans le pays de Montbéliard, elle n'a pu assurer ses cours depuis ce jeudi, "mon corps m'a lâchée, je n'ai plus de force" minée moralement par ce nouveau rebondissement. Sur Facebook, elle exprime tout "son désarroi". "On ne m'a jamais accordé la moindre présomption d'innocence" déplore-t-elle encore. 

Huit ans de suspension ? Aucun athlète en France n'a eu une telle sanction - Ophélie Claude-Boxberger

A France Bleu Belfort-Montbéliard, Ophélie Claude-Boxberger reconfirme être victime "d'une expertise qui ne repose sur aucun fondement scientifique, on m'accuse de choses totalement folles. Depuis le début, c'est uniquement à charge, j'ai fourni tous les éléments pour leur prouver ma bonne foi, et à aucun moment, ça n'a été entendu". L'athlète sera présente à l'audience ce lundi, accompagné de son avocat, Maître Clauzon, pour demander "l'abandon de toutes les poursuites". Quant au risque de huit ans de suspension "Jamais un athlète n'a eu autant d'années de suspension en France ! De toutes façons, ce n'est même pas une question de durée qui compte, c'est juste prouver que je ne suis pas coupable" conclut la Montbéliardaise.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Deux autres procédures en cours

En plus du volet "sportif", Ophélie Claude-Boxberger est également dans l'attente de deux autres procédures judiciaires liées à cette rocambolesque affaire. L'athlète a porté plainte pour des faits d'agressions sexuelles (ayant eu lieu entre 2002 et 2007) contre Alain Flaccus, alors entraîneur dans son club le Montbéliard Belfort Athlétisme. La Montbéliardaise a également attaqué en justice son ancien coach pour empoisonnement, le dossier ayant été renvoyé au 6 mai 2021 devant le tribunal correctionnel de Montbéliard. 

En attendant, si la spécialiste du trois mille steeple est lourdement sanctionnée ce lundi par la commission des sanctions de l'AFLD, l'athlète montbéliardaise pourra faire une croix sur ses ambitions de JO de Tokyo cet été, et même de Paris 2024 auxquels Ophélie Claude-Boxberger rêvait de participer sur le marathon pour clore sa carrière sur un ultime hommage à son illustre père.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess