Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Douches froides pour Esteban Ocon et Pierre Gasly au Grand Prix de Styrie

Pierre Gasly (15e) et Esteban Ocon (abandon) n’ont pas connu un Grand Prix de Styrie aussi fastueux que dimanche dernier, pour la deuxième course sur le Red Bull Ring (Autriche). Les Mercedes se sont imposées et confirment leur domination sur la Formule 1.

Cruel abandon pour Esteban Ocon qui filait vers un nouveau top 10
Cruel abandon pour Esteban Ocon qui filait vers un nouveau top 10 - Renault Sports

Les pilotes normands s’étaient offerts un brillant début de saison de Formule 1 dimanche dernier. Mais cette fois aucun point au championnat du monde lors du Grand Prix de Styrie. Pierre Gasly a dû composer avec une AlphaTauri meurtrie par un contact dès le premier virage avant de se perdre dans un mauvais choix pneumatique en tentant très tôt une fin de course en gommes dures. Esteban Ocon, brillamment qualifié en 5e position, était bien parti pour un solide top 10 quand il a dû abandonner sur problème mécanique. Le résumé de la course ci-dessous.

Le classement de ce Grand Prix de Styrie, marqué par la 85e victoire de Lewis Hamilton en formule 1
Le classement de ce Grand Prix de Styrie, marqué par la 85e victoire de Lewis Hamilton en formule 1

Les espoirs d’Ocon partent en fumées

Contexte : Une semaine après avoir marqué des points au championnat du monde dès son premier Grand Prix avec Renault, Esteban Ocon s’est offert une brillante qualification sous la pluie. Le Normand a signé le 5e chrono, confirmant son talent sur piste humide, dans le prolongement de ses qualifications (dans des conditions identiques) lors des GP d’Italie 2017 et de Belgique 2018. Mais sur piste sèche, Ocon doit s’attendre à être attaqué par des voitures plus rapides mais placées derrière lui sur la grille de départ.

Départ : Impulsion correcte du Normand mais comme la semaine dernière il ne parvient pas à conserver sa position. Albon (Red Bull) le passe au premier freinage et Ocon se retrouve 6e. Parti en pneus tendres, il est rapidement menacé par son coéquipier Ricciardo qui affiche un rythme très élevé en gommes mediums. Le Normand lui ferme clairement la porte, l’Australien exprime son irritation à la radio mais les positions ne changent pas pendant 15 tours entre les deux Renault. Après de nombreuses attaques, Ricciardo finira par passer devant le pilote ébroïcien

Bien placé devant les Racing Point et la McLaren de Norris, Ocon voit sa course brutalement interrompue au 26e des 71 tours. Il rentre au stand, voiture fumante, pour abandonner. “On soupçonne un problème de refroidissement” dira le Normand quelques minutes plus tard au micro de Canal +. Si l’hypothèse se confirme, l’écurie Renault devra corriger ce soucis qui avait déjà provoqué l’abandon de Ricciardo la semaine dernière sur ce même circuit ! L' Australien, lui, termine 8e et permet à Renault d’inscrire quatre points supplémentaires au championnat.

Les mauvais pneus de Gasly

Contexte : Pierre Gasly avait réussi la course parfaite lors du premier Grand Prix de la saison. Le Bois-Guillaumais a profité de son aisance sous la pluie, lors des qualifications, pour placer son AlphaTauri dans la première moitié de la grille. Mais il lui sera très difficile de conserver sa septième position, sur piste sèche, contre des pilotes Racing Point, Renault, McLaren et Ferrari. Sauf si les incidents éliminent une nouvelle fois des monoplaces plus rapides que la monture du Normand. 

Départ : Bon envol de Gasly qui conserve sa septième place au premier freinage… avant d’être tapé à l’arrière-droit par Ricciardo ! Il évite le tête-à-queue avec un vif contre-braquage mais la Renault de l’Australien est passée. L’AlphaTauri se retrouve 8e après l’incident. Gasly va réussir à maintenir cette position pendant 20 tours en résistant autant que possible aux attaques des Racing Point (Stroll, Perez) et d’une McLaren (Norris). Il va finir par céder et se retrouve 11e lorsqu’il bascule vers une nouvelle stratégie : rentrer aux stands pour passer des pneus durs dès le 30e tour. Il est le seul pilote à tenter cette option des gommes les plus endurantes mais les moins rapides. 

La seconde partie de la course se révèle compliquée pour le Normand, en manque de rythme contre des adversaires en gommes tendres ou mediums. Gasly est même rattrapé puis dépassé par son coéquipier Daniil Kvyat et par les Alfa Romeo. Tombé au 13e rang il repasse aux stands pour changer de pneus et ressortir bon dernier. Avec des gommes tendres bien plus mordantes, il n’aura aucun mal à doubler les Williams pour finir 15e de ce Grand Prix de Styrie. Son coéquipier Daniil Kvyat prend lui le point de la 10e place. Au micro de Canal + le Normand est évidemment déçu : "Le départ se passe mal, je suis tapé par Daniel (Ricciardo) et j'ai failli partir en tête-à-queue. L'arrière de la voiture était vraiment difficile à tenir, très compliqué. On n'a pas pu faire grand chose" observe Gasly, dont on devine une grimace derrière son masque imposé par le protocole sanitaire. Plus tard, sur Twitter, il évoquera des dégâts sur le fond plat de sa monoplace pour expliquer ses difficultés et une course manifestement ruinée par l'attaque de Ricciardo au premier virage.

Les Mercedes déroulent, les Ferrari dérouillent

Ce Grand Prix de Styrie (nom de la région abritant le circuit du Red Bull Ring) n'a pas été aussi animé que le Grand Prix d'Autriche disputé en ce même lieu dimanche dernier. Auteur d'une remarquable pôle-position sous la pluie, Lewis Hamilton a contrôlé la course du premier au dernier tour. Les Mercedes ont signé le doublé, ce qui signifie que le Britannique -quatrième la semaine dernière- reste derrière son coéquipier Valtteri Bottas au championnat du monde. Le seul vrai problème mécanique a frappé la Renault d'Esteban Ocon. Sinon les monoplaces se sont révélées fiables pour ce deuxième Grand Prix de la saison. Le double abandon des Ferrari a été provoqué par une attaque kamikaze de Charles Leclerc sur son coéquipier Vettel dès le 3e virage. Le Monégasque, réputé pour son franc-parler, ne s'est d'ailleurs donné aucune excuse... 

Le prochain Grand Prix, dans ce calendrier ultra resserré, se disputera dès le week-end prochain en Hongrie. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess