Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Esteban Ocon n'ira pas chez Renault Formule 1 en 2019

vendredi 3 août 2018 à 15:48 Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Coup de théâtre ce vendredi dans le mercato Formule 1 : Daniel Ricciardo rejoindra Renault en 2019. Ce qui ferme la porte à Esteban Ocon, fortement pressenti depuis quelques semaines pour rejoindre l’écurie française. Une déception qui ouvre une période d'incertitude pour le pilote normand.

Esteban Ocon voit l'option Renault lui passer sous le nez.....
Esteban Ocon voit l'option Renault lui passer sous le nez..... © Maxppp - Hoch ZWEI

Normandie, France

En début de saison Esteban Ocon pouvait espérer un volant chez Mercedes, l’écurie allemande quadruple championne du monde en titre de Formule 1. Mais le constructeur allemand a prolongé courant juillet ses deux pilotes actuels : Lewis Hamilton et Valtteri Bottas. Depuis il pouvait compenser cette déception grâce à l’intérêt que lui portait Renault. “Esteban fait parti de nos options” reconnaissait encore Cyril Abiteboul, le team manager de Renault, dimanche dernier lors du Grand Prix de Hongrie. Mais coup de froid ce vendredi avec l’annonce du recrutement de Daniel Ricciardo !

Dur mais logique 

Le recrutement de l’Australien par Renault a surpris le milieu de la Formule 1. Le pilote avait laissé entendre qu’il poursuivrait sa carrière avec Red Bull (où il brille depuis cinq ans) et Renault n’avait jamais publiquement évoqué son intérêt pour ce pur produit de la filière autrichienne. Ce qui laissait donc de légitimes espoirs à Ocon pour endosser la combinaison jaune en 2019, au sein de l’équipe qui monte dans la hiérarchie du classement des constructeurs : 9e en 2016, 6e en 2017 et pour l’instant 4e du championnat 2018. 

Renault et Ricciardo ont donc négocié dans une discrétion absolue pour aboutir à ce contrat de deux ans. Mais Ocon n’a pas à rougir d’avoir été doublé par le pilote australien, vainqueur cette saison des Grands Prix de Chine et de Monaco. Daniel Ricciardo est en effet l’un des cadors de la Formule 1, aussi rapide que fiable et charismatique. Il compte sept victoires en Grands Prix et il est le seul coéquipier à avoir battu Sebastian Vettel sur l’ensemble d’une saison. Renault ne pouvait pas manquer une telle opportunité.

Vers une période d’incertitude pour Ocon

Depuis le début de la saison 2017, Ocon pilote pour Force India. L’an dernier l’équipe anglo-indienne était la quatrième force du plateau derrière l’intouchable trio Mercedes-Ferrari-Red Bull. Au volant de la voiture rose propulsée par un moteur Mercedes le natif d’Evreux a copieusement rempli son capital point : 87 pour finir sa première saison à la 8e place du championnat du monde. La seconde campagne est un peu plus difficile (29 points en douze Grands Prix) dans une équipe Force India qui n’a pas les moyens de faire progresser sa monoplace. Ses finances sont dans le rouge et elle a été placée sous administration judiciaire dans l’attente d’un repreneur. Il n’est pas certain qu’elle survive à cette tempête financière…. 

Difficile donc d’imaginer l’avenir d’Esteban Ocon. Le Normand devrait rester en Formule 1 grâce au soutien de Mercedes, mais dans une écurie de seconde partie de grille. Soit Force India affaiblie, soit Williams. Cette dernière devrait accroître son partenariat technique avec Mercedes en 2019 (fourniture moteur + boîte de vitesse) et elle pourrait accepter, en échange, de confier l’un de ses volants à un pilote sous contrat avec la marque à l’Etoile. Mais quelle que soit la destination, il est certain que le pilote ébroïcien aurait eu un challenge beaucoup plus attractif chez Renault !