Tous les sports

Fed Cup : les Bleues à Roanne pour ne pas couler

Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire vendredi 21 avril 2017 à 15:57

Amandine Hesse, Pauline Parmentier et Yannick Noah à l'entrainement à la Halle Vacheresse
Amandine Hesse, Pauline Parmentier et Yannick Noah à l'entrainement à la Halle Vacheresse © Maxppp - Maxppp

La bonne tenue du tennis féminin français passe par Roanne ce weekend. L'équipe de France affronte l'Espagne en barrage de la Fed Cup. Une rencontre qui permettra au pays vainqueur de rester dans la 1ère division internationale. Place au jeu pour les Bleues après quelques polémiques.

La Halle Vacheresse va vibrer au rythme des échanges ce samedi et dimanche pour enfin penser au jeu après plusieurs polémiques qui ont alimenté les dernières semaines. D'abord le forfait de la numéro 1 française Caroline Garcia sur blessure. Il aura fallu qu'un médecin fédéral constate un problème de nerf sciatique pour que cette polémique s'éteigne. Avant qu'une autre n’apparaisse : sa remplaçante Océane Dodin a refusé sa sélection en début de semaine. Un choix qui l'expose à une sanction de la part de la Fédération. Pour celles qui seront là, comme Kristina Mladenovic, il y aura la volonté de ne pas manquer le rendez-vous : "C'est une rencontre qu'on doit gagner, un barrage pour rester dans le premier groupe mondial qui est très fort et pour construire l'avenir. Si on gagne cette rencontre, on n'en aura que 3 à gagner l'année prochaine pour soulever le trophée. Des joueurs français (et françaises) oublient la chance d'être Français. Chez nous c'est normal et naturel d'être reconnaissant envers la Fédération et surtout d'adorer ce genre d'événement. Si on ne prend pas de plaisir à être là, on n'a rien compris à la beauté du sport".

Kristina Mladenovic au micro de Rodolphe Montagnier

Kristina Mladenovic qui ouvrira le bal à partir de 14h à la Halle Vacheresse contre Silvia Soler-Espinosa avant que Pauline Parmentier ne soit opposée à Sara Sorribes-Tormo. Coté espagnole, les 3 meilleures joueuses sont absentes et tout ce contexte rempli d'incertitudes et de confusion pourrait faire de ce barrage crucial une rencontre piège. Le capitaine de l'équipe de France Yannick Noah n'est pas d'accord : "Tout le monde le voit arriver ce piège, gros comme une maison. Le piège c'est quand on est surpris. Là il n'y a pas de surprise particulière. On joue contre une équipe amoindrie. On est supposé gagner, on n'a pas le droit à l'erreur. Tomber dans le piège, je n'y pense pas. Ce serait douloureux. Nous on a envie de continuer dans cette aventure en 1ère division."

Yannick Noah au micro de Rodolphe Montagnier