Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Formule 1 : Esteban Ocon de retour sur la grille de départ en 2020

Après un an sur la touche, Esteban Ocon fera en 2020 son retour parmi les vingt pilotes titulaires en Formule 1. Le Normand, dans l'impasse chez Mercedes, rejoindra l’écurie Renault Sport. Une forme d'union de destins pour franchir un cap.

Le sourire du pilote de Formule 1Esteban Ocon. Bientôt de retour en Grand Prix
Le sourire du pilote de Formule 1Esteban Ocon. Bientôt de retour en Grand Prix © Maxppp - Hoch ZWEI

Normandie, France

Un soulagement teinté d'un soupçon de déception pour Esteban Ocon ! Le pilote normand ne rejoindra pas Mercedes en 2020, alors qu'il était en balance pour y obtenir un volant la saison prochaine.  Mais il fera quand même son retour sur la grille en 2020 avec Renault. Annonce faîte aujourd'hui dans le paddock de Spa-Francorchamps où se disputera ce week-end le Grand Prix de Belgique.

Une studieuse saison 2019

Bien que privé de Grands Prix en tant que pilote, Esteban Ocon a mis à profit cette saison blanche pour parfaire son bagage technique en tant que troisième pilote Mercedes. Il a multiplié les heures au simulateur et pu observer de l’intérieur la construction et le développement de la voiture qui domine le championnat du monde de Formule 1. 

Esteban Ocon, ici aux côtés de Toto Wolff (Team Principal) vit la saison de Mercedes de l'intérieur - Maxppp
Esteban Ocon, ici aux côtés de Toto Wolff (Team Principal) vit la saison de Mercedes de l'intérieur © Maxppp - Hoch ZWEI

Un vécu forcément intéressant pour une écurie comme Renault, qui ne parvient pas à rejoindre l’élite de la discipline. Ce parcours rappelle celui d’Olivier Panis, dernier pilote français vainqueur en Grand Prix. En 2000 il était passé par la case troisième pilote chez McLaren (alors au top) avant de retrouver une place de titulaire la saison suivante chez Bar-Honda, alors équipe de milieu de grille.

Retrouvailles avec Renault

En intégrant Renault, Esteban Ocon retrouve une équipe qu’il connaît bien. Début 2016 il était en effet troisième pilote de la marque au Losange. L’été dernier il avait déjà été très proche de la rejoindre avant que Renault ait l’opportunité d’engager Daniel Ricciardo, l’un des meilleurs pilotes du circuit. 

Février 2016 : Esteban Ocon (19 ans) recruté comme troisième pilote chez Renault - Radio France
Février 2016 : Esteban Ocon (19 ans) recruté comme troisième pilote chez Renault © Radio France - Didier Charpin

Ocon va retrouver une écurie désormais bien installée dans le peloton, classée quatrième l'an dernier derrière l’intouchable trio Mercedes - Ferrari - Red Bull. L'actuelle campagne 2019 est moins reluisante (McLaren occupe la place de "meilleures des autres") mais globalement Renault a les armes pour viser régulièrement le top 10 des Grands Prix. Comme Force India en 2017 et 2018, lorsque le pilote normand a récolté 146 points au championnat du monde au volant de la voiture rose. 

Fin du rêve Mercedes

En regagnant Renault le natif d’Évreux sort donc du giron de Mercedes, l’écurie championne du monde sans interruption depuis 2O14. La marque à l’Étoile l’a couvé pendant des années en le plaçant d’abord chez Manor (2016) puis Force India (2017-2018). Mais Ocon se trouvait désormais dans une “salle d’attente" pour une durée indéterminée derrière le duo de titulaires Lewis Hamilton - Valtteri Bottas. Une situation qui ne pouvait pas durer pour un pilote de 23 ans. 

Pas de place chez Mercedes. Esteban Ocon doit se résoudre à partir (au moins provisoirement) - Maxppp
Pas de place chez Mercedes. Esteban Ocon doit se résoudre à partir (au moins provisoirement) © Maxppp - Hoch ZWEI

Il retrouvera donc sa place sur la grille dans une monoplace moins prestigieuse, mais Ocon aura aussi le privilège rare de piloter pour une écurie française (depuis 20 ans seul Romain Grosjean l’a fait une demi-saison en 2009). Ce qui devrait accroître sa cote de popularité dans l’Hexagone. En essayant de faire grimper Renault dans la hiérarchie pour soigner son palmarès. Les deux parties, écurie et pilote, ont le même challenge à relever !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu