Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Formule 1 : Esteban Ocon et Pierre Gasly dans les points au Grand Prix de Monaco

dimanche 27 mai 2018 à 18:14 Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Magistrale performance des deux pilotes normands ce dimanche au Grand Prix de Monaco. Esteban Ocon et Pierre Gasly terminent roues dans roues aux 6e et 7e place de la course la plus difficile de la saison en Formule 1. Revivez ci-dessous les temps forts de leur course.

Très solide Esteban Ocon ce dimanche au Grand Prix de Monaco
Très solide Esteban Ocon ce dimanche au Grand Prix de Monaco © Maxppp - Jean-François OTTONELLO

Normandie, France

Une maîtrise absolue pour les Normands ce dimanche au Grand Prix de Monaco. Esteban Ocon (6e) termine à la meilleure place possible derrière les Red Bull, Mercedes et Ferrari. Cette 6e place lance enfin sa saison, jusque là marquée par une multitude d’aléas dont il n’était pas responsable. Pierre Gasly s’offre une très belle 7e place grâce à son panache au moment clé de sa stratégie de course. 

Le sans-faute (y compris diplomatique) d’Esteban Ocon

Brillamment qualifié en 6e position (son meilleur résultat depuis le début de la saison) Esteban Ocon conserve cette position au départ malgré un Alonso offensif au premier virage. Puis il est lentement décroché par rapport aux voitures qui le précèdent (3 secondes de retard au 6e tour). Un écart tout à fait logique au regard du décalage de performance entre la Force India du Normand et les intouchables Red Bull, Mercedes et Ferrari. 

Magnifique 6e place pour Esteban Ocon à Monaco - Radio France
Magnifique 6e place pour Esteban Ocon à Monaco © Radio France - Jean-Pierre BLIMO

Au 12e tour Ocon accède au cinquième rang lorsque Lewis Hamilton (Mercedes) passe aux stands pour un changement de pneus. Le champion du monde en titre ressort derrière lui…. puis le double peu après à la sortie du tunnel. Aucune résistance du pilote ébroïcien, soucieux de ne pas s’attirer les foudres de ses grands patrons. Il fait parti de la filière Mercedes et son plan de carrière lui recommande vivement de ne pas compromettre une course d’un bolide de la marque à l’étoile…..

Le scénario se répète au 17e tour. Ocon à nouveau 5e lorsque tous les leaders se sont arrêtés. Cette fois c’est l’autre Mercedes, celle de Bottas, qui est derrière lui. Le Normand va encore se soumettre à la règle tacite de la “non agressivité” contre une Mercedes et il s’effacera pour laisser passer Bottas. Quelques instants plus tard, il glissera même au 8e rang après son changement de pneus.

Ocon se retrouve alors derrière Gasly et Hulkenberg qui ne se sont toujours pas arrêtés. Avec ses gommes neuves le Normand remonte sur la Renault de l’Allemand,  il fait la jonction au 30e tour, mais comme d’habitude à Monaco impossible de trouver une ouverture sur ce circuit étroit et sinueux. Ocon attendra donc les arrêts de Gasly (34e tour) et Hulkenberg (51e tour) pour retrouver la 6e place. 

Je suis cramé ! - Esteban Ocon

Le Normand semble alors stabilisé à cette position à 20 tours de l’arrivée lorsqu’une menace inattendue surgit : Gasly, grimpé en 7e position, est revenu à trois secondes avec des gommes plus fraîches ! Ocon augmente alors le rythme une fois débarrassé de la phase de graining de ses pneus, puis la pression va retomber lorsque Hulkenberg puis Verstappen vont menacer l’autre pilote normand. Gasly sera alors davantage concentré sur la défense de sa propre position !

Au 70e des 78 tours Ocon est revenu sur la Mercedes de Bottas, parce que les leaders terminent clairement ce Grand Prix en mode “économie de pneus”. Le pilote ébroïcien verra Gasly revenir (encore) sur lui à cinq tours du terme suite à une VSC (virtual safety car), brève neutralisation partielle de course. Mais aucun pilote ne prendra de risque inconsidéré si près du drapeau à damier et Ocon va donc finir 6e dans ce prestigieux Grand Prix de Monaco. "C’était très long, je suis cramé, honnêtement ! “ a expliqué le Normand au micro de Canal +. “ Ici il faut rester concentré tout le long, ne pas faire d’erreur. J’avais Fernando [Alonso] qui m’a mis la pression toute la course, après Hülkenberg, et puis Pierre [Gasly] qui était rapide aussi.

Un brillant sursaut après un début de saison marqué par une multitude d’incidents et de frustration. Les six points récoltés dans les rues de la Principauté lui permette de gagner quatre positions au championnat du monde : le voici 13e.

Pierre Gasly fin stratège et très offensif

Bon départ de Gasly, qualifié 10e et qui parvient à maintenir cette position. Le pilote rouennais tient ensuite le rythme de Pérez (9e) sans parvenir à tenter une manoeuvre de dépassement. Gasly doit aussi surveiller la Renault Hulkenberg dans ses rétros. Au 19e tour, il grimpe au 9e rang lorsque Alonso passe aux stands changer ses pneus. La stratégie du jeune normand va progressivement se dévoiler : garder ses pneus le plus longtemps possible. Il va ainsi remonter jusqu’au 6e rang en voyant ses adversaires en finir avec les gommes chaussées lors du départ.

Le Rouennais réussit un numéro exceptionnel avec des pneus usés entre les 24e et 37e tours. Il signe les meilleurs chronos tous pilotes confondus ! Un point de comparaison : la Renault d’Hulkenberg, théoriquement plus rapide, est reléguée à 12 secondes de la Toro Rosso du Normand ! Gasly s’arrête juste après la mi-course (37e tour) lorsque ses chronos commencent à subir l’usure des gommes. Il ressort alors en 10e position, mais derrière Hulkenberg et Verstappen toujours équipés des même gommes depuis le départ. Le Normand les dépassera lorsqu’ils devront observer leur changement de pneus. 

Au 42e tour Gasly est dans le sillage de la Red Bull de Verstappen, partie en dernière position après le crash du Néerlandais lors des essais. Mais le Normand se retrouve dans la même situation que Ocon face à une Mercedes : pas d’attaque contre une voiture “vedette” de la même filière. Il doit se soumettre à cette règle sans doute inconnue du grand public.

Fin de course sous très haute tension

Le verrou Verstappen saute enfin au 48e tour. Le pilote néerlandais se plaint à la radio de l’état de ses gommes et passe au stand en chausser de nouvelles. Gasly, enfin libéré, améliore immédiatement ses chronos de deux secondes au tour. Il chasse alors en 9e position à quatre secondes de Fernando Alonso. Puis Gasly passe au 8e rang lorsque Hulkenberg change enfin ses gommes. Le Rouennais, déchaîné, signe des chronos en 1’17” contre 1’19” pour les leaders. Il revient dans le sillage d’Alonso et menace l’Espagnol aux 17 saisons en Formule 1 (et double champion du monde). La jeunesse ambitieuse va-t-elle attaquer l’un des seigneurs du championnat ? Finalement non : Alonso tombe en panne (boite de vitesse) et abandonne. 

Gasly se retrouve alors 7e avec 5 secondes de retard sur Esteban Ocon ! Il va revenir à trois secondes de son “compatriote” normand... sans parvenir à se rapprocher davantage. Il lui faut gérer la dégradation de ses gommes et au 60e des 78 tours Gasly commence même à regarder dans ses rétros : Hulkenberg, celui qui a le plus retardé son changement de pneus, est revenu à deux secondes. L’Allemand devient très dangereux avec ses pneus en meilleur état ! Deux boucles plus tard la jonction est réalisée, la Renault est collée à la Toro Rosso. La pression va encore s’accroître deux tours plus tard : Verstappen rejoint le duo Gasly-Hulkenberg. La bagarre s’annonce intense pour la 7e place, et signe de la grande fébrilité ambiante : l’équipe Red Bull demande au bouillant néerlandais de ne pas tenter un dépassement impossible…. 

Gasly, sous pression, parvient à protéger sa position jusqu’au 73e tours lorsque la course est placée en “Virtual Safety Car”, une neutralisation partielle pour nettoyer des débris en piste. Un court répit avant la relance de ce Grand Prix deux minutes plus tard. Gasly pointe alors à une seconde d’Esteban Ocon (6e) mais avec toujours Hulkenberg (8e) collé dans son sillage. Le Normand va maintenir sa position jusqu’au drapeau à damier. Avec cette 7e place il marque quatre nouveaux points au championnat du monde. Et il réussit un résultat remarquable : gagner des positions à Monaco grâce à son pilotage exceptionnel de constance avec des pneus usés dans la première partie de course. "Je vraiment super content !" se réjouit-il au micro de Canal+. "On sait que c’est une course pas facile, où c’est compliqué de dépasser. On a tenté quelque chose avec la stratégie, en allant un peu plus loin avec les pneus hypertendres. Je suis super content, c’est la deuxième fois de la saison qu’on marque des points, sur un tracé pareil c’est juste incroyable…. Il n’y a pas meilleur endroit que Monaco pour marquer des points et faire une bonne course."

Comme au Grand Prix de Bahreïn, les deux pilotes normands marquent simultanément des points dans la même course. Pierre Gasly pointe au 11e rang du championnat du monde (18 points) et Esteban Ocon 13e (9 points). Prochain rendez-vous : le Grand Prix du Canada dans deux semaines.