Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Formule 1, GP de l’Eifel : Gasly brillant 6e, Ocon contraint à l’abandon

Très beau Grand Prix de l’Eifel pour Pierre Gasly, classé sixième après plusieurs dépassements. Mais scénario cruel pour Esteban Ocon contraint à l’abandon alors qu’un top 6 était à sa portée.

Pierre Gasly très offensif au Grand Prix de l'Eifel ! Six places de gagnées par rapport à sa position de départ
Pierre Gasly très offensif au Grand Prix de l'Eifel ! Six places de gagnées par rapport à sa position de départ © Maxppp - Ronald Wittek

Sixième : C’est, exceptée la victoire à Monza dans des circonstances exceptionnelles, le meilleur résultat de Pierre Gasly cette saison. Le Normand a gagné six places par rapport à sa position de départ. Une solide remontée en s’offrant quelques beaux dépassements, en particulier sur les Ferrari, et avec une stratégie pneumatique décalée. Le Grand Prix d’Esteban Ocon a été abrégée par un abandon peu avant la mi-course (défaillance hydraulique qui l’a privé de freins). Le pilote ébroïcien, qui pouvait largement viser une arrivée parmi les six premiers, n’est décidément pas gâté avec ce troisième abandon en onze Grands Prix depuis le début de la saison. Son coéquipier Daniel Ricciardo termine sur le podium, le premier depuis dix ans pour l’écurie Renault !

Classement du Grand Prix de l'Eifel disputé ce dimanche sur le circuit du Nürburgring (Allemagne)
Classement du Grand Prix de l'Eifel disputé ce dimanche sur le circuit du Nürburgring (Allemagne)

Pierre Gasly offensif 

Contexte : Douzième sur la grille, Pierre Gasly a choisi une stratégie pneumatique décalée. Il va débuter la course en gommes mediums, moins rapide mais plus endurantes que les tendres utilisées par la quasi totalité des autres pilotes. 

Course : Sans surprise Gasly connaît un départ difficile avec ses pneus mediums, plus difficiles à mettre en température. Giovinazzi (Alfa Romeo) puis Magnussen (Haas) passent le Normand dans le premier tour. Le récent vainqueur de Monza chute au quatorzième rang

Pierre Gasly trouve ensuite son rythme, il redouble Magnussen et sort vainqueur d’un duel musclé contre Albon. Les arrêts au stand des pilotes équipés de pneus tendres lui permettent aussi de remonter dans la hiérarchie. Le Bois-Guillaumais, seul pilote à ne pas avoir changé de pneus au stade de la mi-course, pointe brièvement au sixième rang. Puis il plonge dans les stands pour ressortir en douzième position équipé de gommes Dures (alors qu’il pouvait utiliser des Tendres). Il se retrouve à la bagarre avec les Alfa Romeo, les Ferrari et la Racing Point d’Hulkenberg (partie du fond de la grille). Le vainqueur de cette bataille pourra viser la huitième place.... sauf bouleversement devant... 

Gasly élimine rapidement Magnussen puis efface les cinq secondes de retard sur le duo Raikkonen - Vettel. Il double facilement les deux anciens champions du monde en délicatesse avec leurs gommes (l’intérêt de la stratégie décalée !). Le Normand a alors atteint cette fameuse huitième place en dix tours… puis il bénéficie de l’abandon d’une McLaren (Norris) pour gagner une nouvelle position. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les cartes sont redistribuées par une neutralisation de course. Gasly, comme beaucoup de pilotes, en profite pour chausser des pneus tendres. Puis il réussi une belle relance en passant immédiatement les deux adversaires devant lui : Grosjean (Haas) dès le restart puis Leclerc (Ferrari) un tour plus tard. Le voilà en sixième position à huit tours du drapeau à damier

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une place qu’il va conserver jusqu’à l’arrivée en réussissant même à se montrer menaçant derrière Sainz (McLaren). "C’était une super course, je suis très content aujourd’hui parce qu’on a eu pas mal de difficultés pendant les essais libres et la qualification" a résumé Gasly au micro de Canal+. "Quand on ne passe pas en Q3, on sait qu’on a le choix pour la stratégie. L’équipe a fait les bons choix à chaque fois et on a bien communiqué. Je me sentais bien avec la voiture. Je prenais beaucoup de plaisir et je suis vraiment content d’aller chercher cette sixième place, c’est notre deuxième résultat cette année". Cette sixième place constitue en effet le deuxième meilleur résultat de la saison du pilote de l’AlphaTauri n°10. Derrière, évidemment, la victoire au Grand Prix d’Italie, mais devant les septièmes positions décrochées aux GP d'Autriche et de Grande-Bretagne.

La Renault d’Ocon a encore flanché...

Contexte : Qualifié en septième position, Esteban Ocon occupe un rang conforme à sa Renault. Mais le Normand a enfin affiché sur cette qualification un rythme identique à celui de son coéquipier. Bon pour la confiance dans cette course où l’objectif principal, pour les pilotes Renault, sera de devancer les Racing Point et McLaren dans l’optique de la troisième place du championnat constructeur.

Course : Envol correct d’Ocon mais premier freinage difficile avec un blocage de roue. Le Normand perd rapidement deux places, dépassé par Norris et Perez, et pointe au neuvième rang à l’issue du premier tour. Puis il peine à suivre ses adversaires quand son coéquipier Ricciardo parvient à grimper au quatrième rang au prix d’un très beau dépassement sur la Ferrari de Leclerc. 

Les Renault divisent leurs tactiques : l’Australien change de pneus dès le quinzième tour quand Ocon reste en piste. Le Normand suit donc une stratégie économe avec un seul arrêt contre manifestement deux à son équipier. Malheureusement la course du pilote ébroïcien s'arrête dès le 23e tour : il rentre au stand en signalant qu’il n’a plus de freins. C’est le troisième abandon de la saison pour Esteban Ocon. Comme en Styrie et au Mugello, il était en situation d’intégrer le top 10 quand sa mécanique l’a trahit !  

Depuis les stands, Esteban Ocon a pu observer son coéquipier Daniel Ricciardo offrir à Renault son premier podium depuis dix ans (Heidfeld, GP de Malaisie 2011 / Lotus Renault). 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Ce Grand Prix restera aussi dans l’histoire pour l’un des classements les plus prestigieux : celui du nombre de victoires/pilotes. Lewis Hamilton a égalé la marque de Michael Schumacher avec 91 succès ! 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess