Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Formule 1 : Grand Prix d’Espagne sans relief pour Pierre Gasly, classé 6e.

Pierre Gasly se classe sixième du Grand Prix d’Espagne. Le Normand a livré une course sans-faute... mais avec un rythme éloigné des pilotes des top-teams. Son coéquipier Verstappen s’offre un podium et pointe désormais au troisième rang du championnat du monde de Formule 1.

Grand Prix isolé pour Pierre Gasly, 6e ce dimanche à Barcelone
Grand Prix isolé pour Pierre Gasly, 6e ce dimanche à Barcelone © Maxppp - Alejandro Garcia

Normandie, France

Pierre Gasly peine à franchir un cap. Le Normand a rendu une copie propre mais sans panache ce dimanche au Grand Prix d’Espagne de Formule 1. Il termine sixième, intercalé entre le groupe de tête (Mercedes, Ferrari et son coéquipier Verstappen) et le reste du peloton. La performance de son voisin de garage, solide troisième, met en lumière le niveau de la Red Bull, devant les Ferrari lors de ce cinquième rendez-vous de la saison.

Gasly rapidement isolé

Départ mouvementé avec un freinage hasardeux de la Ferrari de Vettel qui provoque un peu de confusion derrière. Gasly doit sauter sur les freins pour ne pas toucher son coéquipier, puis le Normand est tassé vers l’extérieur de la piste par Charles Leclerc. Il perd un court instant sa sixième place, subtilisée par Grosjean, avant de reprendre son bien au virage suivant. 

Pierre Gasly se retrouve rapidement dans une position habituelle pour lui. Il creuse l’écart sur ses poursuivants… mais ne parvient pas à suivre le rythme des leaders. Il ne menace pas les Ferrari quand son coéquipier Verstappen navigue devant les deux voitures italiennes. Au 13e tour les Ferrari ont inversé leurs positions, Vettel s’est écarté pour laisser passer Leclerc, ce qui signifie que l’Allemand est en difficulté avec un pneu avant très endommagé par le freinage intempestif du premier virage. Gasly le suit alors à trois secondes et il tourne dans les mêmes chronos. 

Le Normand rentre aux stands dès le 23e tour pour changer ses pneus tendres et chausser des médiums. Ce qui signifie qu’il est probablement sur une stratégie à un arrêt, même si Pirelli en préconise deux pour un rythme optimal sur l’ensemble du Grand Prix. Mais Red Bull a retenu cette option pour Max Verstappen….. 

Gasly livre alors une course solitaire, éloigné des meilleurs mais avec dix secondes d’avance sur Romain Grosjean, son plus proche poursuivant. Au 42e tour il réapparaît sur les écrans de télévision parce qu’il se retrouve devant Vettel qui vient d’effectuer son deuxième arrêt au stand. Mais il ne résistera qu’un demi-tour devant l’Allemand après un écart de trajectoire qui a failli l’envoyer hors piste…. 

Toutes les stratégies sont effacées à quinze tours de la fin lors d’une neutralisation de course. Passage aux stands pour tous les concurrents et place à un sprint final avec toutes les voitures en pneus neufs. Gasly tente de passer Leclerc à la relance mais faute d’y parvenir il se fait attaquer par Magnussen. Il faudra une grosse défense du Normand pour contenir le Danois. 

La fin de course sera conforme aux différents rythmes constatés en début de Grand Prix : Gasly ne parviendra plus à revenir menacer les Ferrari. Il termine sixième, à six secondes de Leclerc. Il égale son meilleur résultat de la saison obtenu lors du Grand Prix de Chine, mais le Normand reste très (trop) loin de son coéquipier Max Verstappen, solide troisième derrière les intouchables Mercedes. 

Interrogé par Canal +, Pierre Gasly admet une course compliquée : "C'était bien lors du premier relais, je restais pas trop loin des Ferrari. Mais plus difficile ensuite, avec une accumulation de gommes sur l’aileron avant". Un phénomène plutôt rare de nature a perturber la tenue du train avant, ce qui n'a pas empêché le Normand de se montrer offensif contre Leclerc lorsque la voiture de sécurité a relancé la course. "Au 'restart' ça a été chaud avec Charles mais ensuite je n’ai pas pu le suivre" conclu le Rouennais. 

Cette fois c’est Lewis Hamilton qui s’impose devant son équipier Valtteri Bottas pour le cinquième doublé des Flèches d’argent en autant de Grands Prix courus depuis le début de la saison. Le duo Hamilton-Bottas survole évidemment le classement du championnat du monde, devant le très régulier Verstappen qui s'offre le luxe de passer devant les pilotes Ferrari. 

Prochain rendez-vous dans deux semaines à Monaco, sur le circuit urbain de la Principauté où les qualités du châssis sont largement plus importantes que la puissance moteur, ce qui pourrait convenir au Red Bull… et à Pierre Gasly qui aurait bien besoin d’y rééditer sa belle course de l’an dernier !