Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Tous les sports

Formule 1 : l'année tremplin vers les sommets pour Pierre Gasly ?

jeudi 14 mars 2019 à 17:23 Par Didier Charpin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu Cotentin

Pierre Gasly entame sa deuxième saison complète en Formule 1 ce week-end lors du Grand Prix d’Australie. Le pilote normand a rejoint Red Bull, l’une des meilleures écuries du plateau. Il aborde donc 2019 avec de nouvelles ambitions… mais davantage de pression !

Pierre Gasly désormais chez Red Bull Racing, l'un des volants les plus convoités (et exposés) en Formule 1
Pierre Gasly désormais chez Red Bull Racing, l'un des volants les plus convoités (et exposés) en Formule 1 © Maxppp - Hoch ZWEI

Normandie, France

La Formule 1 fait sa rentrée ce week-end à Melbourne avec le Grand Prix d’Australie. Une nouvelle saison marquée par une grille considérablement bouleversée : douze changements de pilotes parmi les vingt places disponibles ! Le normand Pierre Gasly a pris une trajectoire ascendante dans ce bouillonnant mercato 2018/2019 en passant de la modeste équipe Toro Rosso à Red Bull Racing, écurie qui compte 59 victoires en 265 Grands Prix. "Un rêve depuis mes débuts en karting" a-t-il confié cet hiver, lorsqu'il est venu fêter son anniversaire en famille, à Bois-Guillaume. Mais surtout une promotion obtenue au mérite après une première saison encourageante (15e du championnat du monde 2018)

“Encore beaucoup à apprendre” - Pierre Gasly

Pierre Gasly, fan déclaré de Michaël Shumacher et Zinédine Zidane, rêve de rejoindre un jour ses idoles au rang de champion du monde. Mais c’est avec une certaine prudence qu’il s’apprête à disputer son premier Grand Prix avec l’une des meilleures écuries du plateau. « La course à Melbourne sera ma première avec Aston Martin Red Bull Racing, donc je suis impatient et ravi que cette saison débute, » déclare le Français. « Mais ce n’est que ma deuxième saison complète en Formule 1 et il y a beaucoup de choses à apprendre cette année, ce qui rend les choses encore plus difficiles. ».

Pierre Gasly a soigné sa préparation physique en profitant des installations de Red Bull en Californie. Mais c’est surtout son mental qui sera mis à l’épreuve pendant cette saison 2019 où il devra cohabiter avec Max Verstappen, pilote à la fois génial, bouillant et parfois irascible, avec un sens de l’attaque et une pointe d’arrogance qui rappellent les personnalités des légendaires Senna et Shumacher. Le Néerlandais a tout d’un futur champion du monde et les résultats du Normand seront forcément comparées avec ceux de son encombrant voisin de garage. Conscients de la difficulté, les cadres de Red Bull ne lui demanderont pas de rivaliser d’entrée avec Verstappen : « Pierre a sans doute été promu 12 mois plus tôt que prévu » souligne Christian Horner, le team principal de l’écurie. « Il a une opportunité fantastique, à lui de sauter dessus. Il est clairement dans l’un des baquets les plus exposés maintenant. Il est encore très jeune en F1 en matière d’expérience. S’il arrive à être proche de Max (Verstappen), à inscrire beaucoup de points et à monter sur le podium, cela représenterait déjà de beaux progrès par rapport à l’an passé ».

Max Verstappen (à gauche) et Pierre Gasly, souriants avant leur première confrontation au Grand Prix d'Australie - Maxppp
Max Verstappen (à gauche) et Pierre Gasly, souriants avant leur première confrontation au Grand Prix d'Australie © Maxppp - Hoch ZWEI

Le couac des essais hivernaux

Pierre Gasly n’a pas entamé de la meilleure des façons sa carrière Red Bull, avec deux sorties de pistes lors des essais pré-saison à Barcelone. Deux erreurs dans ces journées destinées à valider toutes les composantes d’une nouvelle monoplace, où il faut surtout accumuler les kilomètres pour atteindre l’indispensable fiabilité mécanique lors du premier Grand Prix. Le second crash de Gasly, perte de contrôle à 230 km/h, a mis un terme à sa journée d’essai mais a aussi réduit le roulage de son coéquipier le lendemain. Verstappen s’est retrouvé en difficulté avec une boîte de vitesse récalcitrante et il n’a pas manqué de cibler le coupable à ses yeux : “Gasly nous a fait perdre beaucoup de temps” a grogné le Néerlandais. 

Une façon d’ajouter un peu de pression sur le Français, déjà épinglé par Helmut Merko, le réputé impitoyable patron de la filière Red Bull : « Nous avons pu constater lors des essais que Pierre Gasly n’est pas au niveau de Verstappen. Le second accident en particulier nous a fait mal, donc, je pense qu’il ne doit plus s’autoriser ce genre de choses à l’avenir. » Message sans doute bien reçu par le Français, qui n’aura pas franchement le droit à l’erreur en début de saison. 

Heureusement Gasly, 23 ans, a les nerfs solides, éprouvés par les difficultés du passé. “La pression je l’ai toujours eu depuis le début” rappelle-t-il souvent. “Chaque saison pouvait être la dernière si je n’avais pas les bons résultats pour continuer”. Le Normand est arrivé en sommet du sport automobile sans s’appuyer sur une fortune familiale pour boucler ses budgets. Ce qui lui donne une vraie force mentale.

Quel sera le niveau de la Red-Bull 2019 ?

Depuis deux ans Red Bull est la troisième force du plateau derrière les mastodontes Mercedes et Ferrari. La traditionnelle qualité des châssis dessinés par Adrian Newey a permis à l’écurie autrichienne de compenser, sur certains circuits, le manque de puissance du moteur Renault. Cet hiver le Taureau Rouge a changé de cavalerie en abandonnant le constructeur français pour s’engager avec Honda. Le V6 turbo hybride nippon va-t-il permettre à Red Bull de conserver son rang ? Les essais hivernaux ont montré une certaine fiabilité, le moteur a encaissé 8 230 km en 8 journées (Red Bull et Toro Rosso confondues) sans problème majeur….  mais sans affoler les chronos non plus. Gasly a signé le 11e temps ; Verstappen le 17e (mais privé de sa dernière journée après le crash du Français la veille).

Evidemment il ne s’agissait que d’essais dits de mise au point et certaines écuries peuvent cacher leur jeu. Ce Grand Prix d’Australie va donc permettre de dessiner la hiérarchie 2019. Pour savoir où se situe le nouvel attelage Red Bull/Honda. Et déterminer, par ricochet, si Gasly a la voiture pour viser très haut. Si c’est le cas le jeune Normand parviendra peut-être à redonner des couleurs à la France, absente des podiums depuis 2015 (Romain Grosjean 3e - GP de Belgique) et sans victoire depuis 1996 (Olivier Panis - GP de Monaco). Soit un bail de 23 ans depuis la dernière Marseillaise pour un pilote tricolore. 23 ans : justement l’âge de Pierre Gasly !

Programme du Grand Prix d'Australie

  • Vendredi : Essais libres 1 et 2
  • Samedi : Essais libres 3 et qualifications (7 h)
  • Dimanche : Départ 6h10