Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Formule 1 : Les montagnes russes de Pierre Gasly en 2019

S’il faut parfois souffrir pour grandir alors cette saison 2019 aura permis à Pierre Gasly de gagner en maturité. Le Normand a connu une promotion ratée chez Red Bull suivi d'un remarquable redressement avec Toro Rosso. Retour sur les moments clés avant l’ultime Grand Prix ce week-end à Abu Dhabi.

Le Normand Pierre Gasly a su reconquérir le public après un terme début de saison chez Red Bull en Formule 1
Le Normand Pierre Gasly a su reconquérir le public après un terme début de saison chez Red Bull en Formule 1 © Maxppp - Cyril Dodergny

Normandie, France

Pierre Gasly aura connu le très haut et le très bas en 2019. Plombé par des résultats en dessous des standings imposés à un pilote d'un top team, il a logiquement perdu sa place chez Red Bull pendant la trêve estivale. Mais le Bois-Guillaumais va finalement sortir grandit de sa seconde saison complète en Formule 1 grâce à son redressement dans l'écurie junior de la filière autrichienne. Retour sur cette campagne 2019 à travers six Grands Prix, marqués par le pire et le meilleur, avant le clap de fin ce week-end à Abu Dhabi.

Bahreïn : le passager désarçonné

Deuxième Grand Prix de la saison et c'est un Pierre Gasly en mal de confiance qui retrouve le circuit qui l'avait révélé en 2018. Modeste 11e du Grand Prix inaugural en Australie, ce résultat décevant pouvait être interprété comme une conséquence d'un cafouillage de son équipe lors des qualifications à Melbourne. Mais à Bahreïn la tendance se confirme : élimination en Q2 le samedi et pâle 8e place à l'arrivée. Sitôt le drapeau à damier franchit le Normand résume son inconfort en une formule édifiante : "je me sens passager de la voiture". Il comprend mal le comportement de sa RB15 instable du train arrière. Le pire sentiment pour un pilote !

Mal à l'aise chez Red Bull, les résultats ne correspondent pas aux attentes de l'exigeant team autrichien - Aucun(e)
Mal à l'aise chez Red Bull, les résultats ne correspondent pas aux attentes de l'exigeant team autrichien - Mark Thompson Red Bull content Pool

Azerbaïdjan : coupé dans son élan

La confiance n'est pas encore optimale en abordant ce quatrième rendez-vous de la saison. Et les premiers tours de pistes à Bakou tournent au cauchemar : Gasly zappe une "pesée" pendant les essais libres et la pénalité tombe : il se voit contraint de prendre le départ en fond de grille. Mais le dimanche il affiche un remarquable rythme en course avec une succession de dépassements sur ce circuit urbain, rapide mais ne tolérant aucun écart de trajectoire. Le Normand efface quatorze adversaires... quand il est trahi par la mécanique ! Un abandon regrettable dans cette course qui aurait pu lui donner un élan positif chez Red Bull.

Autriche : seul dans un stand euphorique

Pierre Gasly vit un été cauchemardesque avec depuis plusieurs courses la répétition du même scénario : qualification en pneus tendres pour atteindre le top 10 mais handicap en course avec l'obligation de finir en gommes médiums, quand ses adversaires bouclent leur Grand Prix avec les pneus offrant le plus de vitesse. La Red Bull #10 finit trop souvent à un tour des leaders. En Autriche c'est le paroxysme parce que l'écurie s'impose pour la première fois de la saison grâce à la démonstration de Verstappen. Le public, les médias et le team loue le talent du Néerlandais, coéquipier intouchable pour un Gasly plus que jamais distancé par l'enfant chéri de la filière autrichienne.

Sortie (prévisible) du baquet de la Red Bull au coeur de l'été. La saison se poursuivra chez Toro Rosso, l'écurie junior de la filière - Aucun(e)
Sortie (prévisible) du baquet de la Red Bull au coeur de l'été. La saison se poursuivra chez Toro Rosso, l'écurie junior de la filière - Philip Platzer Red Bull Content Pool

Belgique : de multiples peines

Comme chaque année l'étape dans les Ardennes belges marque la reprise du championnat après la trêve estivale. Mais pour le Normand cette rentrée est difficile. Il a perdu sa place chez Red Bull et c'est au volant d'une Toro Rosso qu'il va devoir finir la saison. Mais à cette rétrogradation vexante va succéder un drame le samedi : Anthoine Hubert, son camarade de lycée, se tue lors de la course de Formule 2. "Nous ne sommes pas prêt, à notre âge, à vivre ça" résumera Gasly un peu plus tard. Le Normand prend le départ dans des conditions mentales épouvantables mais il terminera quand même 9e de ce Grand Prix maudit.  

Japon : solide Samouraï malgré les difficultés

Peu à peu, Pierre Gasly remonte la pente. Il s'est progressivement imposé comme le n°1 chez Toro Rosso en dominant Daniil Kvyat, son coéquipier dans l'écurie junior de Red Bull. Mais il arrive au Japon avec une double pression : répondre aux attentes de Honda, motoriste de Toro Rosso, et de ses nombreux fans depuis sa deuxième place dans le très relevé championnat Super Formula en 2017. Mais le Normand, privé d'essais libres le vendredi matin, n'a qu'une séance d'essais pour régler sa voiture contre deux pour les autres pilotes ! Il va quand même passer en Q3 le samedi (9e des qualifications) avant de prendre la 8e place de ce Grand Prix après une course référence en termes de stratégie et de capacité à résister à des voitures plus rapide que la Toro Rosso.

Sourire retrouvé chez Toro Rosso, dans l'écurie où il s'est révélé en 2018 - Maxppp
Sourire retrouvé chez Toro Rosso, dans l'écurie où il s'est révélé en 2018 © Maxppp - Hoch ZWEI

Brésil : l'apothéose du premier podium

Peu avant d'arriver à Interlagos, la filière Red Bull a clarifié les line-up pour 2020. Pierre Gasly ne retrouvera pas sa place dans l'écurie vedette en 2020. Le Normand disputera sa troisième saison chez Toro Rosso. "Je répondrai sur la piste" affirme-t-il devant les micros. Et la réplique est remarquable avec une solide qualification en 7e place, la "meilleure des autres" dans le monde de la F1 (derrière les intouchable Mercedes, Ferrari et Red Bull). Bien parti pour conserver cette position, il va bénéficier d'une fin de course complètement folle pour pointer en deuxième position à l'amorce du dernier virage. Puis parfaitement gérer l'ultime sprint pour contenir l'assaut de Lewis Hamilton. Pierre Gasly est devenu, le 17 novembre dernier, le plus jeune pilote français sur le podium d'un Grand Prix de Formule 1. Si haut par rapport au début de saison 2019 !

Enfin le drapeau français sur un podium de Grand Prix ! Pierre Gasly aux côtés de Max Verstappen (vainqueur) et Lewis Hamilton (3e puis pénalisé)  - Maxppp
Enfin le drapeau français sur un podium de Grand Prix ! Pierre Gasly aux côtés de Max Verstappen (vainqueur) et Lewis Hamilton (3e puis pénalisé) © Maxppp - Hoch ZWEI

Cette année le Normand a montré les ressources mentales pour se relever après un échec, qualité indispensable dans le sport de haut niveau toute discipline confondue. Son ultime challenge sera de conserver sa 6e place du championnat du monde ce week-end à l'issue du Grand Prix d'Abu Dhabi. En regardant déjà vers 2020, année au mercato brûlant : quatre des six pilotes des tops teams seront en fin de contrat (Hamilton, Bottas, Vettel et Verstappen). Une confirmation de sa fin de saison 2019 pourrait lui (r)ouvrir de belles opportunités !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu