Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Formule 1 : Pierre Gasly à la croisée des chemins

Le déconfinement atteint la discipline reine du sport automobile. Ce week-end, la formule 1 sera même la première série mondiale à lancer son championnat après l'arrêt des sports professionnels. Pierre Gasly va tenter de confirmer son spectaculaire redressement de l'an dernier.

Les pilotes (ici Pierre Gasly) remettent enfin le casque pour lancer la saison de formule 1
Les pilotes (ici Pierre Gasly) remettent enfin le casque pour lancer la saison de formule 1 © Maxppp - Alesandro GARCIA

"C'est vraiment génial qu'on puisse débuter le championnat, surtout quand on voit que les autres grandes disciplines sont toujours à l'arrêt". Pierre Gasly mesure le privilège des pilotes de formule 1 en cette période de déconfinement très progressif du sport de haut niveau. Le Normand et ses dix-neuf collègues disputent ce week-end le Grand Prix d’Autriche, première épreuve d’un championnat pour l’instant limité à huit courses, toutes en Europe, avec des normes draconiennes pour ne pas revivre l’échec cinglant du Grand Prix d’Australie (annulation alors que l’ensemble du paddock était arrivé à Melbourne). Pour se prémunir d’un nouvel avatar le paddock va vivre “sous cloche” et devant des tribunes vidées de tout spectateurs (écoutez ci-dessous la lucidité teintée de déception de Pierre Gasly à l’évocation des Grands prix à huis-clos).

Pierre Gasly regrettera de ne pas sentir "l'énergie du public" dans ce début de saison 2020

Un confinement en deux étapes 

Quand le couperet du confinement est tombé, sur la France comme sur la formule 1, Gasly a choisi d’aller se poser à Dubaï. Pour une grosse cinquantaine de jours dans un hôtel avec salle de sport pour s’entretenir physiquement. Seul bémol : l’absence d’adrénaline avec des courses esports contre les autres pilotes au chômage forcé. “Je n’avais pas de simulateur à Dubaï” précise le Normand, “alors je me suis arrangé pour en avoir un dès mon retour à la maison”. Sitôt rentré en Europe, le Rouennais a en effet commencé à apparaître dans les nombreuses courses virtuelles. Il a disputé deux Grands Prix en ligne (Azerbaïdjan et Canada) et, surtout, les 24 Heures du Mans virtuelles. Avec un solide résultat (cinquième) et une bonne dose de plaisir et de sensations. “Au début je le faisais pour m’amuser, mais je me suis grave pris au jeu” sourit le pilote de 24 ans. 

Depuis, il a pu rouler une journée sur une “vraie” piste, à Imola, mais essentiellement avec la Toro Rosso 2018. Pour retrouver les sensations du pilotage. “C’était important ! Quand on remonte dans la voiture après une longue pause c’est toujours impressionnant. Les virages sautent aux yeux au début ! Et je n’avais jamais connu une pause aussi longue” détaille le Normand, désormais au même niveau de préparation que les dix-neuf autres pilotes titulaires en formule 1.

Pierre Gasly désormais en combinaison blanche dans l'écurie Toro Rosso rebaptisée AlphaTauri
Pierre Gasly désormais en combinaison blanche dans l'écurie Toro Rosso rebaptisée AlphaTauri - Samo Vidic@Red Bull Content Pool

Quelle place dans la hiérarchie ? 

C’est un scénario immuable : Un championnat du monde de Formule 1 se dispute avec dix écuries mais à la fin c’est toujours Mercedes qui gagne. Et sauf coup de théâtre la marque allemande devrait poursuivre sa domination entamée en 2014 avec l’arrivée des moteurs V6 turbo/hybrides. Pierre Gasly (Alpha Tauri) cherchera à se distinguer dans l’âpre bataille du cœur de peloton. Mais il manque de repères pour savoir s’il pourra jouer régulièrement le top 10. “On veut se battre pour les points mais on a quatre mois de retard sur le programme, comme tous. Impossible de dire comment on se situera. Même les deux premières courses en Autriche n’apporteront pas toutes les réponses. Je pense qu’il faudra attendre Silverstone au mois d’août. Là après quatre tracés différents on saura” décrypte le Bois-Guillaumais, au moment d’entamer sa troisième saison en formule 1.

Après une campagne 2019 en montagnes russes, Pierre Gasly va rester dans son “cocon” italien. Avec la nouvelle entité AlphaTauri (ex Toro Rosso), écurie junior de la filière Red Bull, où il a ses repères et un standing. “On a une très bonne relation de confiance avec les ingénieurs” explique le Normand. Il y respire la sérénité, loin de l'étouffante pression imposée dans l’équipe fanion de la marque. Sèchement rétrogradé l’été dernier, Gasly a progressivement retrouvé confiance et performance avec la troupe italienne. Avec en point d’orgue sa somptueuse deuxième place au Grand Prix du Brésil, lorsqu’il a su dominer le milieu du peloton pour jaillir sur la fin, quand les Mercedes et Ferrari ont subitement disparu des avant-postes. 

Brésil 2019 : premier podium de Pierre Gasly en Formule 1
Brésil 2019 : premier podium de Pierre Gasly en Formule 1 © Maxppp - Hoch ZWEI

Ces scénarios fous se produisent toujours une fois ou deux dans une saison. Gasly cherchera donc une nouvelle opportunité en 2020 dans un contexte d’avenir incertain, positif ou négatif, dans la galaxie Red Bull. Le Normand peut espérer comme redouter en 2020. Il doit convaincre ses dirigeants de lui offrir une seconde chance avec l’écurie vedette. Seule route possible vers un top-team et une progression de carrière. Mais l'avenir dépendra d’un large comparatif entre ses propres résultats, ceux de Daniil Kvyat (son coéquipier) et des éventuelles défaillances d’Alex Albon, celui qui l’a remplacé en août 2019 aux côtés de l’ogre Max Verstappen. Beaucoup de paramètres sachant que le temps est compté. La filière Red Bull, un temps tarie, recommence à se garnir. Avec une nouvelle génération de pilotes prometteurs dont Jüri Vips (Formula Regional European) et le duo Yuki Tsunoda-Jehan Daruvala (Formule 2). Des jeunes loups rompus à la doctrine du Red Bull Junior Team : “tu gagnes et tu montes en F1 ou tu perds et tu t’en vas”. Pierre Gasly a construit son palmarès chez les jeunes avec cette impitoyable formule en tête…

La monoplace de Pierre Gasly aux essais à Barcelone. Le Normand, fan de football, conserve son numéro 10
La monoplace de Pierre Gasly aux essais à Barcelone. Le Normand, fan de football, conserve son numéro 10 - Samo Vidic@Red Bull Content Pool

Repères /

Pierre Gasly, 24 ans, né à Rouen

  • 47 Grands Prix disputés depuis 2017 (Toro Rosso et Red Bull)
  • Meilleur résultat en course : 2e (Brésil 2019)
  • Meilleur résultat en qualification : 4e (Allemagne 2019)
  • Meilleur résultat au championnat pilote : 7e en 2019

Coéquipier : Daniil Kvyat, 25 ans, Russe

  • 93 Grands Prix disputés depuis 2014 (Toro Rosso et Red Bull)
  • Meilleur résultat en course : 2e (Hongrie 2015)
  • Meilleur résultat en qualification : 4e (Singapour, États-Unis, Mexique 2015)
  • Meilleur résultat au championnat pilote : 7e en 2015

Écurie : AlphaTauri (ex Toro Rosso)

  • 268 Grands Prix disputés depuis 2006
  • 1 victoire pour 4 podiums 
  • 1 pole position
  • Meilleur résultat au championnat pilote : 5e en 2016 (Max Verstappen)
  • Meilleur résultat au championnat constructeur : 6e en 2008 et 2019
Choix de la station

À venir dansDanssecondess