Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Formule 1 : Pierre Gasly doit confirmer ses progrès au Grand Prix d’Azerbaïdjan

Mission délicate ce week-end pour Pierre Gasly dans le toujours imprévisible Grand Prix d’Azerbaïdjan de Formule 1 : il devra poursuivre sa courbe ascendante chez Red Bull sur un circuit où les pièges sont nombreux.

Pierre Gasly, toujours en phase d'adaptation chez Red Bull
Pierre Gasly, toujours en phase d'adaptation chez Red Bull - Mark Thompson/Red Bull Content Pool

Normandie, France

Les résultats parlent d’eux-mêmes : 11e en Australie, 8e à Bahreïn puis 6e en Chine, Pierre Gasly progresse lentement dans la hiérarchie depuis le début de la saison 2019 de Formule 1. Il y a deux semaines il a enfin atteint le classement requis pour un pilote Red Bull. Ce week-end direction Bakou, pour le Grand Prix d’Azerbaïdjan, avec son tracé propice aux surprises. Le néo pilote Red Bull devra dompter les pièges de ce circuit urbain atypique pour confirmer son intégration dans sa nouvelle écurie.

L’Azerbaïdjan accueille ce week-end le quatrième Grand Prix de son histoire. Si le milieu de la Formule 1 était plutôt sceptique en 2016 en débarquant pour la première fois au bord de la Mer Noire, il a depuis appris à aimer ce circuit vraiment particulier. Pierre Gasly aime ce défi de flirter avec les rails de sécurité : « Bakou est un circuit urbain, ce qui est toujours plus difficile, et il y a une marge d'erreur beaucoup plus faible, ce qui apporte plus d'adrénaline » explique le jeune Normand, qui avait réussi sur ce tracé une remontée exceptionnelle en GP2 : dernier au départ et deuxième sous le drapeau à damier !  « Il y a la plus longue ligne droite de la saison, avec de grosses opportunités de dépassement, ce qui rend la course passionnante. » 

Un circuit à deux visages

Cette fameuse ligne droite légèrement supérieure à deux kilomètres permet aux pilotes d’atteindre les 330 km/h et de bénéficier d’un important phénomène d’aspiration pour doubler, pendant une longue séquence de 24 secondes à pleine charge. L’an dernier 50 dépassements ont été comptabilisés sur le circuit de Bakou ! Mais le reste du circuit est beaucoup plus tortueux, en particulier autour de la Citadelle dans la vieille ville de Bakou. Ce tronçon nécessite donc un équilibrage assez fin des appuis aérodynamiques. Pierre Gasly, toujours en phase d’adaptation avec la RB 15, devra trouver le bon compromis pour ne pas se retrouver en grande difficulté dans l’un de ces secteurs radicalement opposés. 

“Je dois encore adapter mon pilotage à ma voiture” - Pierre GASLY

Depuis le début de la saison, Gasly est très largement dominé par Max Verstappen. Le Normand n’est toujours pas à l’aise avec le caractère de sa Red Bull. Les analyses télémétriques ont ciblé sont problème : trop de glisse du train arrière en sortie de virage. En clair le Rouennais patine quand ses adversaires collent à la piste, il doit donc légèrement adoucir la pression exercée sur l’accélérateur. « Je glisse trop, je pense être un peu trop agressif avec la voiture, en demandant trop au train arrière. C’est une des choses que je peux améliorer rapidement : travailler encore sur mon style pour qu’il soit mieux adapté à la voiture » diagnostique Pierre Gasly. « Mais les choses vont progressivement dans la bonne direction et c'était bien de signer le meilleur tour en Chine ». 

Ce meilleur chrono en course, réalisé dans l’avant-dernier tour à Shanghaï a été facilité par un changement de pneu en fin de course mais il fallait quand même que le Normand parvienne à battre les chronos des Mercedes et Ferrari, ce qu’il a donc réussi et « ce meilleur tour devrait lui apporter de la confiance » estime Christian Horner, le patron du team autrichien, qui attend toujours de voir sa dernière recrue venir se battre avec les meilleurs. Pierre Gasly doit donc franchir prolonger son rythme crescedo ce week-end à Bakou.