Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Formule E : Paris au son des bolides électriques

Par

Première historique pour la capitale : Paris a accueilli la 7e étape du championnat du monde de Formule E, l'équivalent des Formule 1 mais 100% électriques. Devant près de 20 000 spectateurs, la course a été remportée par le Brésilien Di Grassi, devant Jean-Eric Vergne, le natif de Pontoise.

Les Parisiens ont pu découvrir ces bolides 100% électriques
Les Parisiens ont pu découvrir ces bolides 100% électriques © Maxppp - Jean Nicholas GUILLO

"C'est une première historique dans le cœur de Paris". Anne Hidalgo, la maire de la capitale, ne mâche pas ses mots. La dernière course automobile  à Paris remonte à 1951 et se tenait dans le Bois de Boulogne. Cette fois, c'est le cadre majestueux des Invalides, et de son dôme doré qui a vu défiler les 18 bolides électriques.

Publicité
Logo France Bleu
loading

Un circuit de près de 2 kilomètres parcouru à 45 reprises, où les pilotes ont pu montrer leur dextérité. "Un circuit adapté, très étroit, avec beaucoup de virages", explique Christophe, un Parisien amateur de courses automobiles. Mais lui, c'est plutôt la F1 ! "C'est sûr qu'il y a des différences : les voitures pèsent le double de poids ; 230 chevaux pour une Formule E, 900 pour une F1". Un spectateur satisfait, mais à qui il "manque quelque chose : le bruit. Quand on a l'habitude des bruits de moteur, ça change pas mal, même si l'impression de vitesse est là. ça reste des vrais pilotes avec une vraie compétition !"

La course s'est déroulée dans le cadre majestueux des Invalides
La course s'est déroulée dans le cadre majestueux des Invalides © Radio France - Pierre Coquelin

"A peine plus de bruit qu'un aspirateur"

Vitesse, dérapages plus ou moins contrôlés, accrochages... Le public est prend plein les yeux. "Même sans le bruit, il y a de quoi s'amuser", confie un spectateur. Oui, car les bolides ne font presque pas de bruit. "C'est déroutant, commente Thérèse, quand on assiste même à la télé, à une course de F1, il y a le bruit et la pollution. Là, il semblerait que les décibels soient très atténués. C'est à peine plus qu'un aspirateur !", sourit-elle. En effet, 80 décibels (contre 135 pour sa cousine de F1).

Quand on a l'habitude des bruits de moteur, ça change pas mal, même si l'impression de vitesse est là. ça reste des vrais pilotes avec une vraie compétition !

Une course véritable vitrine de la voiture écologique. "ça allie le côté sportif et l'aspect environnemental qui fait du bien dans notre société actuelle", ajoute Pierre. "ça va permettre de relancer toute cette recherche sur la mobilité électrique", ajoute la maire de Paris, Anne Hidalgo. Même si l'organisation de cet événement a mis vent debout les écologistes parisiens.

loading

Côté sportif, c'est le Brésilien Lucas de Grassi qui s'impose, devant le natif de Pontoise, Jean-Eric Vergne. A noter que 3 Français sont de le Top 5 de la course.

Prochaine étape du championnat du monde de Formule E le samedi 21 mai à Berlin.

Certains spectateurs ont suivi la course sur grand écran
Certains spectateurs ont suivi la course sur grand écran © Radio France - Pierre Coquelin

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu