Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Haute-Savoie : "l’UTMB, une étoile que je peux toucher du doigt"

vendredi 23 août 2013 à 22:42 - Mis à jour le lundi 26 août 2013 à 5:59 Par Richard Vivion, France Bleu Pays de Savoie

Vendredi 30 août, 2 300 concurrents venus de 74 pays différents, s’élanceront pour l’Ultra Trail du Mont-Blanc. Une boucle de 168 km autour du toit de l’Europe avec des passages culminants à 2 500 m d’altitude. Aujourd'hui, cette course est devenue l’une des plus importantes pour les amateurs de trail. Portrait d’un des concurrents de l’UTMB. Patrice Burzinsky, un haut-savoyard de 49 ans.

UTMB
UTMB © Radio France - Richard Vivion

Chez lui, à Saint Ferréol près de Faverges, Patrice Burzinsky compte les heures qui le séparent du départ de son tout premier UTMB. "Cela fait huit mois que j’y pense. Tous les jours !" Le crane rasé et pas un gramme de graisse, il pratique les courses longues distances depuis quatre ans. A 49 ans, il a décidé de se lancer un nouveau défi. Participer à l’Ultra Trail du Mont-Blanc. "C’est le sommet mondial de la course nature. Une étoile que je peux toucher du doigt."

Sur la table du salon, la carte du parcours trône fièrement. Il le connaît par cœur. Il sait que le passage le plus dur sera certainement le passage du grand col Ferret, en Italie, juste avant de basculer vers la Suisse. "J’aurai déjà 100 km dans les jambes", rigole-t-il ! "On n’est pas fou, affirme-t-il. Je vais du sport pour ressentir des émotions, des sensations et là c’est le summum."

utmb son

Pour ce rendez-vous avec l’UTMB, Patrice Burzinsky a adapté son entrainement. "Depuis 3 mois, le programme de préparation est millimétré." En moyenne, ce sont cinq sorties par semaine et des centaines de kilomètres avalés. Et du coup, la vie familiale a du s’adapter au rythme infernal de Patrice. "Comment dire, sourit Barbara la compagne de Patrice, c’est un autre rythme de vie. On doit s’y adapter, mais on s’y fait."

33 heures

S’adapter, mais aussi participer. Vendredi, Barbara prendra elle aussi le départ de l’UTMB. Pas en tant que concurrente, mais dans le rôle de l’assistance. Au volant de sa voiture, elle va parcourir plus de 400 km pour rejoindre Patrice sur les cinq points ouverts par l’organisation aux proches des coureurs. Un rôle capitale puisqu’elle apportera à son compagnon de quoi manger, boire, mais aussi se changer. Un soutien logistique, mais aussi moral. "Les voir (elle et son fils) c’est de vitamines. Cela fera du bien au moral" , lâche Patrice.

Son premier UTMB, Patrice Burzinsky espère le boucler en 33 heures, soit une bonne dizaine de plus que les meilleurs, mais beaucoup moins que les derniers (certains mettront plus de 40 heures). Si tout va bien, il devrait arrivé à Chamonix, dans la nuit de samedi à dimanche. Sa compagne et ses enfants seront bien sûr présents. "Et on sera très fier" , ajoute émue, Barbara.    

UTMB enro