Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Hockey sur glace - Equipe de France : "Ça nous met tout de suite dans le bain"

mercredi 11 avril 2018 à 5:05 Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde

Vainqueurs autoritaires (4-2 et 4-0) du Danemark à Grenoble, les Bleus ont idéalement lancé la préparation du Mondial (4 au 20 mai à Copenhague). Avant d'affronter les Tchèques, le défenseur international des Boxers de Bordeaux Jonathan Janil s'est confié à France Bleu Gironde. Interview.

A 30 ans, Jonathan Janil (n°3), ici aux côtés d'Anthony Rech, pourrait bien disputer son 7ème championnat du monde.
A 30 ans, Jonathan Janil (n°3), ici aux côtés d'Anthony Rech, pourrait bien disputer son 7ème championnat du monde. © Maxppp - Maxppp

France Bleu : Que retenir de cette double victoire face aux Danois ? 

Jonathan Janil : C'est toujours positif d'engranger des victoires. Ce n'est pas une habitude de gagner deux matches consécutifs. Pour le moral et la confiance, c'est bien. C'est bien aussi pour Ronan (ndlr : Quemener) qui se bat pour la place en équipe de France. Après, on est conscient que le Danemark n'était pas au complet, nous non plus d'ailleurs. Mais c'est bien pour l'équipe. Il va y avoir quelques changements, il va falloir confirmer et c'est toujours le plus difficile. 

Ça valide cette première semaine de préparation ? 

Je n'ai pas l'impression qu'on a le temps. Dès le début de semaine, on a senti tout le monde investi dans le travail. On sent tout le monde mobilisé. Peut-être que l'arrêt des anciens (ndlr : Cristobal Huet et Laurent Meunier) pousse plus de monde à prendre des responsabilités. Ça fait que tout le monde se donne à fond. 

On connaît notre niveau, on est conscient de ce qu'on sait faire, on part tout le temps du principe qu'on joue le maintien. Après, la ligne est hyper fine entre le maintien et la qualification pour les quarts de finale.

La route va s'élever avec deux confrontations à venir avec les Tchèques, 4èmes des derniers JO ? 

Ils ont gagné des gros matches, on s'attend à une bonne équipe. On les a joués quelques fois ces dernières années, ce n'est jamais évident. De mémoire, on ne les a jamais battus. C'est une équipe très solide, qui se laisse peu surprendre comme on a pu surprendre certaines nations. C'est un beau défi. C'est bien de jouer des équipes de ce niveau-là. Pendant la prépa, on joue trois équipes qui étaient aux Jeux (ndlr : République Tchèque, Allemagne, Slovaquie) et le Danemark qui prépare les Mondiaux chez lui. C'est mieux comme ça au vu de la poule qui nous attend à Copenhague. Ça nous met tout de suite dans le bain. 

L'an dernier à Paris, il avait manqué un point aux Bleus pour atteindre les quarts de finale. - Maxppp
L'an dernier à Paris, il avait manqué un point aux Bleus pour atteindre les quarts de finale. © Maxppp - Maxppp

Quel objectif pour ces Mondiaux ? 

On connaît notre niveau, on est conscient de ce qu'on sait faire, on part tout le temps du principe qu'on joue le maintien. Il faut toujours deux ou trois matches pour être maintenu dans l'élite. Après, la ligne est hyper fine entre le maintien et la qualification pour les quarts de finale. Comme on l'a vu l'an dernier, ça se joue à pas grand chose. On sait qu'on doit beaucoup travailler pour gagner ces matches-là. Et une fois que ce maintien est acquis, c'est qu'on fait un bon Mondial et on espère jouer notre chance à fond. On est assez lucide là-dessus. 

Ceux qui sont là depuis longtemps continuent de transmettre ce message et les jeunes le comprennent plutôt bien. Travail, solidarité, esprit d'équipe. Même si on a des joueurs qui s'exportent de plus et plus et qui sont très talentueux, on sait que nos performances passent par le travail.

Quelques cadres sont partis, c'est une page qui se tourne ? 

Pas forcément une page qui se tourne parce qu'ils nous ont apportés beaucoup et nous ont transmis les valeurs et les enseignements. On a bien été encadré et on arrive à poursuivre ça. Ils ont transmis le flambeau et c'est une continuité. Ce qui fait la force de l'équipe de France c'est vraiment cette vie de groupe. C'est quelque chose qui perdure. Ceux qui sont là depuis longtemps continuent de transmettre ce message et les jeunes le comprennent plutôt bien. Travail, solidarité, esprit d'équipe. Même si on a des joueurs qui s'exportent de plus et plus et qui sont très talentueux, on sait que nos performances passent par le travail. 

A titre personnel, vous attendez quoi de vos septièmes Mondiaux ? 

Je ne vous cache pas que chaque année, je ne prends pas pour acquis le fait d'aller aux Mondiaux. On est en préparation, j'essaie de gagner ou de confirmer ma place. Je profite parce que forcément à la fin de l'année, une page va se tourner. Dave (ndlr : Henderson, entraîneur depuis 2004) va arrêter et qu'un nouveau sélectionneur va sûrement arriver. On n'est jamais à l'abri de rien. Ça peut être la dernière. Il faut profiter. Je ne me prends pas la tête, on verra ce qui m'attend par la suite. 

Jonathan Janil vient de prolonger avec les Boxers de Bordeaux - Maxppp
Jonathan Janil vient de prolonger avec les Boxers de Bordeaux © Maxppp - Maxppp

Jonathan Janil : "Profiter de chaque moment"

Vous venez de prolonger avec les Boxers de Bordeaux, ça a été un choix naturel ?

J'ai besoin d'un équilibre entre le hockey et l'à côté. Aujourd'hui je l'ai trouvé à Bordeaux. La saison s'est plutôt bien passée avec forcément des hauts et des bas. Du point de vue familiale, on se plaît bien dans cette ville de Bordeaux. Cet équilibre fait que j'ai eu envie de poursuivre l'aventure. 

Avec le sentiment de ne pas avoir fait le tour de la question... 

Oui, il y a ce sentiment d'inachevé. Ça fait deux saisons qu'on arrive en demi-finale sur la coupe et en championnat. Il y a de la frustration parce qu'on a l'impression qu'on peut avoir notre place sur ces finales et que ça se joue à rien. Encore plus cette année face à Grenoble où on a vraiment échoué de très peu. Ça aussi ça joue dans l'envie de rentrer un peu dans l'histoire des Boxers. On a envie d'écrire une page. C'est un club qui est monté en Magnus il y a trois ans. Il y a des choses qui se construisent chaque année, ça avance et c'est toujours intéressant de participer à un projet comme ça.

Le calendrier de la préparation

  • France - République tchèque le vendredi 13 avril à 19h00 à Amiens
  • France - République tchèque le samedi 14 avril à 20h45 à Cergy
  • Allemagne - France le jeudi 19 avril à 19h15 
  • Allemagne - France le samedi 21 avril à 17h45
  • Slovaquie - France le vendredi 27 avril à 17h00
  • Slovaquie - France le samedi 28 avril à 18h00

Le programme des Bleus au Mondial

  • Vendredi 4 mai : Russie - France (16h15)
  • Samedi 5 mai : France - Biélorussie (16h15)
  • Lundi 7 mai : Suède - France (20h15)
  • Jeudi 10 mai : Slovaquie - France (16h15)
  • Vendredi 11 mai : France - Autriche (16h15)
  • Dimanche 13 mai : France - République tchèque (16h15)
  • Mardi 15 mai : Suisse - France (12h15)