Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hockey sur glace : face aux conséquences du coronavirus, Grenoble augmente temporairement ses tarifs

-
Par , France Bleu Isère

Confronté à une perte de revenu à cause de la crise sanitaire et de la limitation de la capacité de la patinoire, les Brûleurs de Loups ont décidé d’augmenter, temporairement, le prix des places.

Les hockeyeurs grenblois lors d'un match à Pôle Sud contre Chamonix en février 2020
Les hockeyeurs grenblois lors d'un match à Pôle Sud contre Chamonix en février 2020 - Alain Inglese

Une place à la patinoire de Grenoble c’est désormais 30 euros. Un prix unique, décidé par la direction du club pour faire face aux conséquences financières de la crise du coronavirus. Habituellement, plus de 3.500 personnes peuvent s’installer dans les tribunes de Pôle Sud, mais aujourd’hui la jauge est limitée à 1000 spectateurs, sans buvette, donc sans revenu supplémentaire. Le modèle économique des Brûleurs de Loups, pourtant l’un des clubs les plus solides du hockey français avec ses quatre millions d’euros de budget, est mis à mal.

"Un geste solidaire pour continuer à avancer dans cette période compliquée" Jacques Reboh, président de Grenoble

La hausse des tarifs est pour le moment applicable aux deux premiers matchs à domicile de la saison, le week-end du 31 octobre. Les abonnements annuels sont aussi concernés, leur prix passant à 27 euros. Cela signifie que les personnes ayant déjà pris leur abonnement doivent rajouter 11 à 17 euros par match en fonction du prix original de leur abonnement. "Pour certains cela va être compliqué, économiquement c’est une décision dure" concède Jacques Reboh. Dans une vidéo adressée aux abonnés le président des Brûleurs de Loups explique qu’il s’agit d’un "geste solidaire pour continuer à avancer dans cette période compliquée". Le président dit aussi ne pas avoir d’autre choix : "Pour moi c’est une grosse douleur de vous tendre la main et de vous dire il faut nous aider mais à titre personnel, j’ai apporté beaucoup et j’arrive à une limite au-delà de laquelle je mets en péril toute une organisation".

Le club de hockey grenoblois doit aussi gérer le couvre-feu décidé mercredi soir par Emmanuel Macron. Les Brûleurs de loups devraient pouvoir décaler leurs matchs les samedis et dimanches après-midi pour continuer à recevoir du public.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess