Tous les sports

Il y a 50 ans, neuf spectateurs du Tour de France mouraient à Lalinde, en Dordogne

Par Martin Bartoletti, France Bleu Périgord vendredi 11 juillet 2014 à 15:41

Il y a 50 ans, neuf spectateurs du Tour de France mouraient à Lalinde, en Dordogne

La grande boucle 1964 a été marquée par le duel Anquetil-Poulidor mais surtout par un dramatique accident sur la commune de Lalinde, en Dordogne. Le 11 juillet 1964, six adultes et trois enfants étaient emportés par un camion citerne alors qu'ils attendaient le passage des coureurs. Retour sur la pire catastrophe de l'histoire du Tour.

► Notre dossier spécial "Tour de France 2014 en Dordogne"

il y a 50 ans, le tour a connu la tragédie

Ils attendaient le passage des coureurs, mais c'est la mort qui a fauché ces neuf spectateurs du Tour de France 1964. La commune de Lalinde se trouve sur le parcours du peloton pour cette 19e étape entre Bordeaux et Brive et des centaines de supporters ont trouvé ce jour-là l'endroit idéal pour attendre Anquetil et Poulidor. Au niveau d'un petit pont du lieu-dit de Port de Couze, la route fait un virage dangereux, les cyclistes sont donc obligés de ralentir, parfait pour les fans. Quelques minutes avant l'arrivé du peloton, c'est un camion citerne lancé à vive allure qui manque le virage.

"Attention, attention... les gens criaient. Mais c'était trop tard." — Michel Lapouge, 16 ans lors de l'accident

Le poids-lourd entraine alors une quarantaine de personnes dans sa chute, dans un canal de la Dordogne, quelques mètres plus bas. Les témoins réagissent rapidement et sautent dans l'eau pour porter secours aux victimes. Michel Lapouge, 16 ans au moment du drame, lance un tuyau d'arrosage en contre-bas pour que les blessés puissent se hisser hors de l'eau. Le bilan est lourd : neuf morts, dont trois enfants et des dizaines de blessés.

"J'ai vu les coureurs pleurer."

Les coureurs arrivent sur place quelques minutes plus tard. Ils s'arrêtent, certains pleurent, d'autres ne veulent pas reprendre la course. Ils finiront par repartir pour terminer cette étape, marqué par la pire catastrophe de l'histoire de la grande boucle.