Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports DOSSIER : Tournoi de Roland-Garros

Jérémy Chardy en finale du double à Roland-Garros : « Sur le circuit il y a peu de vrais amis comme nous »

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu

Ce samedi Jérémy Chardy et Fabrice Martin vont tenter de succéder à la paire Mahut / Herbert au palmarès du tournoi de double masculin de Roland-Garros. Le Béarnais se raconte avant ce match, un des plus importants de sa carrière.

Jérémy Chardy et Fabrice Martin, amis d'enfance ensemble en finale de Roland-Garros.
Jérémy Chardy et Fabrice Martin, amis d'enfance ensemble en finale de Roland-Garros. © Maxppp - Valérie Vrel

Paris, France

Deux français en finale de Roland-Garros, ce n'est pas tous les ans, et deux meilleurs amis, c'est encore plus rare. Le Béarnais Jérémy Chardy et le Basque Fabrice Martin affrontent la paire allemande Kevin Krawietz / Andreas Mies ce samedi pour, peut-être, décrocher ensemble leur premier titre en Grand Chelem. Le tennisman de Boeil-Bezing veut en profiter à fond.

France Bleu Béarn : Ça représente quoi une finale de Grand Chelem, en double ?

Jérémy Chardy : Gagner c’est toujours une belle sensation, et à Roland-Garros encore plus ! Pouvoir jouer sur le central, devant ce public, devant nos proches avec mon ami Fabrice c’est génial, mais on reste concentrés parce qu’il reste un match, le plus important.

Jouer avec Fabrice Martin, votre meilleur ami, c’est encore des émotions en plus ?

C’est certain, sur le circuit je pense qu’il y a peu de vrais amis comme nous. C’est aussi une de nos forces, on adore passer du temps ensemble sur les courts et en dehors. Qu’on réussisse ou qu’on rate, c’est ensemble, mais à deux on a une bonne énergie, on peut se dire les choses franchement, sans jugement. Et quand on gagne on savoure encore plus ces moments ensemble.

Vous vous connaissez vraiment depuis toujours ?

Ah oui, depuis plus longtemps que ma femme même ! (rires) Cela fait 24 ans qu’on se connait et qu’on joue ensemble, c’est une petite relation qui dure… Alors en plus si maintenant il se met à jouer comme ça, je vais l’aimer de plus en plus !

Vos derniers résultats ensemble, deux victoires sur le circuit et cette finale à Paris, vous donnent d’autres ambitions ?

Déjà gagner ici à Roland ce n’est pas rien, ça serait unique pour nous… Après, c’est vrai que je suis concentré sur mon simple, c’est la priorité, mais j’essaye de faire un programme pour aussi pouvoir jouer en double avec Fabrice, depuis le début de la saison ça fonctionne bien. On peut aussi avoir une chance de jouer le Masters (dernier tournoi de la saison, à Londres, regroupant les 8 meilleurs joueurs en simple et les 8 meilleurs doubles, NDLR), ça serait un super bonus. On va revoir un peu le programme avec Fabrice, j’avais prévu un peu moins de doubles sur la deuxième partie de l’année mais maintenant qu’on est là, on va essayer d’en profiter, déjà remporter un tournoi du Grand Chelem, et après on pensera au Masters.

Propos recueillis par Fabrice Abgrall