Tous les sports

Jeux olympiques : Samir Aït Saïd et l'obsession d'une médaille d'or

Par Florian Cazzola, France Bleu Azur samedi 6 août 2016 à 7:00

Le gymnaste Samir Aït Saïd a peaufiné sa préparation au pôle France d'Antibes.
Le gymnaste Samir Aït Saïd a peaufiné sa préparation au pôle France d'Antibes. © Radio France - Florian Cazzola

Samir Aït Saïd est l'une des plus grandes chances de médaille azuréenne aux Jeux olympiques de Rio, au Brésil. L'Antibois avait raté les précédentes Olympiades de Londres à cause d'une blessure. Depuis, il a fait de Rio une priorité. Presque une obsession.

Samir Aït Saïd avait raté les dernières Olympiades à cause d'une grave blessure au tibia. Quand on le questionne sur les Jeux Olympiques de Londres, en 2012, l'Antibois d'adoption lâche le sourire aux lèvres : "je ne répondrai pas à cette question, c'est du passé. Tout ce qui ne tue pas, rend plus fort".

Le gymnaste spécialiste des anneaux est têtu. "Il a le caractère de tous les champions", enchaîne Rodolphe Boucher, son entraîneur personnel. Depuis plus de deux ans, l'athlète de 26 ans ne rêve de plus qu'une chose : remporter la médaille d'or olympique.

Le gymnaste antibois débute les épreuves de gymnastique aux anneaux dès le samedi 07 août.

"J'ai un caractère de cochon, je ne lâche jamais"

Samir Ait Saïd est l'un des favoris à l'or dans sa discipline. Celui qui a "découvert la gymnastique par hasard, à l'école" est devenu en quelques années le meilleur français à son agrès de prédilection. Le sextuple médaillés aux championnats d'Europe a, presque, mis sa vie entre parenthèses avant les Jeux. "Je suis une personne atypique, rigole t-il. J'ai un caractère de cochon mais je ne lâche jamais rien. Plus on me dit que je ne suis pas capable de quelque chose, plus je suis motivé pour prouver à tout le monde le contraire".

 "Je m’entraînais une à deux fois par jour, détaille le sportif. Je suis dans l'excès parfois mais quand j'ai une idée en tête, je ne l'ai pas ailleurs".

Le spécialiste des anneaux a fait le choix de ne pas stopper ses études de kinésithérapeute  pendant sa préparation intensive. "Il est inconcevable de laisser ma formation de côté, justifie l'athlète de 26 ans aux muscles très affûtés. Champion, c'est bien mais le jour où j'arrête j'aurai un boulot. J'aimerais bien être kiné de l'équipe de France ou du pôle d'Antibes".

Le gymnaste azuréen devra réaliser parfaitement dix figures de trois secondes chacune pour décrocher l'or olympique. - Radio France
Le gymnaste azuréen devra réaliser parfaitement dix figures de trois secondes chacune pour décrocher l'or olympique. © Radio France - Florian Cazzola

"Je ne dormais pas plus de trois heures par nuit"

Samir Aït Saïd a donc du conjuguer les entraînements, les tournois de qualifications, les études, les stages dans les hôpitaux et ses examens. "J'avais deux semaines pour rattraper trois mois de cours. Je ne dormais pas plus de trois heures par nuit. C'est assez difficile comme période mais je suis content de ne pas avoir abandonné !"

REPORTAGE : Samir Aït Saïd, une des plus grandes chances azuréenne de médaille olympique.

Le gymnaste n'a jamais été aussi prêt. "Je fais attention à mon poids, à ce que je mange pour être le plus parfait possible physiquement." Samir Aït Saïd aura dix figures à réaliser pour prouver qu'il est le meilleur et réaliser son rêve : entrer dans le monde très fermé des médaillés olympiques.

Partager sur :