Tous les sports

JO 2016 - Coup de tonnerre pour Aurélie Muller : médaille d'argent puis disqualifiée du 10 km en eau libre

Par Blandine Costentin, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu lundi 15 août 2016 à 16:09 Mis à jour le lundi 15 août 2016 à 16:26

Aurélie Muller aurait gêné l'Italienne Rachele Bruni à l'arrivée.
Aurélie Muller aurait gêné l'Italienne Rachele Bruni à l'arrivée. - Capture d'écran Francetvsport

Cruelle déception pour Aurélie Muller : la nageuse de Sarreguemines qui avait terminé deuxième du 10 km en eau libre, aux Jeux Olympiques de Rio ce lundi, a été disqualifiée. Elle aurait gêné une autre concurrente à l'arrivée. Une réclamation a été déposée.

La Lorraine Aurélie Muller a failli devenir ce lundi vice-championne olympique du 10 km en eau libre. La championne du monde et d'Europe en titre rêvait d'or olympique, elle avait terminé en argent, après avoir bouclé le parcours en 1 h 56 min 48 sec 7/10, mais quelques minutes après l'arrivée, la nageuse a été disqualifiée pour "touche incorrecte".

Réclamation déposée

Au moment de frapper la planche d'arrivée, Aurélie Muller aurait gêné l'Italienne Rachele Bruni, avec qui elle était au coude à coude dans les dernières mètres de la course. Devant la presse italienne, Bruni a même déclaré que Muller lui avait plongé la tête sous l'eau. Résultat : pas de médaille, la Française rétrograde à la dernière place de l'épreuve. Une réclamation a été déposée, mais entre temps, la cérémonie protocolaire s'est déjà déroulée.

Cet épilogue est d'autant plus décevant qu'Aurélie Muller a réussi une très belle course. Au bout de 7,5 km, la nageuse était distancée à près de 10 secondes de la première compétitrice, puis elle a été réussi une magnifique remontée.

Une "injustice" pour son entraîneur Philippe Lucas

Son coach, l'emblématique Philippe Lucas, qui a notamment entraîné Laure Manaudou, a dénoncé une "injustice" : il explique à notre reporter à Rio Cédric Lang-Roth qu'en eau libre,  "on se bagarre". Mais Aurélie Muller, dévastée, n'est pas allée au devant des micros et des caméras.

Le président de la Fédération Française de Natation, Francis Luyce, a laissé éclater sa colère.

"Il y a quand même des zones troubles, dans la décision qui vient d'être prise. Comme par hasard, une Italienne seconde, et une Brésilienne troisième... Ca ne vous interroge pas ? Moi ça m'interroge. Je pense qu'il s'agit d'une grande injustice. Quand on voit la course que vient de faire Aurélie Muller, après s'être battue comme elle s'est battue, pour un résultat obtenu d'une disqualification, je trouve ça honteux. Injuste. Inqualifiable."

Dans tous les cas, la médaille d'or revient à la partenaire d'entraînement d'Aurélie Muller, la Néerlandaise Sharon Van Rouwendaal (1h56:32.1). C'est Rachele Bruni qui obtient donc l'argent. La Brésilienne Poliana Okimoto monte sur le podium avec la médaille de bronze (1h56:51.4).

Partager sur :