Tous les sports

JO 2016 : les Français sont-ils mauvais perdants ?

Par Julien Baldacchino, France Bleu mardi 9 août 2016 à 11:26

Le judoka Pierre Duprat accuse l'arbitre de lui avoir "volé" sa victoire aux JO
Le judoka Pierre Duprat accuse l'arbitre de lui avoir "volé" sa victoire aux JO © Maxppp -

Après trois jours de compétition, la France ne compte qu'une médaille au Jeux olympiques. Dopage, tenues, arbitrage, toutes les excuses sont bonnes pour expliquer les défaites des athlètes, au point que deux responsables techniques d'équipes ont dû procéder à un recadrage.

Les Français, éternels mauvais perdants du sport ? Le cliché n'est peut-être pas si erroné, en tout cas pour cette édition 2016 des Jeux olympiques. Depuis le début des JO de Rio, vendredi, la délégation française n'a décroché qu'une médaille. C'est le pire bilan pour l'équipe de France depuis 1980, à ce stade de la compétition. De nombreux espoirs de podiums se sont effondrés au cours de ces trois premières journées.

"Un arbitre m'a piqué mes quatre ans d'entraînement", "le parquet est une catastrophe" : les excuses des sportifs

Les raisons de ces échecs ? Elles sont multiples, si l'on en croit les athlètes malheureux. Pour le judoka Pierre Duprat, c'est l'arbitre qui est en cause : "J'étais le premier sur les attaques, le premier sur les mains (...) Chacun peut faire son analyse, la mienne est vite faite. Un arbitre m'a piqué mes quatre ans d'entraînement pour mon jour J". Même sentence pour la judokate Priscilla Gneto, qui dit avoir fait les frais d'une application trop stricte du règlement : elle déplore "l'application de mots notés sur une feuille, c'est plus simple et ça évite d'essayer de comprendre".

Outre le nageur Camille Lacourt qui a fustigé un nageur chinois victorieux d'une autre épreuve, l'accusant de "pisser violet", c'est-à-dire d'être dopé, d'autres, comme l'équipe de France féminine de handball, fustigent le parquet du terrain qui est "une catastrophe, il y a des lattes qui sont cassées, des trous des deux côtés du terrain".

La tenniswoman Kristina Mladenovic a même accusé la Fédération française de tennis d'avoir oublié de la prévenir, ainsi que sa coéquipière Caroline Garcia, qu'elles devaient jouer dans la même tenue. Une déconvenue qui les a déconcentrées avant le match : "Je n'aurais pas eu une tenue de plus dans mon sac, on se serait fait disqualifier", a-t-elle expliqué.

Recadrages des responsables nationaux

Pour les responsables des fédérations concernées, ces excuses ne sont pas recevables. "Sur la forme, je leur en veux énormément (...). Elle a bien compris qu'elle n'aurait pas dû réagir de cette manière. Je comprends qu'on puisse (...) en vouloir à la terre entière. On peut aussi s'en vouloir a soi-même", a déclaré le directeur technique de la FFT, Arnaud Di Pasquale.

Même recadrage du côté des judokas. Le directeur technique national du judo français, Jean-Claude Senaud, a invité Pierre Duprat a aussi remettre en cause sa performance : "Ceux qui gagnent ici n'ont pas besoin de l'arbitrage", a-t-il déclaré. "Les arbitres sont des être humains, ils peuvent faire des fautes. La victoire, ce sont les combattants qui la détiennent", a-t-il ajouté. Reste à voir si, en cas de victoires dans les prochains jours de la compétition, les Français seront meilleurs gagnants que perdants.

Partager sur :