Tous les sports

JO 2024 à Paris : des sites du Limousin se placent pour accueillir des délégations

Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin jeudi 14 septembre 2017 à 9:34

Paris accueillera les JO 2024
Paris accueillera les JO 2024 © AFP - Christophe Simon

C'est officiel depuis ce mercredi soir : Paris accueillera les Jeux Olympiques d'été en 2024. Que peut en attendre le Limousin ? Des structures et des sites, notamment en Corrèze, se sont déjà manifestés pour espérer accueillir des délégations avant la compétition.

Le secret de Polichinelle a été levé ce mercredi soir à Lima, au Pérou, où le Comité International Olympique a confirmé la désignation de la France pour accueillir les Jeux Olympiques en 2024. Dans cette optique, le Limousin a déjà avancé quelques pions. Non pas pour accueillir des épreuves sportives qui se dérouleront majoritairement à Paris, mais possiblement pour accueillir des délégations françaises ou étrangères qui pourraient venir préparer chez nous les épreuves.

L'espace des 1000 sources, à Bugeat, a déjà fait ses preuves

Pour cela, des structures et des lieux se dégagent. En Corrèze, l'espace des 1.000 sources, à Bugeat, est déjà bien connu du monde sportif. Fort de ses deux terrains en herbe, de sa piste d'athlétisme et ses sautoirs, de ses deux gymnases, de sa salle de musculation et de boxe, de son espace de récupération et de ses capacités d'hébergement, il a déjà reçu de nombreux clubs et plusieurs fédérations françaises et étrangères. "Que ce soit en rugby, l'équipe de France de boxe dans le cadre de préparations, notamment pour les JO de Rio 2016", rappelle Philippe Feytis, le directeur. Le cadre est propice à une préparation sérieuse : au grand air, sans risque de dispersion, en Haute-Corrèze, et où on peut travailler la cohésion. Le centre a d'ailleurs pris contact avec plusieurs fédérations, y compris de sport plein air car des installations valent le coup à proximité : les stades d'eaux vives de Treignac ou d'Uzerche pour le canoë kayak.

Lac du Causse : Brive a envoyé des courriers à plusieurs fédérations

Du côté de Brive, on fait valoir les atouts du lac du Causse dont la côte de popularité en matière d'aviron grandit d'année en année, mais aussi en matière de natation en eau libre. La ville a d'ores et déjà expédié plusieurs courriers aux fédérations françaises d'aviron, de canoë kayak, de triathlon, de cyclisme pour le vtt et de natation pour la nage en eau libre. "L'avantage de ce site, et il est reconnu pour ça, c'est qu'il a d'énormes qualités. On a peut accueillir différentes activités qu'elles soient aquatiques ou terrestres" explique Jean Santos, l'adjoint aux sports, qui confie qu'il vient de recevoir des réponses des fédérations de canoë kayak, d'aviron et de triathlon. Certains rendez-vous sont déjà pris à l'automne pour voir si le Causse rempli le cahier des charges pour être site de préparation olympique. Du côté de la Haute-Vienne, Aquapolis à Limoges, le lac de Saint Pardoux ou le nouveau vélodrome de Bonnac-la-Cote ont aussi des arguments.

JO 2024 en France : que peut en attendre le Limousin ?