Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

JO 2024 : le centre aquatique olympique de Saint-Denis accueillera plusieurs sports dès 2025

-
Par , France Bleu Paris

C'est le principal équipement sportif qui sera construit spécialement pour les JO de Paris en 2024 notamment pour les épreuves de plongeon et de water-polo. Mais dès 2025, le centre aquatique olympique accueillera également d'autres disciplines.

Le futur centre aquatique olympique de Saint-Denis pour les JO de Paris 2024 / Architectes: VenhoevenCS + Ateliers 2/3/4/
Le futur centre aquatique olympique de Saint-Denis pour les JO de Paris 2024 / Architectes: VenhoevenCS + Ateliers 2/3/4/ - Architectes: VenhoevenCS + Ateliers 2/3/4/

En 2024, le centre aquatique olympique (CAO) de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) accueillera les épreuves de natation artistique, de plongeon et de water-polo pour les JO de Paris. Mais dès juin 2025, il sera ouvert au public et deviendra un véritable "temple du sport", assure Patrick Ollier, le président (LR) de la Métropole du Grand Paris, désignée maître d'ouvrage.

Natation, escalade, basket...

Dès 2025, les quatre bassins du centre seront conservés : deux d'entre eux seront destinés à la pratique sportive notamment pour les compétitions de plongeon. Un troisième sera dédié à l'apprentissage de la natation, dans un département où beaucoup de jeunes ne savent pas nager. Enfin, le quatrième aura une vocation plus ludique. Mais surtout, dès la fin des JO, le CAO va gagner 5 000 mètres carrés supplémentaires pour accueillir d'autres disciplines. Une salle d'escalade, un espace fitness, trois terrains de basket (3X3) et deux terrains de football à 5 seront créés. Une tribune pouvant accueillir jusqu'à 5.000 visiteurs sera également aménagée.

Les organisateurs de la compétition, promettent depuis le début, des jeux responsables, écolos et ce CAO est censé répondre à ces critères. Un restaurant bio sera ouvert au public. Le bâtiment en lui-même sera conçu de manière à optimiser les ressources énergétiques avec un toit recouvert de panneaux photovoltaïques qui permettront d'assurer un quart des besoins en électricité du site.

Objectif : un million de visiteurs par an 

La construction du CAO, assurée par le groupe Bouygues, démarrera l'an prochain, sur l'ancien site ENGIE, le long de l'A1, face au Stade de France. Une passerelle, longue de 110 mètres et large de 18 mètres, sera construite au-dessus de l'autoroute pour permettre de de le relier au Stade de France. "C'est tout un symbole :  relier le site le plus prestigieux des JO au Stade de France, vous imaginez ?", s'enthousiasme Patrick Ollier, contacté par France Bleu Paris. Après les Jeux, le site doit attirer un million de visiteurs par an, selon le groupement privé formé autour de Bouygues pour gérer l'exploitation du site jusqu'en 2040. Le coût total du chantier s'élève à 174, 7 millions d'euros dont 154,7 millions d'euros financés par la Solideo, la société de livraison des ouvrages olympiques. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess