Tous les sports

JO 2016 : le kayakiste auxerrois Cyrille Carré en outsider

Par Lucas Valdenaire et Bruno Blanzat, France Bleu Auxerre dimanche 14 août 2016 à 8:58

Cyrille Carré avant de décoller pour Rio : il navigue sur l'Yonne, à Auxerre, devant les installations de son club, l'OCKA.
Cyrille Carré avant de décoller pour Rio : il navigue sur l'Yonne, à Auxerre, devant les installations de son club, l'OCKA. © Radio France - Bruno Blanzat

L’Auxerrois Cyrille Carré, qui a débuté le kayak à Mailly-la-Ville, entre en lice ce lundi aux Jeux Olympiques de Rio sur 1.000 mètres. Il espère créer la surprise.

Et dire qu’il aurait dû regarder cette course, "SA" course, devant sa télé, allongé sur son sofa, les deux pieds sur sa table basse. Pendant plusieurs semaines, Cyrille Carré avait la tête à l’envers. Passé à un chouia de la qualification olympique l’an dernier, lors des championnats du monde, Cyrille Carré avait laissé filer sa dernière chance, lors d’une épreuve de rattrapage, en mai. Non, le licencié de l’OCK Auxerrois, à 32 ans, ne disputera pas ses troisièmes Jeux Olympiques.

Mais, hors micro, l’Icaunais croyait à une improbable bonne nouvelle. Celle-ci est tombée le 12 juillet. Cyrille Carré, rattrapé, est bien présent à Rio de Janeiro. Il chipe la place de nations laissées de côté pour des histoires de dopage.

Ce repêchage, inespéré, Cyrille Carré le prend comme "du bonus" :

Tout ce qui arrive, ça va être bon. Mais je ne veux pas me reposer pas là-dessus car l’histoire, il faut l’écrire

"Le destin ne se fait pas tout seul, il va bien falloir pagayer derrière…", sourit le kayakiste de l’OCKA (Olympique Canoé Kayak Auxerrois).

« Je ne sais pas ce que je vaux, ce sera la surprise »

En revenant de nulle part, Cyrille Carré aborde du coup ces Jeux sans pression. Pas de statut de favori, comme en 2008 à Pékin, avec une 6ème place en K2 (associé à l’Alsacien Philippe Colin) gonflée de regrets.

C’est plus avec le dossard d’outsider que le natif d’Auxerre va poser les fesses dans son kayak sur le bassin de Rio : "Je n’ai pas de prétentions de gagner car je suis 12ème mondial. La réalité, elle est là. Je ne sais pas ce que je vaux. Ce sera la surprise. Pour autant je n’ai peur d’aucun adversaire. Et si mon cœur le veut, que c’est le bon mois, la bonne période, je serais capable de jouer, certainement,"  lâche Cyrille Carré.

« On va le retrouver sans sa forme, celle des six premiers mondiaux. Et après, une fois en finale, Cyrille est capable de se retrouver dans les meilleurs, si ce n’est le meilleur, » enchaîne son entraineur auxerrois Alain Accart.

En lâchant les chevaux à Rio, ce lundi après-midi (séries à partir de 14H00) Cyrille Carré se remémorera probablement ses débuts au club de canoé-kayak de Mailly-la-Ville. C’est ici, dans l’ancien lavoir, que son père, Jean, et des amis, ont monté le club. C’est ici, sur l’Yonne, que Cyrille Carré est lancé seul dans un bateau vers 4-5 ans. "Même si j’adore l’eau, je ne faisais pas le fier. Je suis parti en courant, en pleurant ," se souvient le trentenaire. "C’est ensuite venu naturellement" .

Cyrille Carré dans son garage, au milieu de tous ses bateaux, et notamment ceux construits par son père Jean. - Radio France
Cyrille Carré dans son garage, au milieu de tous ses bateaux, et notamment ceux construits par son père Jean. © Radio France - Bruno Blanzat

Une vie de kayakiste de haut niveau pour celui qui a été champion du monde en biplace en 2007. Une vie sur l’eau qu’il doit à un papa passionné de bateau, qui lui a construit ses premiers kayaks, « là dans le grenier » enchaine Christiane, la mère de Cyrille Carré. Un papa, Jean, né « avec le pied bot » et qui l’avoue, en souriant, "j’ai les pieds foutus. Et je voulais faire du sport. Il n’y avait donc que le bateau."

Cyrille Carré entouré de ses deux parents, Christiane et Jean. - Radio France
Cyrille Carré entouré de ses deux parents, Christiane et Jean. © Radio France - Bruno Blanzat

Cette histoire, son histoire, son destin doit être une force sur le chemin d’une breloque olympique pour Cyrille Carré. Une médaille qui comblerait de fierté les membres des clubs de Mailly-la-Ville et de l’OCK Auxerrois. Alors qu’il y a un mois, Cyrille Carré ne pensait plus à Rio…

  - Radio France
© Radio France - Aude Raso

Partager sur :