Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Tokyo 2021 : jeux olympiques et paralympiques

JO de Tokyo 2021 : ambitions et calendrier des Francs-Comtois en lice

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Besançon

La Franche-Comté est bien représentée lors cette olympiade japonaise qui débute ce vendredi (23 juillet au 8 août). Dans les différentes équipes de France, huit Francs-Comtois sont sélectionnés. Tous peuvent légitimement prétendre à une médaille. Vincent Luis et Margot Pinot en tête, notamment.

Les huit Francs-Comtois qualifiés pour les JO de Tokyo 2021 (en haut : J-C. Valladont, C. Valentini, J. Labous, B. Kingue-Matam / en bas : V. Luis, M. Kneisky, M. Pinot, C. Gabriel)
Les huit Francs-Comtois qualifiés pour les JO de Tokyo 2021 (en haut : J-C. Valladont, C. Valentini, J. Labous, B. Kingue-Matam / en bas : V. Luis, M. Kneisky, M. Pinot, C. Gabriel) © AFP - /

Parmi les 378 sportifs français qualifiés cette année pour les Jeux Olympiques de Tokyo, dont la cérémonie d'ouverture se déroule ce vendredi 23 juillet à 20h dans la capitale japonaise (13h, heure française), ils sont huit à représenter également la Franche-Comté durant cette olympiade à huis clos -à cause de la menace Covid, toujours- qui se clôturera ce 8 août.

Et chacun de ces huit Francs-Comtois olympiques 2021, au vu de son palmarès, son expérience et sa forme du moment, peut légitimement ambitionner une médaille ! Et pour certain(e)s la plus belle et prestigieuse des trois... Alors, à vos agendas, voici leur programme détaillé pour ces JO de Tokyo !

Jean-Charles Valladont (tir à l'arc)

L'archer de Boussières, près de Besançon, est le seul des Francs-Comtois présents à Tokyo qui a déjà vécu le bonheur de s'offrir une médaille olympique : l'Argent, en individuel, lors des derniers JO de Rio, en 2016. Il dispute cette année sa troisième olympiade (après Pékin 2008 également), où il est qualifié dans les trois épreuves au programme de sa discipline (individuel, équipe mixte, équipe masculine) pour autant de podiums potentiels

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

À 32 ans, Jean-Charles Valladont peut notamment compter sur son expérience au plus haut niveau international du tir à l'arc (n°1 mondial en 2017, champion d'Europe 2016 ou encore deux étapes de coupe du monde remportées en 2015 et 2017) qui lui a permis de brillamment prendre la 2e place du dernier Tournoi de Qualification Olympique (TQO) européen, ce 4 juin, en Turquie !

Le programme à Tokyo de Jean-Charles Valladont

  • samedi 24 juillet (à partir de 4h25 puis 7h15, heure française) : épreuve par équipe mixte (avec Lisa Barbelin, la toute récente championne d'Europe 2021)
  • lundi 26 juillet (à partir de 2h55 puis 6h45, heure française) : épreuve par équipe hommes (avec Thomas Chirault et Pierre Plihon)
  • mercredi 28 juillet (à partir de 6h35, heure française) : épreuve individuelle, 32e et 16e de finale
  • samedi 31 juillet (à partir de 2h30 puis 7h45, heure française) : épreuve individuelle, 8e de finale jusqu'à la finale

Chloé Valentini et Catherine Gabriel (handball)

C'est la première olympiade dans la carrière des deux handballeuses franc-comtoises (26 ans chacune), passées par le toujours réputé centre de formation de l'ESBF, à Besançon où elles ont ensuite débuté -et brillé- très jeunes en D1, avant d'être logiquement appelées (respectivement en 2019 et 2014) dans la grande équipe de France vice championne olympique 2016, championne du monde 2017, championne d'Europe 2018 et vice championne d'Europe 2020.

L'ailière gauche franc-comtoise de l'équipe de France de handball, Chloé Valentini, contre la Suède lors d'Euro 2020 au Danemark
L'ailière gauche franc-comtoise de l'équipe de France de handball, Chloé Valentini, contre la Suède lors d'Euro 2020 au Danemark - Stéphane Pillaud - FFHandball

Transférée à Metz cet été, l'ailière gauche Chloé Valentini -originaire des Fins, à côté de Morteau dans le Haut-Doubs- fait partie de la liste officielle des 15 Bleues choisies par le sélectionneur national, Olivier Krumbholz, pour ces JO de Tokyo.

Deux réservistes françaises (en cas de pépins de santé) sont également du voyage au Japon, dont Catherine Gabriel, l'actuelle gardienne de but de Paris 92 originaire de Montbéliard.

Le programme à Tokyo de Chloé Valentini et Catherine Gabriel

  • dimanche 25 juillet (14h30, heure française) : France - Hongrie, tour préliminaire (Groupe B)
  • mardi 27 juillet (14h30, heure française) : France - Espagne, tour préliminaire (Groupe B)
  • jeudi 29 juillet (14h30, heure française) : France - Suède, tour préliminaire (Groupe B)
  • samedi 31 juillet (7h15, heure française) : France - Russie, tour préliminaire (Groupe B)
  • lundi 2 août (4h, heure française) : France - Brésil, tour préliminaire (Groupe B)
  • mercredi 4 août : Quart de finale
  • vendredi 6 août : Demi-finale
  • dimanche 8 août : Finale
Vincent Luis, le triathlète haut-saônois
Vincent Luis, le triathlète haut-saônois © AFP - /

Vincent Luis (triathlon)

Le Haut-Saônois de 32 ans est tout simplement un des très grands favoris, sinon le grand favori, pour l'or olympique à Tokyo sur l'épreuve individuelle masculine ! Pour la troisième olympiade de sa carrière (7e en 2016 à Rio, 11e en 2012 à Londres), le triathlète de Vesoul -licencié à Ste-Geneviève en région parisienne- débarque au Japon avec le statut de double champion du monde en titre (2019 et 2020) et vice champion du monde 2018 ! 

Et Vincent Luis ne cache pas non plus ses ambitions sur l'épreuve de relais mixte avec la très solide équipe de France de triathlon lors de cette olympiade 2021...

Le programme à Tokyo de Vincent Luis

  • nuit du dimanche 25 au lundi 26 juillet (à partir de 23h30, heure française) : épreuve individuelle
  • samedi 31 juillet (à partir de 0h30, heure française) : épreuve de relais mixte (composition française encore à définir)

Juliette Labous (cyclisme sur route)

Tous les espoirs de médaille(s) du cyclisme féminin français sur route reposent sur la seule et jeune Franc-Comtoise lors de ces JO de Tokyo ! La France n'avait droit qu'à un unique quota olympique dans cette discipline cette année, pour les deux épreuves au programme chez les Dames également (course en ligne et contre-la-monte). Et le choix de la FFC s'est assez naturellement porté sur Juliette Labous, dans le peloton professionnel depuis 2017 au sein de l'équipe hollandaise DSM (ex Sunweb)... 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Autrement dit, à 22 ans, Juliette Labous se lance dans la première expérience olympique de sa carrière avec de sérieuses et prometteuses références : la cycliste originaire de Roche-lez-Beaupré, près de Besançon, est une des meilleures spécialistes internationales du contre-la-montre (championne de France 2020 et vice championne de France 2021, 6e du championnat d'Europe 2020).

Juliette Labous lors de la course en ligne olympique où elle a fini 30e.
Juliette Labous lors de la course en ligne olympique où elle a fini 30e. © AFP - Agence KMSP

Et elle fait également partie du gratin mondial sur les courses à étapes et les grandes classiques (Giro féminin : 7e place finale au général, ce 11 juillet 2021 et 11e en 2019 avec le maillot Blanc de Meilleure Jeune / 6e de la Flèche Wallonne 2021, 8e de Liège-Bastogne-Liège 2020).

Le programme à Tokyo de Juliette Labous

  • dimanche 25 juillet (à partir de 6h, heure française) : course en ligne
  • mercredi 28 juillet (à partir de 4h30, heure française) : contre-la-montre

Margaux Pinot (judo)

Première olympiade de sa carrière, également, pour la Haut-Saônoise de 27 ans qui était aussi confrontée à cette stricte règle du jeu dans sa discipline : un seul et unique quota par nation, dans chaque catégorie de poids du judo, pour combattre sur les tatamis olympiques de Tokyo ! 

La judoka haut-saônoise, Margaux Pinot
La judoka haut-saônoise, Margaux Pinot © AFP - /

Et chez les -70 kg, Margaux Pinot était en concurrence avec une sacrée rivale, sur le papier : la Parisienne Marie-Eve Gahié, championne du monde 2019 et encore n°1 au classement mondial de la catégorie -juste devant une certaine... Margaux Pinot, 2e- au moment de la sélection officielle annoncée par la Fédération Française de Judo ce 20 avril 2021. 

Mais depuis bientôt deux ans, Marie-Eve Gahié enchaine les contre-performances. Alors que la Franc-Comtoise -licenciée chez les Franciliens de l'ES Blanc-Mesnil, à côté de l'INSEP où elle s'entraîne- affiche une forme et des performances ascendantes et régulières (championne d'Europe 2019 et 2020, vice championne d'Europe 2021, 3e des championnats du monde 2019, victoire du Grand Slam de Tel Aviv en février 2021) ! Jusqu'au podium olympique ?!?

Le programme à Tokyo de Margaux Pinot

  • mercredi 28 juillet (à partir de 4h puis 10h, heure française) : catégorie -70 kg
L'haltérophile Bernardin Kingue Matam
L'haltérophile Bernardin Kingue Matam © AFP - /

Bernardin Kingue Matam (haltérophilie)

À 31 ans désormais, l'ambitieux "petit dernier" de la fratrie des haltérophiles olympiques de la famille Matam espère enfin repartir avec le sourire -et la médaille qui va avec- des troisièmes JO de sa carrière. Licencié depuis 2016 au club de St-Maur (Seine-et-Marne) après son départ de Besançon où il avait rejoint, à l'adolescence, son grand frère David en provenance de son Cameroun natal : le double champion d'Europe 2017 (-69 kg) et 2019 (-67 kg) a jusque-là vécu des olympiades assez frustrantes... Abandon en 2012 à Londres, puis 7e place à Rio en 2016. 

Le programme à Tokyo de Bernardin Kingue Matam

  • dimanche 25 juillet (à partir de 12h50, heure française) : catégorie -67 kg

Morgan Kneisky (cyclisme sur piste)

Le Bisontin, qui fêtera ses 34 ans ce 31 août, ne savoure pas complètement la concrétisation de son rêve ultime de pistard de très haut niveau. Oui, le quadruple champion du monde sur piste (dont trois titres sur l'Américaine/Madison -50 km, relais à deux- en 2013, 2015, 2017) fait bien partie de la délégation olympique française pour la première fois de sa longue et brillante carrière. 

Mais, pour ces JO de Tokyo, Morgan Kneisky n'est sélectionné que comme remplaçant de la doublette Benjamin Thomas (son habituel acolyte) - Donovan Grondin... 

Le programme à Tokyo de Morgan Kneisky (s'il doit pallier un forfait)

  • samedi 7 août (à partir de 9h55, heure française) : Américaine/Madison
Choix de la station

À venir dansDanssecondess