Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Tokyo 2021 : jeux olympiques et paralympiques

Jeux olympiques : un nombre record d’athlètes isérois engagés à Tokyo

-
Par , France Bleu Isère

Reportés d’un an à cause de la pandémie, les Jeux Olympiques de Tokyo auront lieu du 23 juillet au 8 août prochain. Pas moins de 12 athlètes isérois ont déjà leur billet pour le Japon. C'est un record ! Et certains peuvent rêver de revenir médaillés.

Le Voironnais Mickaël Mawem va disputer la première compétition olympique d’escalade
Le Voironnais Mickaël Mawem va disputer la première compétition olympique d’escalade © Maxppp - Franck Robichon

À Londres en 2012, Mélina Robert-Michon était bien seule, quatre ans plus tard à Rio, la discobole était accompagnée par sept autres Isérois.  Record battu cette année avec d’ores et déjà 12 qualifiés pour les Jeux Olympiques de Tokyo qui doivent démarrer le 23 juillet. Et ce n’est certainement pas fini car d’autres sélections doivent encore être dévoilées.

Merci le report

Pour nombre de qualifiés isérois le report d’un an des J.O a été très bénéfique. Il y a douze mois, une sélection aurait été hypothétique pour le pistard grenoblois Ryan Helal. Idem pour la rameuse Emma Lunatti et les frères Guillaume et Thibaud Turlan, eux aussi sociétaires de l’Aviron Grenoblois. Pour tous, cette année supplémentaire a été synonyme de progression et donc de qualification.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Première expérience olympique

Tokyo seront les premiers Jeux pour tous ces athlètes, mais aussi pour la rameuse grenobloise Laura Tarantola, pour le triathlète originaire de Pont-de-Beauvoisin Léo Bergère et pour le judoka grenoblois Guillaume Chaine. Quant aux grimpeurs Anouck Jaubert et Mickaël Mawem, installés au pôle France de Voiron, eux sont carrément des pionniers car ils vont participer à la première de l’escalade au J.O, ce sport faisant au Japon son entrée dans le monde olympique.

En terrain connu

Certains en revanche ont déjà eu la chance de disputer des Jeux. C’est notamment le cas des Échirollois Jordan Pothain et Dorian Coninx, amis d’enfance. Le nageur et le triathlète étaient allés ensemble à Rio, ils feront de même à Tokyo. Enfin il y a Mélina Robert-Michon. Pour la discobole de Colombe, les J.O n’ont plus de secret : à 42 ans elle va vivre sa sixième olympiade, 21 ans après Sydney. Elle pourrait même être désignée porte-drapeau pour la cérémonie d’ouverture.

Dorian Coninx lors des JO à Rio en 2016  BARBARA WALTON
Dorian Coninx lors des JO à Rio en 2016 BARBARA WALTON © Maxppp - Barbara Walton

Et les médailles ? 

Mélina Robert-Michon portera encore une partie des espoirs de médaille du département. Médaillée d’argent à Rio en 2016, elle a toujours répondu présente pour les grands rendez-vous. Mais cette année, elle n’est plus la seule chance de médaille iséroise. La principale vient même d’ailleurs du triathlon où Dorian Coninx et Léo Bergère peuvent rêver en grand : au moins l’un d’entre eux disputera le relais mixte, une épreuve dont la France est triple championne du monde en titre. En constante progression ces dernières saisons, Laura Tarantola et sa coéquipière, la Francilienne Claire Bové, peuvent aussi espérer un podium. Dans cette liste il ne faut pas non plus oublier le pistard Ryan Helal, ancien champion du monde junior, et les grimpeurs Anouck Jaubert et Mickaël Mawem, l’épreuve combinée d’escalade étant assez inhabituelle et incertaine.

Pour l’Isère, le record de médaillex aux J.O d’été date de Sydney en 2000 avec deux médailles d’or (Xavier Dorfman et Brahim Asloum) et une en bronze (Jeannie Longo). Il y avait aussi eu trois médailles pour les Isérois à Barcelone en 1992, mais aucun titre.

Mélina Robert-Michon médaillée d'argent en 2016
Mélina Robert-Michon médaillée d'argent en 2016 © Maxppp - Sébastien Botella
Choix de la station

À venir dansDanssecondess