Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

24 heures du Mans : Fernando Alonso et Toyota signent le meilleur chrono de la Journée Test

dimanche 3 juin 2018 à 19:09 Par Yann Lastennet, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Maine et France Bleu

C'est une répétition générale avant les 24 heures du Mans. Les 60 voitures et la plupart des 180 pilotes engagés ont pris la piste ce dimanche sur le circuit de la Sarthe. Cette journée test est une occasion unique pour affûter matériel et stratégie, deux semaines seulement avant la course.

La Toyota #8 pilotée notamment par Fernando Alonso est la grande favorite de cette 86e édition des 24 heures
La Toyota #8 pilotée notamment par Fernando Alonso est la grande favorite de cette 86e édition des 24 heures © Radio France - yann lastennet

Le Mans, France

Et les yeux sont braqués sur Toyota, grandissime favori de la course et son pilote Fernando Alonso. Le double champion du monde de Formule 1 participe pour la première fois à la plus célèbre course d'endurance au monde. Ce dimanche, il a découvert le circuit à bord de la Toyota TS050 #8. Un "rookie" très spécial qui est l'une des attractions de cette 86e édition des 24 heures du Mans. Ce qui n'a pas empêché l'Espagnol et sa Toyota #8 de signer le meilleur chrono de cette Journée Test. "C'est formidable. C'est une super entrée en matière" a réagi le pilote ibérique en conférence de presse. "Cette journée devait me servir à me familiariser avec le circuit. J'avais passé plusieurs séances sur le simulateur ce qui m'a permis d'anticiper un peu le tracé mais c'est très différent quand vous êtes sur la vraie piste du Mans. Donc c'était vraiment une journée intéressante où je me suis vraiment éclaté". 

Pour ses premiers tours de roues au Mans, Fernando Alonso signe le meilleur chrono de la Journée Test à bord de sa Toyota #8

Fernando Alonso signe le meilleur chrono de cette journée test en 3'19"066 sur sa Toyota #8. Il devance la Rebellion #3 (3'19"680)  et l'autre Toyota #7 (3'20"008)

Fernando Alonso fier de décrocher le meilleur chrono pour sa première apparition sur le circuit de la Sarthe - Radio France
Fernando Alonso fier de décrocher le meilleur chrono pour sa première apparition sur le circuit de la Sarthe © Radio France - yann lastennet

Mais l'Espagnol n'est pas le seul pilote de formule 1 à découvrir la classique mancelle. Le Britannique Jenson Button (champion du monde en 2009) est au volant de la BR1-AER #11, une LMP1 privée de l'écurie russe SMP Racing. Quant au colombien Juan Pablo Montoya (vainqueur de sept grands prix entre 2001 et 2006), il est engagé en LMP2 sur la Ligier JSP217 #32 de l'équipe américaine United Autosports. 

On s'épie toujours un peu 

L'Alpine A470, l'une des voitures favorites dans la catégorie LMP2. Il y a 40 ans, Alpine gagnait les 24H du Mans, son seul succès au général sur le circuit de la Sarthe - Radio France
L'Alpine A470, l'une des voitures favorites dans la catégorie LMP2. Il y a 40 ans, Alpine gagnait les 24H du Mans, son seul succès au général sur le circuit de la Sarthe © Radio France - yann lastennet

Cette journée test sert surtout aux écuries et aux pilotes à affiner leurs réglages, à tester le matériel (pneus, pack aérodynamisme, freins, suspensions...) sur un circuit de 13 km 626 m constitué en majeure partie de routes départementales. " C'est une course exigeante qui ne ressemble à aucune autre" explique Philippe Sinault, le team manager de l'équipe Signatech Alpine Matmut qui engage une voiture en LMP2. "Cette journée test lance l'impulsion. Ca y est, on y est ! On est aux 24 heures du Mans. Ce roulage nous permet de vérifier le matériel, l'aérodynamisme , de tester de nouveaux trains de pneus. Les pilotes sont concentrés sur leur programme. On ne cache pas notre jeu mis on se jauge toujours un peu. Si on ne recherche pas forcément tout de suite la performance, on regarde les vitesses de pointe, les vitesses de passage, secteur par secteur. On les compare avec celles de nos concurrents". 

Philippe Sinault, le team manager de l'écurie Signatech Alpine Matmut

Nicolas Lapierre, un des trois pilotes de l'Alpine #36 - Radio France
Nicolas Lapierre, un des trois pilotes de l'Alpine #36 © Radio France - yann lastennet

Ce n'est pas Nicolas Lapierre qui dira le contraire. Vainqueur de la catégorie LMP2 il y a deux ans avec Alpine, le pilote chevronné espère récidiver dans deux semaines. Car cette année est particulière pour la marque française qui célèbre les 40 ans de la victoire de l'Alpine- Renault A442 (avec Jean Pierre Jaussaud et Didier Pironi). Le seul succès (au général) du constructeur de Dieppe aux 24 heures du Mans. " C'est plus de pression évidemment car on se doit de bien figurer en tant que pilote Alpine" reconnait Nicolas Lapierre. " On a un équipage expérimenté. On sait qu'on a la capacité de gagner maintenant on arrive avec beaucoup d'humilité car Le Mans c'est une course tellement difficile avec énormément de paramètres. Le circuit est tellement long, la météo peut être capricieuse. Il y a plein de choses qui peuvent se passer. 

Nicolas Lapierre, vainqueur il y a deux ans avec Alpine de la catégorie LMP2, espère récidiver cette année

A la recherche de Fernando 

La journée test, c'est aussi l'occasion pour le public de découvrir les voitures et les pilotes " sans le stress de la course" explique Nicolas, venu de Chartres. " Il y a beaucoup moins de monde et  on a accès aux tribunes. C'est plus facile de suivre les voitures". C'est aussi ce qu'apprécie Olivier, bouchons dans les oreilles et téléobjectif à la main. " Je suis venu pour le grand prix de France moto. Je peux vous dire que pour faire des photos, c'est très compliqué". Ce passionné des 24 heures s'est posté au niveau de la chicane Dunlop. "Ici c'est facile, y a un beau freinage, y a de l'action, çà me suffit". Ce photographe amateur revendique des dizaines de milliers de clichés mais il y a un pilote qui échappe pour l'instant à son viseur. "C'est Fernando Alonso ! " crie en coeur Karine et Cécile, deux Sarthoises qui cherche du regard le double champion du monde de formule 1. " C'est vrai que c'est un très bon pilote. On hâte de voir ce qu'il va faire". 

Le public s'est massé dans la tribune de la chicane Dunlop. L'un des meilleurs points de vue du circuit - Radio France
Le public s'est massé dans la tribune de la chicane Dunlop. L'un des meilleurs points de vue du circuit © Radio France - yann lastennet

Mais difficile d'apercevoir l'Espagnol, très protégé. Fernando Alonso, véritable star de la F.1, ne s'échappe du paddock que pour monter dans son bolide. Stéphane qui ne manque pas une édition des 24 heures est un peu déçu. " C'est quand même encore un bon pilote mais c'est aussi un peu publicitaire". Un bon coup de pub pour Toyota sans doute. Une chance supplémentaire aussi de gagner car Fernando Alonso a signé l'un des meilleurs chrono de cette journée test