Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

Judo : pas de médaille mondiale pour Emilie Andéol, qui met sa carrière entre parenthèses

samedi 2 septembre 2017 à 16:58 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde et France Bleu

La judokate de Marcheprime, championne olympique 2016, s'est inclinée ce samedi en quarts de finale des plus de 78 kilos aux mondiaux de Budapest. Après une année éprouvante, elle a annoncé vouloir "faire un break", au moins jusqu'en septembre 2018.

Emilie Andéol n'a pas eu le dessus dans ces championnats du monde
Emilie Andéol n'a pas eu le dessus dans ces championnats du monde © Maxppp - Maxppp

Marcheprime, France

Elle confiait, il y a quelques semaines, sa frustration face à une année 2017 compliquée. Cette frustration accumulée aura eu raison des ambitions à court terme d'Emilie Andéol. Elle a annoncé, juste après son dernier combat de la journée aux mondiaux de Budapest, vouloir "faire un break", au moins jusqu'en septembre 2018. L'échec à conquérir le titre mondial, le seul qui manque à son palmarès l'a trop déçue. A 29 ans, elle va désormais attendre de voir si elle est capable de se projeter sur les JO de Tokyo en 2020.

Emile Andéol, déçue, mais pas abbatue

La Girondine, qui n'était pas tête de série, n'a pas réussi à se dépêtrer d'une compétition difficile. Après un premier tour bien maîtrisé, et une victoire sur ippon face à la Kenyane Alice Muragu, Emilie Andéol avait déjà éprouvé quelques difficultés en huitièmes de finale, où elle s'était imposée au golden score (prolongation) face à l'Ukrainienne Galyna Tarasova.

Éliminée par sa bête noire

Mais, en quarts de finale, c'est sa bête noire, Kayra Sayit qui se dressait face à Emilie Andéol. Cette Française, devenue turque en 2015 avait battu Emile Andéol quatre fois lors de quatre confrontations. Elle en a ajouté une cinquième sur un ippon par immobilisation, à une minute de la fin du combat. Moins motivée, la Girondine s'inclinait ensuite au premier tour du tournoi de repêchage, face à la Hollandaise Tessie Savelkouls. La dernière fois pour un moment, donc, qu'elle mettait les pieds sur un tatami en compétition.