Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Tous les sports

L'apnéiste Christophe Jobazé bat son record pour "Vaincre la mucoviscidose"

-
Par , France Bleu Isère

L'apnéiste isérois Christophe Jobazé participait ce dimanche aux "Virades de l'espoir". Une série d'événements sportifs au profit de l'association "Vaincre la mucoviscidose". Il a retenu son souffle pendant 6 minutes et 24 secondes, une première pour ce sportif de haut niveau.

L'apnéiste Christophe Jobazé a dépassé son record de près d'une minute. Il a passé 6 minutes et 24 secondes tête sous l'eau.
L'apnéiste Christophe Jobazé a dépassé son record de près d'une minute. Il a passé 6 minutes et 24 secondes tête sous l'eau. © Radio France - Nicolas Joly

Saint-Paul-de-Varces, France

Il a retenu son souffle pour ceux qui n'en ont pas. L'apnéiste isérois Christophe Jobazé participait ce dimanche aux "Virades de l'espoir". Une journée de mobilisation organisée par l'association Vaincre la mucoviscidose pour récolter des dons et sensibiliser à cette maladie. Dans une piscine de jardin, Christophe Jobazé a retenu son souffle pendant 6 minutes et 24 secondes, explosant ainsi son record (5 minutes 10 secondes) pour la bonne cause !

Une performance qui aurait pu tourner à la catastrophe

Après plus de 6 minutes passées immobile visage dans l'eau, on tire Christophe Jobazé, inconscient, hors de la piscine. "Respire Christophe", lui lancent les membres de son équipe, "appelez les pompiers" crie l'un des spectateurs venus assister à cette performance. Après quelques secondes de doute mortifère, l'apnéiste lâche un "I'm okay", et se relève avec le sourire.

On a cru pendant un moment avoir perdu Christophe Jobazé - Radio France
On a cru pendant un moment avoir perdu Christophe Jobazé © Radio France - Nicolas Joly

Une grosse frayeur mais tout va bien. Le sportif pose fièrement avec un chronomètre qui indique 6 minutes et 24 secondes, un record pour Christophe Jobazé : "en interrégional je suis monté à 5 minutes et 1 seconde, et cette fois je me suis senti très bien, dans une position confortable et monter jusqu'à 6"20 était tout à fait aisé."

Sensibiliser et récolter des fonds pour Vaincre la mucoviscidose

Si Christophe Jobazé a autant donné de sa personne, c'est aussi parce que la cause est belle. Cette performance avait pour but de sensibiliser et récolter des fonds pour l'association Vaincre la mucoviscidose. "On est dans une symétrie absolue", explique-t-il, "la mucoviscidose est une maladie effroyable qui touche les viscères, les glandes et à terme les poumons et détériorer l'activité respiratoire du patient."

Le record de l'apnéiste n'est pas homologué car il n'a pas été réalisé dans des conditions exigées par la fédération - Radio France
Le record de l'apnéiste n'est pas homologué car il n'a pas été réalisé dans des conditions exigées par la fédération © Radio France - Nicolas Joly

La déléguée de l'association Vaincre la mucoviscidose en Isère, Virginie Douine, se félicite de l'éclairage qu'une telle performance apporte sur cet enjeu de santé publique : "c'est toute une symbolique en l'honneur de tous ces patients atteints d'un manque de souffle." Elle même maman d'un garçon de 8 ans atteint de cette maladie, elle témoigne de la charge que représente la mucoviscidose sur le quotidien. "C'est un monde qui s'écroule, il faut s'adapter à tout ça. J'ai dû m'arrêter de travailler car les soins représentent deux à six heures par jour. On essaye d'avoir un quotidien normal en marge de tout ça mais on ne peut pas le mettre de côté."

Choix de la station

France Bleu